Catalogne, Simoncelli : « Fellon doit être plus agressif »



Le nouveau week-end blanc de l’équipe SIC58 Squadra Corse, en Catalogne, n’est pas du goût de Paolo Simoncelli. Il demande à Tatsuki Suzuki et Lorenzo Fellon de se montrer plus agressifs en piste.

Tatsuki Suzuki 19e avec 18 points, Lorenzo Fellon non-classé : sept courses ont passé en 2021, et les résultats du team SIC58 Squadra Corse sont loin de correspondre à ses attentes initiales. La manière avec laquelle Paolo Simoncelli débute le débriefing de son week-end du Grand Prix de Catalogne en dit long sur son insatisfaction.

« Il y a des dimanche qu’on aimerait voir durer pour toujours, inoubliables, et des dimanche qu’on aimerait oublier le plus vite possible, comme celui-ci. Dans ce métier, avoir des jours comme ça arrive… Des jours où on veut juste rentrer chez soi, parce que comme en dit en Romagne, ‘quand la roue de la fortune ne tourne pas, elle ne tourne pas’. Nous avions tellement d’attentes, toutes envolées… Nous rentrons à la maison avec une avant-avant dernière place et deux chutes. », introduit-il.

Qualifié 8e, Tatsuki Suzuki n’est pas parvenu à maintenir sa position en course. Le Japonais est resté dans le groupe de tête mais sorti du top-10, roulant aux environs de la 15e place. Jusqu’à être victime d’une chute, au même moment où John McPhee et Andrea Migno sont tombés. Quelque chose qui aurait moins de chances d’arriver s’il était parmi les leaders, peste Paolo Simoncelli, qui parle de « trajectoires de touriste » empruntées par son pilote de référence.

« Tatsuki est perdu, le Tatsu des ‘grandes satisfactions’ a pris une pause. Il peut être compétitif aux essais, mais lors des dernières courses, il utilise sa propre stratégie que je n’approuve pas, il tourne à l’extérieur et non sur le vibreur, il n’est pas incisif, comme s’il roulait avec la moitié de ses capacités. C’est pourquoi il se retrouve toujours au fond du groupe, où les risques sont plus grands. Je dois admettre que cette année quelques pilotes sont arrivés du CEV, ils sont tellement agressifs, ils sont prêts à risquer leur vie, mais il doit se retrouver, il doit rouler à nouveau comme avant et arrêter de suivre ces trajectoires touristiques. »

Tatsuki Suzuki à terre au 10e tour, les espoirs de l’équipe reposaient sur Lorenzo Fellon. Le Français n’était lui pas dans le premier wagon, mais les nombreux abandons du Grand Prix auraient quand même pu lui permettre de marquer des points à l’arrivée : le groupe dans lequel il figurait s’est étiré de la 12e à la 17e place, sur 18 pilotes passés au drapeau à damiers. Malheureusement pour lui, il finit 16e à 88 millièmes du premier point. « Nous avons Fellon, qui progresse un peu mais qui a besoin de rendre son pilotage plus agressif, en particulier au freinage. S’il ne le fait pas il sera difficile d’arriver quelque part », pousse Paolo Simoncelli.

Quant à l’Italien Mattia Casadei, engagé en MotoE, il est tombé dans l’avant-dernier tour alors qu’il était à la lutte pour le podium, et même la gagne. « Belle course de Mattia Casadei, mais pas pour la manière dont elle a terminé. Mais c’est ok de commettre une erreur si c’est alors qu’il se battait pour la victoire. »

Paolo Simoncelli termine en revenant sur l’événement marquant du week-end : la confusion qui règne autour de la Direction de course. Il écrit cependant avec une certaine retenue. Non pas que le patron du team n’en pense rien, mais parce que les nombreuses réactions du Grand Prix donnent raison à celles que lui exprime depuis déjà pas mal de temps :

« Le chaos a émergé après les courses Moto3 et MotoGP, et il était facile pour tout le monde de critiquer. Même si les gens n’étaient auparavant déjà pas d’accord avec le travail de la Direction de course, personne n’osait dire quoi que ce soit ; mais après ce qui s’est passé ce week-end, maintenant tout le monde critique. Aujourd’hui je ne veux pas partager leurs pensées car j’ai déjà exprimé les miennes mille fois. »

« Les pour et les contre de ces règles sont qu’elles sont trop flexibles, et que maintenant la chose devient incontrôlable. Je retourne sur le circuit de Barcelone, cette fois pour le championnat CEV, où je retrouverai mes plus jeunes pilotes et une Direction de course digne de ce nom.
(Au final, je les critique comme tout le monde). »

-PaoloSic58-

Simoncelli charge la Direction de course : « Il faut des cou***** et s’ils n’en ont pas, qu’ils changent de métier »

✪ Vous aimez GP-Inside ? Aidez-nous à survivre et continuer en devenant Premium. Soutenez le travail d’un média sérieux et passionné, lisez nos articles, gagnez nos concours et profitez d’un site 100 % sans pub. ✪ Pour fêter le 1-2 de Quartararo- Zarco au championnat, l’offre à 19,99€/an (seulement 1,6€/mois) est prolongée en juin !

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments