Autriche, Zarco (J1) : « Dépasser les limites qui sont dans ma tête »



Sixième du Grand Prix de Styrie, dimanche, Johann Zarco a une nouvelle chance de briller sur le Red Bull Ring de Spielberg, ce week-end. Le tracé convient bien à sa Ducati, et son coéquipier Jorge Martin vient de gagner. Autant de raisons qui le pousse à saisir cette opportunité. Mission accomplie ce vendredi.

À l’attaque en fin de FP1, Johann Zarco a signé le meilleur temps de la séance, mais aussi le record absolu du circuit (!). Avant, quatre heures plus tard, de terminer deuxième d’une FP2 disputée sur un circuit séchant. Tous les voyants sont au vert pour le tricolore.

« Pas besoin d’être trop heureux car ce n’est que vendredi, mais c’est de la confiance pour préparer dimanche », a-t-il expliqué lors de son point presse. Le pilote Pramac Racing ne fait pas encore 100 % de ce qu’il voudrait faire sur la moto, et tente de repousser ses limites ce week-end. Tout en y mettant de la gestion, pour rester sur la même dynamique de bons résultats que celle entretenue depuis le début de la saison.

Stratégie payante en FP1 : « Une bonne première journée ! En FP1 je savais que les conditions seraient bonnes et j’ai demandé au team de préparer un nouveau pneu pour faire un time attack en fin de session, car on est déjà chauds du week-end dernier et je croyais qu’on pourrait faire quelque chose de bien. Je suis assez content que la stratégie ait bien fonctionné. Faire ce record donne encore plus de confiance, même si je ne fais pas encore à 100 % ce que je voudrais faire, et ce que j’ai pu voir de mon coéquipier. Pour le répéter je dois encore faire des tours, mais je pense que je suis allé dans cette direction et je suis content que ça paie. »

« Je voulais être rapide car je pensais que les températures allaient être trop chaudes l’après-midi, mais finalement on a eu de la pluie et même de la grêle. C’est une bonne première journée, pas besoin d’être trop heureux car ce n’est que vendredi, mais c’est de la confiance pour préparer dimanche. »

Trouver de nouvelles limites : « Je voulais faire une différence mentale pour essayer d’aller au-delà de certains limites qui sont dans ma tête, mais ce n’est pas encore parfait car parfois je force encore un peu trop. Mais dans le même temps nous avons fait deux modifications sur la moto et les deux ont bien fonctionné. C’est toujours comme ça, quand un pilote progresse la moto doit aussi le faire, et nous avons bien mixé ça. »

Rebondir après sa sixième place : « C’est ça le haut niveau et c’est quand on veut y arriver, qu’on est proche, il faut se bouger. Une demi-saison de bonne gestion où ça se passe comme il faut, je me retrouve deuxième du championnat, et avec mon coéquipier qui confirme le potentiel de la moto. Je disais que la moto peut gagner, il l’a fait. Ce qu’il y a de bien, en août, c’est qu’on répète deux courses en Autriche. Ce n’est pas me genre, mais ce serait partir dans la mauvaise direction que de dire ‘je sais tout, j’ai fait 6e car je n’avais pas le bon pneu et quand j’aurai le bon pneu je gagnerai’. Il faut savoir accepter que j’ai eu un blocage quelque part, qui n’est pas totalement fixé maintenant ; j’ai fait un beau chrono mais il faut savoir le répéter en course, et avoir la gestion mais aussi la prise de risques pour doubler et s’échapper. »

De l’hôpital à l’or : immensément Jorge Martin

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments