Crise et asphalte à refaire ont raison du GP de République-Tchèque



Il n’y aura pas de Grand Prix de République-Tchèque en 2021, en raison d’un manque de fonds pour la réfection du circuit et l’organisation de l’épreuve. Une première depuis 1992.

Mike Hailwood, Giacomo Agostini, Mick Doohan, Valentino Rossi, Marc Marquez : les plus grands champions de l’histoire du sport moto ont gagné à Brno, temple de la vitesse en République-Tchèque. Mais les forêts qui entourent l’Automotodrom Brno Masaryk n’entendront pas les moteurs des pilotes du championnat du monde en 2021. La non-tenue du Grand Prix, redoutée après sa non-apparition au calendrier provisoire de la saison, a été confirmée par le conseil municipal de Brno. La raison : un manque d’argent.

La Dorna demande en effet à ce que le circuit de Brno soit resurfacé, après que des pilotes se soient plaints de l’état du bitume, pas refait depuis 12 ans. Les travaux coûteraient environ 100 millions de couronnes tchèques, soit près de 4 millions d’euros. À cela s’ajoute l’augmentation de la redevance demandée aux organisateurs par la Dorna, qui s’élève désormais à 6 millions d’euros contre 4 auparavant.

Ces frais, le promoteur du Grand Prix de République-Tchèque ne peut pas les payer. La situation serait déjà délicate en temps normal, et la crise sanitaire est passée par là. La ville de Brno et la région de Moravie, qui sont les principaux sponsors de l’événement, doivent concentrer leurs efforts sur les urgences d’un quotidien marqué par l’épidémie de Covid-19, et ne peuvent donc satisfaire ces requêtes économiques. D’autant plus que les bénéfices habituellement engrangés – billetterie, tourisme… – ne sont pas assurés, car il n’est pas certain que du public puisse se rendre dans les tribunes.

La venue du championnat du monde à Brno était une tradition vieille de près de 45 ans. Le circuit avait intégré le calendrier en 1965, et accueilli des Grands Prix chaque saison, à l’exception des années 1983 à 1986 (les courses ne faisaient pas partie du mondial) puis 1992.

Reste à savoir si un autre événement prendra la place habituellement réservée à Brno durant l’été. Trois pistes de « réserve » du calendrier sont en lice : Igora (Russie), Mandalika (Indonésie) et Portimao (Portugal).

Calendrier MotoGP 2021 (provisoire) :
28 mars : Losail (Qatar) * course de nuit
11 avril : Termas de Río Hondo (Argentine)
18 avril : Austin (États-Unis)
2 mai : Jerez (Espagne)
16 mai : Le Mans (France)
30 mai : Mugello (Italie)
6 juin : Barcelone (Catalogne)
20 juin : Sachsenring (Allemagne)
27 juin : Assen (Pays-Bas)
11 juillet : KymiRing (Finlande) ** en attente d’homologation
15 août : Spielberg (Autriche)
29 août : Silverstone (Grande-Bretagne)
12 septembre : Aragon (Espagne)
19 septembre : Misano (Saint-Marin)
3 octobre : Motegi (Japon)
10 octobre : Buriram (Thaïlande)
24 octobre : Phillip Island (Australie)
31 octobre : Sepang (Malaisie)
14 novembre : Valence (Espagne)

Circuits de réserve :
Portimao (Portugal)
Mandalika (Indonésie) ** en attente d’homologation
Igora (Russie)

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

[…] nous vous reportions cet hiver que le circuit de Brno n’a pas les moyens d’effectuer les travaux demandés […]

[…] Crise et asphalte à refaire ont raison du GP de République-Tchèque […]