« De bonnes chances » pour le GP de France 2020



La Dorna espère publier le nouveau calendrier du championnat du monde MotoGP demain (mercredi 10 juillet) ou après-demain. Le feu vert semble bien parti pour être donné au Grand Prix de France.

Paralysée depuis mars, la saison 2020 de vitesse moto s’apprête à repartir. La première épreuve du championnat du monde (deuxième pour les catégories Moto2 et Moto3, qui ont pu rouler au Qatar avant le confinement) se tiendra le week-end du 19 juillet à Jerez de la Frontera. Se tiendra, ou plutôt « devrait se tenir », car il manque encore l’annonce officielle. Celle-ci arrivera avec la publication du nouveau calendrier, remanié en temps de coronavirus.

« Cette semaine nous pourrons donner des nouvelles du calendrier, a confirmé Carmelo Ezpeleta, patron de Dorna Sports, au journal espagnol AS. Nous sommes en train de compléter certains aspects manquants, et à partir de là nous saurons exactement où nous en sommes. »

Les organisateurs savent où ils iront dans les prochains mois. « Les Grands Prix nous sont assez clairs, il reste à ajuster les dates. » Et parmi les éléments qui doivent encore être définis, il y a le Grand Prix de France. Le promoteur, Claude Michy, n’a jamais abandonné l’idée d’organiser l’édition 2020, initialement prévue en mai. Son travail semble avoir payé, car d’après Carmelo Ezpeleta, « il y a de bonnes chances de rouler en France, mais c’est ce que nous devons concrétiser ces jours-ci, même si c’est assez avancé ».

Les pilotes MotoGP pourraient ainsi se retrouver au circuit Bugatti du Mans en octobre prochain. Ce sont en tout cas les informations dont nous disposons. Car l’homme aux commandes de la Dorna s’est montré sec à l’évocation d’éventuelles dates, demandant aux médias d’arrêter d’essayer de deviner. « Le calendrier sera connu cette semaine, point. Si je ne le publie pas c’est parce que ce n’est pas décidé. Si c’était aussi clair, ce sera déjà publié. J’espère pouvoir le faire mercredi ou jeudi. »

Il y aura 12 ou 13 courses si le championnat reste en Europe, et jusqu’à 15 ou 16 si des Grands Prix peuvent être organisés sur d’autres continents, ajoute-t-il. Quatre de ces épreuves n’ont pas encore été annulées – Argentine, États-Unis, Malaisie, Thaïlande- Il est probable que les manches du continent américain passent à la trappe. Pour les autres, cela dépendra de la situation sanitaire et des décisions des autorités locales. Réponse fin juillet, au plus tard le 31 juillet.

Quant à la présence de spectateurs dans les tribunes, pour l’instant, c’est non. « Pour le moment, nous ne pensons pas à rouler avec du public. Plus tard on verra, selon comment les choses évoluent. » Cela dépendra des mesures restrictives en vigueur dans chaque pays. « Nous roulerons avec du public quand les autorités le permettront, mais en principe c’est prévu sans public. » Même chose pour les journalistes : pas de presse écrite sur le circuit. « Si les choses changent par la suite, nous ferons des changerons, mais pour l’instant c’est également sans presse. La salle de presse n’ouvrira pas. »

Jerez : 4 catégories au test du 15 juillet

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

3
Poster un Commentaire

3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] intervient alors que le nouveau calendrier de la saison 2020 s’apprête à être publié. « Nous n’avons malheureusement pas pu trouver de solution aux problèmes logistiques et […]

[…] espèrent toujours accueillir du public. Le patron de la Dorna, Carmelo Ezpeleta, l’envisage, à condition que les autorisations aient été données par les autorités locales. « Pour le moment, nous ne […]

[…] public ? Le patron de la Dorna, Carmelo Ezpeleta, envisage la possibilité d’en recevoir, à condition que les autorisations aient été données par les autorités locales. « Pour le moment, nous ne […]