Barcelone, Viñales dépité : « Je n’y comprends rien »



Neuvième du Grand Prix de Catalogne, Maverick Viñales rejette la faute de sa contre-performance sur le défaut de puissance de sa Yamaha. Celui-ci est d’après lui responsable de son mauvais départ et de son incapacité à pouvoir se battre avec les autres pilotes, dotés de motos plus rapides.

« C’est dur à digérer. » Maverick Viñales n’avait pas la tête des grands jours dimanche soir, au moment de raconter son dimanche barcelonais. Une semaine après avoir triomphé à Misano, le Catalan espérait enchaîner à domicile, sur une piste où il avait affiché un rythme compétitif aux essais. Mais ses espoirs se sont éteints dès les premiers mètres de la course.

Qualifié 5e, Mack a très mal négocié sa sortie de grille et s’est fait avaler au départ, jusqu’à se retrouver 15e au premier tour malgré la chute de deux pilotes devant lui (Johann Zarco et Andrea Dovizioso). Toujours 15e à la mi-course, il lui a fallu attendre le 13e tour pour commencer à regagner des places, grâce notamment aux erreurs de Valentino Rossi, Pol Espargaro puis Miguel Oliveira.

La dernière partie de l’épreuve lui a été plus favorable, et le pilote Yamaha a pu commencer à afficher un meilleur rythme et doubler quelques adversaires (Aleix Espargaro, Cal Crutchlow et Brad Binder). Trop tard pour obtenir un bon résultat : il termine 9e à 13,6 secondes du vainqueur, et retombe dans les travers desquels il espérait être sorti après sa victoire au Grand Prix d’Émilie-Romagne.

Le problème ? Le manque de puissance de la Yamaha, accuse Maverick Viñales. C’est, d’après lui, ce qui lui a fait perdre pied au départ. Des explications qui peuvent peiner à convaincre, quand on voit que Franco Morbidelli, Fabio Quartararo et Valentino Rossi – certes qualifiés en première ligne – ont réussi à partir devant.

« Je n’y comprends rien. Je me suis vu dans un entonnoir (en s’approchant du premier virage, NDLR), je n’arrivais pas à y croire parce que quand j’ai passé la troisième et la quatrième j’ai vu des motos qui me doublaient. Mir ma’a passé comme un avion, Zarco aussi, Petrucci pareil, et je me suis dit : ‘Il se passe quoi ?’. C’est frustrant parce que je ne peux pas non plus passer ceux de devant au freinage, je suis super loin. J’ai eu le rythme pour être devant tout le week-end, tout ça pour être derrière en course. »

« C’est difficile à digérer quand tu viens de gagner, de te sentir aussi bien. C’est comme un sceau d’eau glacé (sur la tête). C’est compliqué de garder la motivation et la vitesse quand tu vois que tu t’efforces, qu’il t’arrive pareil et que c’est le même problème : le départ. J’espère que cela se résoudra bientôt. (…) Je ne comprends rien. La moto n’en donne pas plus, tout est à fond. Elle ne pousse pas en 5e et 6e par rapport aux autres.»

En partant mal, Maverick Viñales s’est retrouvé en queue de peloton. Et là, autre problème, toujours lié à la puissance de moteur : difficile de doubler des adversaires qui vont mécaniquement plus vite. Pour le pilote Yamaha, soit il part devant et mène son train, soit il se retrouve en bagarre et s’effondre.

« C’est un peu la même dynamique que d’habitude : si tu es seul ça va, si tu es avec d’autres pilotes c’est impossible et tu détruis les pneus. » « Quand je suis seul en piste c’est totalement différent car je peux freiner très tard et prendre les virages, poursuit-il. Quand je suis avec les autres, comme ils vont plus vite, ils freinent plus tôt donc tu dois aussi freiner plus tôt. »

Un bilan qui fait dire à Maverick Viñales que « si tu te manques en qualification, ta course est pliée. Savoir que ta course se termine parce que tu fais 4e ou 5e aux essais est compliqué ». Sa solution pour briller au prochain Grand Prix, en France : se concentrer sur la qualification et partir devant, comme il l’a fait à Misano.

« Je vais me préparer pour être devant aux essais, rien de plus. À Misano je m’en suis bien sorti car nous avions beaucoup roulé là-bas et j’avais les réglages, nous savions qu’avec les réglages de course je pouvais faire un tour rapide. À Barcelone nous n’avions pas roulé et nous nous sommes concentrés pour avoir un réglage pour la course. Donc quand j’ai mis les pneus pour la qualification, logiquement la moto est très différente et je n’ai pas pu être fort. » « Au Mans l’objectif sera de faire la pole et sortir premier au premier virage. On l’a vu en Autriche, ou tu pars devant, ou il n’y a rien à faire », argue-t-il.

Toujours troisième au championnat, Maverick Viñales se retrouve à 18 points du leader, Fabio Quartararo.

Championnat MotoGP après Barcelone : 1. Quartararo 108 pts, 2. Mir 100 (-8), 3. Viñales 90 (-18), 4. Dovizioso 84 (-24), 5. Morbidelli 77 (-31), 6. Miller 75 (-33), 7. Nakagami 72 (-36), 8. Rins 60 (-48), 9. Oliveira 59 (-49), 10. Binder 58 (-50)… Classement complet

Barcelone, MotoGP : Quartararo de retour au sommet !

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de