Calendrier : comment fonctionneront les rotations Espagne/Portugal



Il n’y aura bientôt plus 4 Grands Prix/an en Espagne, mais 3 répartis sur la péninsule ibérique. Avec l’élargissement du calendrier vers de nouveaux pays, un système de rotation va être mis en place. GP-Inside vous explique comment cela va fonctionner.

Le calendrier du championnat du monde MotoGP prévoit d’atteindre un rythme de 22 courses par saison – ce sera possible à partir de 2022, et c’est le souhait de la Dorna. Plusieurs destinations (Hongrie, Indonésie, Mexique…) sont dans les plans des organisateurs, qui veulent ouvrir les horizons des marchés et rouler « dans des pays très stratégiques pour les constructeurs et les teams ».

Pour pouvoir visiter plus de pays, la Dorna va devoir réduire le nombre de courses organisées en Espagne, qui en accueille aujourd’hui 4 (Jerez, Barcelone, Aragon, Valence). « Tout le monde me dit être content d’avoir quatre GP en Espagne, mais nous ne pouvons pas rester dans cette position », indique Carmelo Ezpeleta. D’autant que l’arrivée prévue du Portugal, avec Portimão, portera à 5 le nombre de Grands Prix dans la péninsule ibérique. « Je dois créer une rotation pour faire bouger le championnat. »

En quoi consistera ce système de rotation ?

Les circuits actuels et la destination portugaise seront tous au programme du MotoGP, mais pas tous les ans. Il y aura 3 GP/an en Espagne+Portugal, donc 2 des 5 circuits resteront ‘au repos’ chaque saison. L’année d’après, ces circuits accueilleront une course et ce sera à d’autres de se mettre ‘au repos’. Le but est que sur 5 ans, chaque circuit reçoive la visite du MotoGP au moins 3 fois.

Concrètement, cela pourrait par exemple donner ça :
2022 : Jerez, Barcelone, Valence.
2023 : Jerez, Aragon, Portimão.
2024 : Barcelone, Aragon, Valence.
2025 : Jerez, Aragon, Portimão.
2026 : Barcelone, Portimão, Valence.

On voit là que sur 5 ans, chaque circuit de la péninsule ibérique a accueilli 3 Grands Prix, et n’est jamais resté ‘au repos’ plus d’un an. « Les contrats que je vais faire avec les circuits de la péninsule ibérique seront structurés ainsi : une garantie de 3 courses tous les 5 ans, avec la conscience que cela peut être 3 minimum et 5 maximum », précise Carmelo Ezpeleta. Cela a déjà été accepté par le circuit Ricardo Tormo de Valence.

Cette clause pouvant monter à 5 maximum n’est pas un hasard : « si une ne négociation en cours n’aboutit pas, alors nous ferons une course de plus en Espagne. » En clair : si un autre pays du calendrier a un problème (exemple cette année avec le KymiRing, en Finlande, qui ne sera pas homologué), alors un circuit de la péninsule ibérique censé être’ au repos’ sera utilisé comme solution. Une sorte de ‘réserve’, au cas où il y ait un problème avec un autre Grand Prix.

Pas de MotoGP 2020 ? « Nous serions des idiots si nous n’y pensions pas »

Informations concernant le coronavirus et les consignes sanitaires à respecter disponibles ici

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

2
Poster un Commentaire

2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] Calendrier : comment fonctionneront les rotations Espagne/Portugal […]

… [Trackback]

[…] Informations on that Topic: gp-inside.com/calendrier-comment-fonctionneront-les-rotations-espagne-portugal/ […]

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store