Beirer (KTM) : « Johann a tout donné, mais ça n’a pas fonctionné »



Après avoir décidé d’écarter Johann Zarco et de le faire remplacer par Mika Kallio, Pit Beirer a pris le temps d’expliquer sa décision. Et il promet de libérer le pilote de son contrat plus tôt que prévu si l’opportunité de tester une autre moto se présente.

Lorsque, lors du Grand Prix d’Autriche, Johann Zarco leur a annoncé qu’il ne voulait pas aller plus loin que la saison 2019, « ce fut légèrement un choc ». Au fond d’eux, les cadres de KTM espéraient un changement d’avis. « Nous avons fini par accepter car ça se voyait qu’il souffrait de cette situation. Mais nous avons continué de travailler et au fond de moi, je me disais que l’arrivée de Dani lui serait également bénéfique. » 

Début septembre, l’espoir est revenu lorsque, au Grand Prix de Saint-Marin, Johann Zarco s’est hissé en Q2 avec des pneus usés. « On a vu un gars exceptionnel en train de piloter et puis en course, tout est revenu à la normale. Il a perdu six ou sept positions dans le premier tour, qu’il est tout compte fait parvenu à reprendre avec les chutes survenues devant. »

Le résultat n’était pas exceptionnel, mais pas non plus catastrophique. Cependant, les commentaires d’après-course l’ont décidé à rompre immédiatement : « En soi, la position était ok et le niveau était bon. Ceci étant, lundi matin j’ai de nouveau lu dans la presse qu’il n’aimait toujours pas la moto, qu’il ne prenait pas plaisir à rouler avec. J’ai pris conscience que c’était impossible de le satisfaire. Il n’y avait pas de plan derrière, mais il nous fallait stopper ça. Nous devons désormais regarder vers le futur. »

« Nous avons vraiment essayé de le satisfaire, en lui fournissant un prototype à son goût », assure à nouveau Pit Beirer. De cela, Johann Zarco n’a jamais dit le contraire : il a toujours affirmé que KTM avait travaillé et essayé. « Mais nous ne pouvions pas lui offrir ce qu’il demandait et il n’a jamais réellement pu s’adapter à cette moto », se désole le patron de KTM Motorsport.

Cette décision, Pit Beirer dit la regretter et éprouve de l’empathie, car il « apprécie beaucoup Johann. C’est une belle personne, qui a beaucoup souffert. Il a tout donné, mais ça n’a pas fonctionné. Nous sommes vraiment tristes et désolés de l’écarter de ce projet ».

Et pour preuve de cette affection, il promet de le libérer de son contrat s’il doit essayer la moto d’un autre constructeur. « Nous le paierons donc jusqu’au dernier jour de l’année, mais comme je l’ai déjà dit, si l’opportunité de tester une autre moto, de faire une course se présente à lui, alors nous le libérerons, car nous ne lui voulons rien de mal. J’espère qu’il aura encore un grand futur en MotoGP », conclut-il.

Johann Zarco : « Pas facile à digérer »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

2
Poster un Commentaire

2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

??????
Votre ex-petite amie s’amuse déjà avec les mecs en deux malles. Mais ne vous découragez pas ici, vous pouvez supprimer deux ou trois pour tous vos besoins https://aww.su/Nf3qD

[…] Beirer, avait expliqué que s’il trouvait une opportunité sur une autre marque, il serait ‘libéré’ de son contrat (lire ici). C’est ce qui va se produire. Honda va officialiser l’information dans les prochains […]