Chez BMW, priorité au SBK plutôt qu’au MotoGP



Le PDG de BMW Motorrad, Markus Schramm, estime que les efforts concédés pour mener le constructeur allemand en MotoGP n’en vaudraient pas la peine.

La saison 2019 a marqué le retour de l’usine BMW en championnat du monde Superbike, une première depuis 2013. Entre-temps, plusieurs motos avaient été engagées, mais l’implication de la marque était moins élevée.

L’ancien champion du monde WSBK, Tom Sykes, a terminé sa première campagne au guidon de la S1000R à la huitième place du classement général. En dépit d’une moto encore en développement, il est monté sur quatre podiums et a claqué une pole. De quoi donner satisfaction à son patron, Markus Schramm.

« De mon point de vue, nous avons clairement dépassé les attentes fixées, se réjouit le PDG de BMW Motorrad au micro de Motorsport. En raison du court délai de temps, nous avions dit que ce serait une année d’apprentissage. Nous ne nous attendions pas à un podium. Nous n’avions pas prévu d’obtenir quatre podiums. En plus de cela, nous étions en lutte pour le podium sur certaines courses où nous avons ensuite eu des problèmes techniques. »

Pour 2020, l’ex-pilote MotoGP Eugene Laverty rejoint les troupes BMW à la place de Markus Reiterberger, décevant en 2019 (quatorzième place finale). « Notre objectif est de tirer profit des succès de 2019 et de nous développer davantage. Donc notre but doit être d’obtenir un ou deux podiums supplémentaires. À long terme, nous voulons évidemment être au sommet. »

Le PDG du constructeur germanique ne regrette donc pas ce retour en WSBK. « Je ne me suis pas demandé si nous devions oser revenir. C’était tout à fait clair, parce que le sport moto fait partie de l’ADN de BMW. Nous devons donc également y être représentés. Un point important est que nous venons de la course clients. La saison dernière, 120 pilotes ‘clients’ ont participé à 25 championnats, obtenu 250 podiums, 90 victoires et 9 championnats. C’est central pour BMW. »

Une arrivée en catégorie MotoGP n’est en revanche pas envisagée. D’après Markus Schramm, le jeu n’en vaut pas la chandelle : BMW a plus à gagner en Superbike. « En WSBK il y a de fortes synergies techniques, en comparaison avec le MotoGP. Je pense que l’effet supplémentaire pour la marque est marginal en MotoGP. Cela ne justifierait pas les efforts que nous devrions mettre en place. Pour nous, la course clients et le championnat du monde Superbike sont clairement les priorités. »

Stay tuned !
Rejoignez-nous sur FacebookTwitter, Instagram.

Vitesse : SUPERCALENDRIER 2020

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

1
Poster un Commentaire

1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] Aprilia, Ducati, Honda, KTM, Suzuki, Yamaha… Qui sera le prochain constructeur engagé en championnat du monde MotoGP ? Personne n’a pour l’instant prévu de toquer à la porte de la catégorie reine. La firme allemande BMW, présente en Superbike, estime par exemple que le jeu n’en vaut pas la chandelle (lire ici). […]