Bradl : « Si Marquez a son mot à dire au championnat… »



Avec le retour à la compétition de Marc Marquez prend fin la mission de remplacement de Stefan Bradl. L’Allemand, présent dans le box Repsol Honda depuis le Grand Prix de République-Tchèque, en août 2020, va retrouver son quotidien de pilote d’essai, après avoir palier à l’absence de son partenaire espagnol durant 14 courses.

Annoncée ce samedi par le principal intéressé, la participation de Marc Marquez au Grand Prix du Portugal, le week-end prochain, n’a pas surpris Stefan Bradl. D’une part, parce que le team-manager du HRC, Alberto Puig, l’en avait informé avant. D’autre part, « car son retour a quasiment pu avoir lieu au Qatar », répond-il à Speedweek. Il fallait donc s’attendre à ce que les deux semaines de repos supplémentaires soient décisives pour l’obtention du tant attendu feu vert médical.

Le tracé de Portimao, caractérisé par ses montagnes russes, est l’un des plus physiques du calendrier. Marc Marquez y a tourné en Honda RC213V-S début mars, mais y enchaîner trois jours de MotoGP ne représente pas le même effort. Ne fallait-il pas attendre un autre circuit ? Non, répond Stefan Bradl. Parce que l’intensité sera similaire ailleurs, et parce que si l’Espagnol souhaite briguer le titre mondial, il ne faut pas perdre de temps.

« Je ne crois pas que le circuit sur lequel il revienne soit important. Portimao est un circuit exigeant. Mais cela n’aurait pas été plus facile à Jerez, deux semaine plus tard ; c’est un circuit où il n’y a pas de moment pour se reposer. Les circuits au programme en Europe ne sont pas faciles. Avec la MotoGP, il n’y a pas de piste qui ne soit pas extrêmement exigeante. Donc je dirais que plus tôt Marc revient, mieux c’est. S’il a son mot à dire au championnat du monde, il a plus de chances en revenant après deux courses qu’après trois, même si les possibilités sont très minces. »

Quant aux objectifs auxquels l’octuple champion du monde peut aspirer, son remplaçant a confiance en lui. Non, il ne faut en théorie pas s’attendre à le voir devant d’entrée de jeu. Mais ça, c’est pour la théorie ; avec Marc Marquez, on a vite fait d’éliminer la phase « impossible » de son vocabulaire.

« Un Marc Marquez ne revient pas sans être préparé. C’est un professionnel à part entière. Bien sûr, c’est un nouveau défi pour lui, il n’en a jamais eu un comme ça. Mais je suis convaincu que Marc a beaucoup réfléchi à quand et comment il reviendra au cours des derniers mois. C’est planifié dans les moindres détails. Je suis sûr qu’il a appris des erreurs commises. J’ai une grande opinion de Marc. »

« On ne doit pas forcément s’attendre à ce qu’il remporte la première course ou termine sur le podium. C’est complètement hors sujet. L’essentiel est qu’il soit en forme et compétitif, qu’il reprenne progressivement le rythme. Dans les courses après le Portugal, il pourra à nouveau se fixer des objectifs concrets. Mais si Marc finit sur le podium à Portimão, je ne serai pas surpris. Ce ne serait pas une sensation pour moi. »

Championnat après le GP de Doha : 1. Zarco 40 pts, Quartararo 36 (-4), 3. Viñales 36 (-4), 4. Bagnaia 26 (-14), 5. Rins 23 (-17)… Classement complet ici

Marc Marquez, chronologie d’un retour sans cesse reporté

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
6 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

[…] Bradl : « Si Marquez a son mot à dire au championnat… » […]

[…] ». Il s’agit de fait de l’une des pistes les plus physiques du calendrier. Même si, comme le dit Stefan Bradl, « avec une machine de MotoGP, il n’y a pas de piste qui ne soit pas extrêmement […]

bristol free dating

dating chinese girls free online

free messaging sex dating

free dating sim games online