« Décisions irraisonnées » : Paolo Simoncelli critique la Direction de course



Sanctionné après les qualifications du Grand Prix du Portugal, Paolo Simoncelli est remonté contre la Direction de course. Il critique l’attitude des juges du panel, et dénonce des décisions « irraisonnées ».

Quand Paolo Simoncelli s’exprime, il le fait sans langue de bois. Alors que la plupart des communiqués de presse des autres équipes sont brefs et formels, lui s’exprime sans détour, met du coeur à l’ouvrage et offre un témoignage souvent émouvant, toujours unique. Sa dernière carte, envoyée après le Grand Prix du Portugal, est elle empreinte de colère. La faute à une sanction dictée par la Direction de course.

Les qualifications Moto3 ont vu se répéter un scénario désormais habituel dans la catégorie : de nombreux pilotes qui attendent les dernières minutes pour sortir des stands et s’élancer, tous ensemble, en quête de la meilleure roue possible pour prendre l’aspiration. Sauf que cette fois, les équipes dont les pilotes sont partis en même temps ont reçu une amende de mille euros.

Furieux, le team-manager de la structure SIC58 Squadra Corse s’insurge d’une amende jugée injuste, car aucune interdiction sur le sujet n’est mentionné dans le règlement du championnat. Il critique aussi l’état d’esprit de la Direction de course, qui inflige de telles pénalités dans une période où les équipes sont déjà sujettes à des difficultés liées à la crise sanitaire. Et dénonce par la même occasion une attitude hypocrite de la part des juges. La parole à Paolo Simoncelli :

« Je pourrais dire beaucoup de choses sur ce week-end, comme parler des mille adversités que nous devons affronter à chaque Grand Prix pour arriver à la course… Mais aujourd’hui, je veux que vous sachiez ce qui a été inventé par la Direction de course, dont le chef est toujours mon ami Freddie Spencer.

Ils ont décidé de donner une pénalité de 1000 €, à moi-même ainsi qu’à d’autres équipes : ils pensent que nous avons fait sortir exprès les pilotes tous ensemble en piste, 3 minutes avant la fin des qualifications, créant un rassemblement, le même qu’il y a en début de la course, quand ils partent tous ensemble. Je n’aime pas non plus ce spectacle que l’on offre au public, où tous les pilotes attendent le plus fort pour prendre son aspiration, mais pour l’instant il n’y a pas de règle qui interdise de sortir du box quand on le préfère. Peut-être que les pilotes pourraient être punis, mais pas l’équipe. Dans un moment aussi difficile, alors que nous dépensons 60/70 000 € en tests PCR avec le CEV et le championnat du monde Moto3 (ce qui est déjà discutable), ils ont décidé d’ajouter cette amende injuste venue de la Direction de course…

Ils sont toujours disponibles dans leurs bureaux, rien à dire à ce sujet, ils vous écoutent vous et vos suggestions et ils semblent partager et être d’accord avec votre opinion. Mais dans le même temps, ils font comme tous les enfants : dès que vous partez, ils font ce qu’ils veulent. Ils sont le trio le plus discuté dans le paddock pour leurs décisions, qui ajoutent chaque fois du poids à notre thèse sur leurs décisions irraisonnées. Et même si parfois ils comprennent leurs propres erreurs, ils ne reviennent jamais sur leurs pas, ils vont dans le sens de leur première décision. Fantastique !

La seule façon d’éviter le trafic, c’est de laisser les pilotes sortir de la pit-lane à 5 secondes les uns des autres ou de faire la tant détestée Superpole.

J’en ai trop dit sur le sujet, mais c’est absurde et ça me brise les nerfs, déjà fragiles.

J’imagine que vous avez tous vu la course. Rien à dire, sinon que Tatsuki (Suzuki) n’aurait pas dû être là en 8e position, sa place est parmi les premiers où le pourcentage d’être impliqué dans une chute est plus faible, c’est ce que je pense. C’est la seule erreur qu’il a faite.

Avec (Lorenzo) Fellon, nous avons pris une nouvelle voie, nous avons vu de premières améliorations et nous allons maintenant grandir étape par étape.

Il est temps de s’envoler pour Estoril pour profiter du CEV, espérons que ce sera un bon week-end, avec notre équipe de combattants. Certains peuvent penser que je suis ennuyant, que j’ai toujours quelque chose à redire, les règles, les gens… Eh bien, ils ont raison, mais ce serait encore plus ennuyeux autrement… Avec les communiqués de presse classiques, formels et fades !

L’émouvante lettre de Simoncelli depuis le Qatar

 

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Humblet
4 mois il y a

Cela devient la norme dans plusieurs domaines, sanctionner plutôt que de trouver une solution adéquate avec les teams. Au lieu de tourner autour du pot comme d’habitude et ensuite ne faire que bon leur semble ( cela me fait dire que lorsqu’on a le pouvoir, on a tous les droits).