Autriche, Puig : « Marquez revient à son niveau, Espargaro souffre »



Alberto Puig tire un bilan contrasté du Grand Prix d’Autriche pour le Repsol Honda Team. D’un côté du box, et même s’il a fini par chuter, Marc Marquez s’est battu pour la victoire sur le sec, ce qui constitue une avancée dans son rétablissement et son retour aux avant-postes. De l’autre, Pol Espargaro est tellement perdu qu’il a terminé hors des points.

Marc Marquez à la lutte pour la victoire sur le sec : « Évidemment, le résultat final n’est pas bon, mais si nous regardons la course de Marc, nous pouvons voir que, bien qu’il ait eu des inconvénients, il a pu être parmi les coureurs les plus rapides et rester avec eux sur le sec. C’est important pour Marc, et aussi pour l’équipe Repsol Honda, car nous comprenons qu’elle revient à son vrai potentiel. Nous quittons l’Autriche sans atteindre une partie du potentiel de notre RC213V, mais nous travaillons constamment pour nous améliorer. Nous n’y sommes pas encore, mais nous sommes en route. »

Pol Espargaro dans le dur : « Le point positif est que Marc a pu rouler avec les pilotes les plus rapides tout au long du Grand Prix et le point négatif a été la chute en fin de course. Je pense que son choix de pneu arrière était le bon, c’était différent de la normale, mais Marc et l’équipe ont compris ce dont ils avaient besoin. D’un autre côté, l’entente entre Pol et sa moto est un aspect négatif. Il est loin de ses capacités et n’atteint pas le plein potentiel de la moto. Il souffre et nous devons travailler avec lui pour surmonter cette situation. »

Rentrer aux stands ou pas, un choix difficile : « Je pense que dans cette situation, on ne peut pas savoir quelle est la meilleure stratégie avant la fin de la course. Même alors, seul le pilote le sait. C’est une loterie et parfois vous avez la chance de réussir. Parler est facile, mais agir est compliqué. C’est ce qui s’est passé. »

Marc MARQUEZ

Le prochain Grand Prix : « On retourne en Angleterre. Silverstone est un circuit très difficile. C’est une piste très longue, rapide et souvent froide. Comme par le passé, on peut voir beaucoup de choses là-bas, comme en Autriche. En Autriche on a vu qu’il pouvait pleuvoir, mais en Angleterre il peut aussi faire froid et ça complique un peu plus les choses. L’important des deux dernières semaines est que nous avons récolté plus de données et vu Marc revenir petit à petit à son niveau. »

Autriche, Espargaro (16e) : « Je ne sais pas quoi dire ni quoi faire d’autre »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Francois
1 mois il y a

Bravo Marc. Et un grand merci pour la prestation