Coronavirus et MotoGP : comment ça se présente



L’épidémie de coronavirus, qui touche plusieurs dizaines de pays à travers le monde, pourrait bouleverser le déroulé du début de la saison 2020 de MotoGP.

L’épidémie de maladie à coronavirus (COVID-19) va-t-elle toucher, de près ou de loin, le championnat du monde de vitesse moto ? Si les craintes étaient relatives début février, lorsque le sujet est venu sur la table pour la première fois, la propagation de la maladie a fait évoluer la situation.

Plusieurs événements sportifs ont déjà été annulés dans le monde – des matchs de football en Italie, ou encore le Grand Prix de Formule 1 de Chine.

Le Qatar, théâtre du premier Grand Prix moto de la saison, n’a pas encore été touché par le coronavirus. Mais la multiplication des foyers ces derniers jours (map ici) pourrait rebattre les cartes du rendez-vous, prévu le 8 mars. Notamment parce que de nombreux pilotes, mécaniciens, teams (…) viennent d’Italie et du Japon. Or, les deux pays sont touchés par le coronavirus : 655 cas détectés en Italie (18 morts), 214 cas détectés au Japon (4 morts).

Il n’est donc pas impossible que le Qatar ne décide de prendre des mesures restrictives vis-à-vis de ces deux pays. Le ministre de la Santé, Hanan Mohamed Al Kuzari, a recommandé l’annulation de vols venant de pays touchés par l’épidémie. Et les équipes prennent ça très au sérieux puisque plusieurs ont demandé à leur personnel habitant en Italie et au Japon de ne pas rentrer chez eux après le test de Losail ; ils vont rester au Qatar jusqu’au Grand Prix.

Plusieurs équipes MotoGP sont basées en Italie (Aprilia Racing Team Gresini, Ducati Team, Pramac Racing…), et trois des six constructeurs sont japonais (Honda, Suzuki, Yamaha). Le planning et l’organisation doivent être repensés en fonction. Le championnat MotoGP est par ailleurs rempli de pilotes qui vivent en Italie, comme Andrea Dovizioso, Danilo Petrucci ou Valentino Rossi. Faut-il craindre des complications pour eux ? Quant au Japonais Takaaki Nakagami, il ne devrait pas avoir de problème car il vit à Barcelone, et l’Espagne est pour l’instant relativement épargnée (15 cas détectés, aucun mort).

Deux semaines après le Grand Prix du Qatar, les pilotes ont rendez-vous en Thaïlande pour la deuxième épreuve du championnat. Le coronavirus ne s’y est pas diffusé comme dans d’autres pays d’Asie (41 cas détectés, aucun mort). La course ne devrait pas être annulée.

Le patron de la Dorna, Carmelo Ezpeleta, reste toutefois prudent. Les décisions finales ne sont pas entre ses mains : « En Thaïlande ou dans tout autre pays, compte tenu du problème du coronavirus, nous parlons aux autorités locales pour qu’elles nous disent si le pays est sûr ou pas. Nous avons déjà parlé avec la Thaïlande ainsi qu’avec le Qatar, puis nous le ferons avec les États-Unis et nous continuerons comme cela. Ce n’est pas une décision qui dépend de nous. Partout, il s’agit d’une décision gouvernementale. »

Les membres du paddock se posent déjà des questions concernant le Grand Prix des Amériques (week-end du 5 avril), par rapport aux mesures restrictives que sont en train de prendre les États-Unis concernant les voyageurs venus de pays étrangers. Et celles qui pourraient être prises selon l’évolution de la maladie. Situation à suivre avec attention, donc.

Stay tuned !
Rejoignez-nous sur Facebook, Twitter, Instagram.

Coronavirus : le GP de Thaïlande confirmé

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

1
Poster un Commentaire

1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] Coronavirus et MotoGP : comment ça se présente […]