Autriche, Zarco : « Je ne peux pas que me contenter de prendre des points… »



Tombé au Grand Prix d’Autriche, Johann Zarco. « Si je ne tentais pas d’améliorer quelque chose en course, j’aurais subi, et je n’avais pas envie de subir. »

Compétitif à Spielberg, Johann Zarco avait signé des essais solides au Grand Prix d’Autriche, avec un record du circuit dès la première séance du vendredi, de bonnes prestations le samedi après-midi (meilleur temps en FP4, quatrième place en qualification) et un warm-up prometteur (deuxième), ce dimanche matin. Cela ne s’est cependant pas concrétisé l’après-midi.

Bien parti, le Cannois a passé la première moitié de la course dans le groupe de tête, au contact de Francesco Bagnaia, Fabio Quartararo, Marc Marquez et Jorge Martin. Mais il a progressivement lâché prise au fil des minutes, devant alors se concentrer sur la défense de sa cinquième place face au retour de Joan Mir. Jusqu’à ce qu’une chute, au 18e tour, ne mette fin à sa journée.

Johann Zarco a perdu l’avant de sa Ducati au virage 9, là où il était déjà tombé au warm-up. Une erreur commise alors qu’il tentait de « passer un cap » pour augmenter la cadence. « Je ne me trouvais pas trop mal, j’arrivais à attaquer mais quand il fallait faire de petits 1’24 ça ne venait pas, a-t-il expliqué à Canal +. C’est difficile sur le coup parce que le rythme n’était pas élevé, et j’ai pourtant eu du mal à suivre. Je n’étais pas du tout dans les chronos que je pouvais faire la veille. Est-ce que les conditions changeantes d’avant-course, avec des gouttes de pluie, ont rendu la piste autrement ? Et avec moi qui étais un poil sensible, ça rendait le sujet difficile. »

Le pilote Pramac ne se cherchait pas d’excuses à l’heure de faire le bilan : oui, il a forcé, et il assume. Arrivé quatre fois deuxième cette saison, il veut aller chercher sa première victoire. « C’est frustrant mais il y a un cap à passer pour pouvoir gagner des courses. À un moment donné, je ne peux pas que me contenter de prendre des petits points, mème si c’est parfois de gros points. Aujourd’hui, si je ne tentais pas d’améliorer quelque chose en course, trouver un autre rythme, j’aurais subi, et je n’avais pas envie de subir. Malheureusement je chute. »

« Il faut se bagarrer pour la victoire, pour voir le plaisir de gagner et passer un cap, poursuit-il. Je savais qu’il faudrait en passer par des chutes et des frustrations pour connaître ça ; les essais sont faits pour ça, je n’ai pas chuté aux essais mais en course. »

Doublé par Francesco Bagnaia et Joan Mir au championnat, Johann Zarco est quatrième à 49 points de Fabio Quartararo. Il est le perdant du jour parmi les candidats au titre, mais cela aurait pu être pire ; l’arrivée de la pluie a chamboulé le scénario de la course et fait gagner Brad Binder, qui ne se bat pas avec eux au classement général. « Heureusement il y a eu ce changement de conditions qui a fait que ça a été un sacré loto pour le résultat final, et ça me permet de rester dans la course au championnat. »

Prochain rendez-vous à Silverstone, fin août. Le Français abordera le Grand Prix de Grande-Bretagne avec la même mentalité qu’il termine celui d’Autriche : « La moto a le potentiel pour gagner presque partout, mais il faut réussir à se débloquer. Même en demi-teinte je suis assez performant, mais ça ne suffit pas. Il faut se remettre en question pour passer un cap. »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
GuzziRat
1 mois il y a

Le problème de Johann est qu’il a perdu son pilotage à lui, il ne va plus dans ses trajectoires différentes qui faisait sa particularité et qui l’ont fait gagné de nombreuses fois en Moto2 et mener 6 tours au Quatar lors de son premier MotoGP. Là, il est frustré de ne pas pouvoir suivre les autres en se calquant sur eux, mauvais plan ! Pilote comme tu sais faire avant que tu aies tout essayé et oublié ton pilotage à toi… Fabio, Pecco et Martinator se posent beaucoup moins de questions, ils pilotent avec leur instinct et les sensations du… Lire la suite »