Barcelone, Petrucci (3e) : « Suivre Quartararo aurait été trop risqué »



En décrochant un troisième podium consécutif, cette fois en Catalogne, Danilo Petrucci a encore terminé premier pilote Ducati. Et il sait que c’est du tout bon pour le renouvellement de son contrat dans l’équipe officielle.

« Avant la course, je me suis dit qu’un podium serait comme une victoire. Il était plus difficile de finir troisième ici que premier au Mugello. » Objectif atteint pour Danilo Petrucci, arrivé troisième à Barcelone. Un peu en retrait ce week-end, il a su se montrer malin et tirer profit des pépins de ses adversaires.

Sous le soleil Catalan, le premier défi était celui des pneumatiques, et il l’avait dit dès le samedi soir (lire ici). « Tout le monde était indécis, même sur la grille, mais j’ai était l’un des premiers à choisir un pneu soft. Je confiais en mes sensations et j’ai fait le bon choix. Je travaille dur pour être économe avec les pneus », explique-t-il. En raison de son poids, son physique et son style de pilotage, préserver les pneus est en effet l’une de ses difficultés.

Dans sa remontée, l’Italien a été aidé par l’accrochage ayant notamment impliqué son coéquipier Andrea Dovizioso. Il ne peut donc s’en satisfaire : « Cet accident m’a aidé mais c’est un mauvais coup pour le team. Ils étaient contents pour mon résultat, mais ce n’était pas la grande joie et je peux le comprendre. Lorenzo était très agressif. Je suppose qu’il voulait se montrer après ses récentes difficultés. »

Son contrat pour 2020 sécurisé ?

Deuxième derrière Marc Marquez, il a alors essayé de sécuriser son podium. « J’ai essayé de m’échapper, mais quand j’ai vu Alex Rins me doubler, j’ai compris que nous étions dans le même bateau. À ce moment, j’étais sûr de pouvoir finir sur le podium. Puis Quartararo m’a passé. Il était un peu plus rapide, le suivre aurait été trop risqué et j’ai préféré assurer. »

Troisième au Mans, premier au Mugello, troisième à Barcelone : l’Italien est dans une bonne dynamique. Il n’avait jamais enchaîné trois podiums consécutifs. « Mais je n’avais jamais été dans une équipe officielle, fait-il remarquer. C’est normal de faire ma meilleure saison, parce que je pilote la meilleure moto depuis mes débuts. »

Premier Ducatiste à l’arrivée, il a à nouveau marqué de bons points pour la prolongation de son contrat. Mais Petrux se veut prudent : « Personne ne me parle de certaines choses. Peut-être devrais-je pointer du doigt ce podium, ce pourrait être un sujet de discussion, sourit-il. Ma solution est simplement de ne pas y penser et donner mon meilleur pour essayer de les convaincre. Je comprends les dynamiques internes à l’entreprise. La seule chose est d’aller de l’avant, sans crainte. »

En attendant, la régularité et le travail de Danilo Petrucci portent leurs fruits : il est toujours quatrième du championnat (classement général, cliquez ici) mais s’est rapproché à 3 points d’Alex Rins (troisième) et 5 d’Andrea Dovizioso (deuxième). Jack Miller (sixième), qui lui dispute sa place dans le team Mission Winnow Ducati pour 2020, est repoussé à 45 longueurs. Du tout bon pour Petrux.

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

1
Poster un Commentaire

1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
Dude

Il mérite vraiment son contrat et ça paraît fou qu’on ne lui en parle pas officiellement, mais on sait aussi que les nationalités comptent énormément et avoir deux pilotes italiens n’est peut-être pas le mieux en terme de marketing, mieux vaudrait toucher aussi un autre marché… Cela dit ce serait vraiment étonnant qu’il ne l’obtienne pas.