« Ça ne va pas mieux » : Espargaro tire la sonnette d’alarme !



« Depuis trois ans c’est toujours pareil » : Aleix Espargaro se démène au guidon de son Aprilia, sans succès. Nous sommes en juillet 2019 et l’Espagnol pense déjà à la saison suivante.

Arrivé dans l’Aprilia Racing Team Gresini en 2017, Aleix Espargaro ne parvient pas à trouver le déclic tant attendu sur la RS-GP, la machine la moins compétitive du plateau MotoGP. Classé 15e en 2017 (62 points), il avait reculé en 2018 (17e, 44 points) et c’est un peu mieux cette année (14e avec 31 points après 9 Grands Prix), mais cela ressemble à 2017. Au bout de près de trois ans de labeur, ce n’est pas assez.

L’Espagnol se démène mais chute beaucoup. Il a parfois réussi à se hisser dans le bon groupe (on l’a vu plusieurs fois aux portes du top-5), mais cela ne se concrétise pas. En 2019, son meilleur résultat est pour l’instant une 9e place. « Cela ne va pas de mieux en mieux, parce que si c’était le cas, on se battrait dans le top-6 ou le top-8. Mais nous sommes encore loin », se désole-t-il.

« Ça ne va pas mieux que ces trois dernières années, c’est toujours pareil, insiste Aleix Espargaro. Nous devons beaucoup améliorer la moto. La RS-GP doit être plus compétitive. » À tel point que d’après lui, ce n’est déjà plus vraiment la peine de nourrir des espoirs pour 2019. Mieux vaudrait se concentrer sur 2020.

C’est pourquoi le pilote Aprilia est en train de se résoudre à utiliser 2019 comme « une année d’essais » (!). « Nous avons besoin de nombreuses améliorations et je ne pense pas que nous puissions le faire dès cette saison. Il est donc important de bien préparer la moto de 2020. Si nous pouvons tester des choses pour 2020 dès cette saison, alors c’est bien, même si nous perdons du temps au cours du week-end. »

« Pas facile d’être confiant… »

Face à cette situation, Aleix Espargaro donne des signes d’usure. « Pour moi ce n’est pas facile d’être confiant, car les trois années chez Aprilia ont été très similaires. » Il assure cependant avoir confiance en Massimo Rivola, nouveau patron du projet Aprilia MotoGp : « J’estime que si quelqu’un peut changer quelque chose, c’est Rivola.

Il vient d’arriver je lui donnerai du temps, indique le pilote Espagnol, dont le contrat avec Aprilia va jusqu’à fin 2020. Il fait pression sur de nombreux membres pour qu’ils changent les choses. Les choses sont comme elles sont et la RS-GP n’est pas compétitive. Il est important de préparer la moto pour l’avenir, afin d’éviter une autre année comme celle là. »

Iannone descend son coéquipier Espargaro (Aprilia)

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

4
Poster un Commentaire

3 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
fred-bear

Qu’il échange sa place avec zarco, qui saura faire rouler l’aprilia (peut être) et lui chez ktm avec son frère faire rouler les camions poubelle

Spec

La toute fine analyse….merci docteur.

Shannon

Allez sur http://Badoo.red – excellent site de rencontres pour adultes avec système de recherche intelligent pour trouver un partenaire pour avoir des relations sexuelles

[…] la reprise, Aleix Espargaro a tiré la sonnette d’alarme : « Ça ne va pas mieux que ces trois dernières années, c’est toujours pareil, Cela ne va […]