Champion sans gagner ? Mir ne serait pas le premier



Leader du championnat du monde MotoGP, Joan Mir n’a toujours rien gagné à 3 Grands Prix de la fin de la saison 2020. Remporter le titre sans victoire est rare, mais pas inédit.

Le champion du monde sortant, Marc Marquez, avait prévenu au début de la saison : remaniée par l’épidémie de Covid-19, la campagne 2020 sera « courte et intense », et il ne faudra « pas faire d’erreur ». Effectivement intense, cette campagne est peut-être la plus surprenante de l’histoire des Grands Prix, avec d’improbables rebondissements chaque week-end.

À trois courses de la fin, 14 pilotes peuvent encore mathématiquement être titrés. Parmi eux, 6 favoris se dégagent, de Joan Mir (1er) à Alex Rins (-32) en passant par Fabio Quartararo (-14), Maverick Viñales (-19), Franco Morbidelli (-25) et Andrea Dovizioso (-28). Et le plus étonnant, c’est que le mieux placé d’entre eux est le seul à n’avoir toujours pas gagné.

Jamais monté sur la plus haute marche du podium, Joan Mir fait la différence grâce à une régularité redoutablement efficace : 6 podiums sur 11, tous obtenus lors des 8 dernières épreuves disputées. Cette constance combinée aux problèmes de ses adversaires (freins à Spielberg puis pneus en Aragon pour Fabio Quartararo, mauvaises sensations sur la Ducati avec le nouveau pneu arrière Michelin pour Andrea Dovizioso, blessure à Jerez pour Alex Rins…) lui permettent de figurer au sommet du classement.

Joan Mir champion du monde sans victoire ? S’il a avoué que cela le dérangeait, il pense aussi que « le championnat est plus important que de gagner une course ». « C’est clair que je vais profiter de l’opportunité (de gagner) si elle se présente, mais s’il faut faire des folies, c’est peut-être mieux de ne pas les faire. Nous sommes très proches au championnat et un ‘zéro’ peut grandement nous pénaliser », commentait-il après le Grand Prix de Teruel.

La situation, surprenante, donnerait un caractère encore plus atypique à une saison 2020 déjà très particulière. Mais elle ne serait pas inédite, bien que cela ne se soit que très rarement produit dans l’histoire du sport moto.

Le premier à avoir été titré sans gagner est l’Espagnol Manuel Herreros, vainqueur du dernier championnat du monde 80cc en 1989. Pilote Derbi, « Champi » avait capitalisé sur ses 4 podiums en 6 courses pour décrocher le titre avec 12 points d’avance sur le Suisse Stefan Dörflinger. Ce-dernier n’avait d’ailleurs pas non plus gagné (!). Il fallait descendre à la 3e place pour trouver un vainqueur, Peter Öttl. L’Allemand avait gagné 3 fois mais enregistré 2 résultats blancs, fatals pour son championnat dans une saison aussi courte.

Après Manuel Herreros vint son compatriote Emilio Alzamora (en couverture de l’article), titré en 1999 en 125cc, lui aussi sans gagner. Le champion de la régularité, à nouveau : 10 podiums en 16 courses, et surtout quasiment aucune erreur commise. Son rival Marco Melandri, vainqueur de 5 Grands Prix cette année-là, n’a été battu que de 1 point, mais a perdu le titre sur deux forfaits et deux abandons.

À cette liste s’ajoute la couronne Supersport d’Andrew Pitt en 2001. Pas de succès pour l’Australien, mais 6 podiums sur 11 possibles et toutes les manches terminées dans les points (pire résultat : 11e), ce qui lui permis de devancer Paolo Casoli de 2 petites unités à l’arrivée.

Ce qui serait inédit pour Joan Mir, c’est que ce n’est encore jamais arrivé en MotoGP/500cc. Le plus faible nombre de victoires d’un champion en catégorie reine est 2. C’est arrivé quatre fois : en 1949 (Leslie Graham), 1950 (Umberto Masetti), 1952 (Umberto Masetti) et Nicky Hayden (2006). À la décharge des pilotes des années 50, les saisons ne comportaient que 6 (1949-1950) et 8 (1952) Grands Prix.

Il reste encore trois chances à Joan Mir pour ne pas rejoindre Manuel Herreros, Emilio Alzamora et Andrew Pitt : deux à Valence (8 et 15 novembre), puis une dernière à Portimao le 22 novembre.

Aragon 2 : Oui, Mir a pensé au championnat

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

3
Poster un Commentaire

3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] de Grand Prix. Être champion sans gagner ? C’est arrivé à Emilio Alzamora en 1999 (lire ici). L’Espagnol estime qu’il ne faut pas non plus en faire un drame, car l’objectif […]

[…] Champion sans gagner ? Mir ne serait pas le premier […]

[…] L’histoire de Manuel Herreros et Emilio Alzamora, champions du monde sans gagner une course de la saison, ne sera pas celle de Joan Mir. Souvent sur le podium mais jamais sur la plus haute marche, il a finalement triomphé de ceux qui lui prédisaient pareil destin en remportant le Grand Prix d’Europe. Une victoire acquise en patron parl e pilote Suzuki : départ dans le groupe de tête, prise de la tête de la course au 17e tour, sécurisation de sa première place et franchissement de la ligne d’arrivée sans avoir été attaqué par personne. […]