« Certains comprendront, d’autres critiqueront » : Arenas s’explique sur son drapeau noir



Pénalisé d’un drapeau noir pour « pilotage irresponsable », Albert Arenas a connu la première disqualification de sa carrière à Valence. Son comportement a suscité de nombreuses réactions. Il s’en explique.

Il y a des jours avec et des jours sans. Le dimanche du Grand Prix d’Europe était définitivement un jour sans pour Albert Arenas. Il avait pourtant plutôt bien débuté, avec un meilleur temps obtenu au warm-up le matin. Mais la situation s’est corsée dès le premier tour de la course. Qualifié 4e et parti avec les leaders, l’Espagnol a été la victime indirecte de l’accident d’Alonso Lopez, à ses côtés.

Tombé après avoir percuté la moto de Celestini Vietti, qui venait de chuter juste devant lui, le pilote Husqvarna a heurté la KTM d’Albert Arenas. Machine endommagée, retour aux stands et perte provisoire de la tête du championnat pour lui, car Ai Ogura était alors deuxième.

Les mécaniciens de l’équipe Aspar se sont affairés autour de la moto pour la remettre en bon état de marche. « L’objectif était de reste en piste, parce que si jamais il y avait un drapeau rouge j’aurais pu reprendre la course », explique-t-il. D’où le fait qu’il soit ressorti des stands 30e : en cas de drapeau rouge pour incident quelconque, un deuxième départ aurait été donné, et Albert Arenas serait reparti depuis la grille. Certes 30e, mais avec des chances de remonter et marquer des points.

À sa sortie des stands, l’Espagnol a semblé se chercher quelques minutes, avant de finalement retrouver son rythme. Au même moment passait le groupe à la lutte pour le podium, où se trouvait notamment son dauphin au championnat, Ai Ogura. Dauphin auquel Albert Arenas n’a pas hésité à s’attaquer, et ce alors que l’un jouait la 2e place tandis que l’autre était hors des points, avec plus d’un tour de retard. Une conduite jugée « irresponsable » par la Direction de course, qui lui a présenté un drapeau noir et l’a disqualifié.

Comment justifier cette attitude apparemment peu fair-play ? Albert Arenas explique qu’il n’a pas cherché à attendre Ai Ogura pour le gêner : sa moto n’avait pas été entièrement bien réparée et il lui a fallu un peu de temps pour s’y faire. « Au moment où j’ai compris comment piloter la moto, j’étais au milieu du groupe », explique-t-il. De là, il dit avoir simplement tenté de donner son maximum, sans calculer.

« J’ai essayé de rattraper les pilotes de devant car je roulais vite, de faire mes tours. Il y a des gens qui vont comprendre ma situation et d’autres qui vont me critiquer. Au final je me bats pour un championnat, dimanche j’ai essayé de rester devant et de continuer à me battre. Je ne voulais rien faire à moitié, je voulais essayer de rester là, montrer notre rythme et offrir du beau spectacle en piste, c’est tout. J’ai fait de mon mieux et j’ai respecté les drapeaux : au drapeau bleu j’ai laissé passer un pilote, et au drapeau noir je suis rentré. »

Albert Arenas a conservé la tête du championnat malgré son résultat blanc, mais l’écart avec Ai Ogura n’est plus que de 3 points. Par chance pour lui, trois autres de ses adversaires pour le titre – Celestino Vietti, Jaume Masia, John McPhee – ont chuté.

Championnat Moto3 après Valence : 1. Arenas 157 pts, 2. Ogura 154 (-3), 3. Vietti 137 (-20), 4. Arbolino 134 (-23). 5. Masia 133 (-24), 6. McPhee 119 (-38), 7. Fernandez 118 (-39), 8. Binder 101 (-56), 9. Suzuki 83 (-74), 10. Rodrigo 80 (-77)…

Le calendrier provisoire du MotoGP version 2021

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

2
Poster un Commentaire

2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] « Certains comprendront, d’autres critiqueront » : Arenas s’explique sur son drapeau n… […]

[…] « Certains comprendront, d’autres critiqueront » : Arenas s’explique sur son drapeau n… […]

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store