Autriche, Rossi : « Quand j’ai vu ‘3e’ je me suis raidis ! »



Initialement douzième sur le sec à Spielberg, Valentino Rossi s’est un temps retrouvé sur le podium, quand il a décidé de rester en piste avec des pneus slicks alors qu’il pleuvait. Repris par quelques pilotes en pneus pluie sur la fin, il termine huitième du Grand Prix d’Autriche. Son meilleur résultat de l’année, terminé avec un tour d’honneur émouvant où il a pris le temps de saluer son public.

Rester en piste : « Normalement on ne continue pas avec des pneus slicks, mais la pluie est arrivée progressivement et, au départ, il n’y avait des problèmes qu’aux virages 3 et 6. Le reste était sec, nous pouvions garder les pneus et freins chauds. Mais dans les deux derniers tous, c’était très facile de faire une erreur. Cependant, ne pas s’arrêter était la bonne décision. »

Une fin de course dingue : « Finir sur le podium aurait été génial. Je roulais bien quand, à deux tours de l’arrivée, j’ai vu ‘3e’ sur le tableau. Donc au virage suivant je me suis raidis et je suis sorti large (rires). Puis ceux qui avaient les pneus pluie sont arrivés et nous ont doublé. C’était un final vraiment agité. »

À l’instinct : « C’est difficile d’avoir un règlement parfait dans ces situations. La situation suivante serait parfaite : si tout le monde est en slicks et qu’il se met à pleuvoir, la course s’arrête et le classement est celui du dernier tour. C’est le plus sûr à faire, mais les règles sont différentes. Dans cette situation, je préfère garder les slicks plutôt que rentrer ou faire un autre départ, ce serait plus dangereux. Mais je n’allais pas contre moi-même ; ce n’est pas que j’ai décidé de prendre des risques. Quand tu es sur la moto, tu essaies juste de faire ce que tu penses être le mieux pour le résultat. C’est toujours une décision instinctive mais à six tours de l’arrivée tu perds une minute, et (à ce moment-là) il ne pleuvait pas. »

La bagarre contre son frère Luca Marini : « C’était un bon moment avec Luca. Je savais que nous allions nous battre ici, parce que nous avions le même rythme, et je me suis aussi battu avec Lecuona. On s’est bien amusés. Le problème est que j’ai le même âge que les deux réunis ! »

Le soutien du public : « C’était génial. L’hélicoptère, la banderole avec les remerciements de KTM… Ce fut une belle journée. C’est la première fois que nous avions des spectateurs, une situation normale avec beaucoup de fans, des t-shirts et casquettes jaunes. Cela m’a aidé, et le team aussi parce qu’il a reçu de mauvaises nouvelles, et la première partie de la saison a été mauvaise, avec des chutes à Portimao, Barcelone et Assen. Ce n’est pas moi. Me faire battre, ok, mais je ne peux pas tomber pour finir treizième ! Je me sentais mieux sur la moto ici. Je ne vais pas gagner le championnat, mais finir dans le top-10 des dernières courses serait un peu différent. Nous devons essayer jusqu’à la fin.. Quelques tops-10 et prendre des points. »

Le 200e podium : « Regarde, je n’ai pas encore abandonné. je m’entraîne et essaie de rester concentré. Quand je monte sur la moto, je n’ai pas l’impression d’avoir décidé de me retirer à la fin de la saison, mais que j’ai plus d’années à faire. Je vais essayer jusqu’à la fin. »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

[…] Autriche, Rossi : « Quand j’ai vu ‘3e’ je me suis raidis ! » […]