« Des choses changent » : Roberts jauge l’arrivée de Beaubier en GP



Seul pilote américain sur les Grands Prix ces dernières années, Joe Roberts sera accompagné par son compatriote Cameron Beaubier en 2021. Il salue le retour dans le paddock du Californien, qu’il a « toujours considéré comme l’un des meilleurs pilotes américains ».

Joe Roberts est depuis 2018 le seul pilote américain engagé en championnat du monde. Est, ou plutôt était : à partir de 2021, le Californien sera accompagné de son compatriote Cameron Beaubier.

Quintuple champion des États-Unis de Superbike (de 2015 à 2020, à l’exception de la saison 2017 remportée par Toni Elias), Cameron Beaubier a créé la surprise en signant dans l’American Racing Team, une structure engagée en catégorie Moto2. Surprise, oui, pour trois raisons : il a 28 ans, ce qui va en faire l’un des vétérans du championnat ; il n’a plus quitté les compétitions américaines depuis 2010, et on ne s’attendait pas à le voir revenir rouler en Europe ; il va passer de la Yamaha YZR-R1 à la Triumph Moto2, donc d’une 998cc 4-cylindres à une 765cc 3-cylindres.

Deux américains en mondial à plein temps, cela n’était plus arrivé depuis 2014 et la présence de Colin Edwards et Nicky Hayden en catégorie MotoGP. La structure American Racing n’y est pas pour rien : c’est elle qui a permis à Joe Roberts de rester en Moto2 en 2019, après une première année compliquée chez NTS RW Racing GP en 2018 (5 points marqués). Équipé d’un châssis Kalex en 2020, le natif de Los Angeles a fait ses preuves, obtenu 3 poles plus un podium, et décroché un contrat pour 2021 dans l’Italtrans Racing Team, équipe sacrée championne du monde avec Enea Bastianini. Pour le remplacer, American Racing a décidé de faire venir un autre homme des États-Unis en la personne de Cameron Braubier.

« Je suis seulement concentré sur ce que je fais, mais évidemment, c’est maintenant un adversaire. Ce qui, honnêtement, est vraiment cool », se réjouissait Joe Roberts cet hiver lors d’un entretien donné au média du championnat national américain, MotoAmerica. « J’aime le fait qu’il y ait un autre américain ici. Je le vois aussi comme quelque chose de positif pour les gens, de voir deux américains et pouvoir nous encourager. Je dois juste être le meilleur américain. »

Le natif de Los Angeles veut croire au retour des pilotes américains en GP, et estime que ses bons résultats ont permis de « réveiller » un intérêt pour eux, après quelques années d’invisibilité. « Avant, j’étais littéralement nulle part, et maintenant j’ai comme soudainement réveillé l’intérêt américain. Maintenant nous avons Cameron ici. Je ne veux pas du tout dire que c’est grâce à moi, mais c’est comme si on disait : ‘Ok, Joe a fait quelque chose de très bien. Regardons, un autre américain arrive’. »

Il n’oublie pas non plus Garrett Gerloff, fraîchement arrivé sur les circuits européens et 11e du championnat du monde Superbike 2020. « Nous avons Garrett (Gerloff) qui fait bien en WSBK. Donc je pense qu’avec moi qui fait aussi bien (en Moto2), et avec ce que vous faites avec MotoAmerica, ça a soudainement boosté un grand intérêt en Amérique. Je sens que des choses changent. C’est ce que je voulais quand je suis arrivé en Moto2 parce qu’on avait le sentiment que pour la moto américaine, c’était un peu mort ici. »

Beaubier, acte II

Le Grand Prix du Qatar 2021 ne sera cependant pas la premier de la carrière de Cameron Beaubier. Sixième de la Red Bull MotoGP Rookies Cup en 2007, puis passé par le championnat d’Espagne 125cc (CEV) en 2008, le Californien a disputé l’intégralité du championnat du monde 125cc en 2009.

Aligné par l’équipe officielle Red Bull KTM Moto Sport, il avait pour coéquipier un certain Marc Marquez. Mais les résultats ne sont pas arrivés (3 points marqués), et Cameron Beaubier est retourné aux États-Unis l’année suivante. D’abord en Supersport et Pro Daytona Sportbike, puis en Superbike, avec les titres que nous lui connaissons.

Mis sur le prototype Moto2 pour la première fois le 27 novembre 2020, à Jerez, il s’est montré rapide dès ses premiers tours de roue. Cela n’étonne pas Joe Roberts, pour qui le fait qu’il ait déjà plusieurs années de compétition à son actif sera un avantage. « J’ai toujours considéré Cameron comme l’un des meilleurs pilotes américains. J’ai toujours pensé qu’il aurait dû venir en Europe bien plus tôt. Disons que je ne serais pas surpris si Cameron est dans le coup ici. Je suis curieux de voir comment il va s’adapter à la Moto2 et je sais qu’il s’en est plutôt bien sorti au premier test. J’aime Cameron. Je pense que c’est un bon gars, et un pilote super talentueux. Il a maintenant beaucoup d’expérience. Il a 28 ans, donc il a appris beaucoup de choses sur lui en tant que pilote. Je suis curieux de voir où cela va le mener. »

En revanche, pas question pour Roberts de ressentir une pression supplémentaire. Beaubier sera un adversaire spécial, mais un adversaire parmi les autres, affirme-t-il. « Ce n’est pas comme si maintenant je me disais : ‘Oh, je dois voir où est Cameron’. Pour moi, ça ne marche pas comme ça. Une victoire est une victoire, et c’est l’important. Mes objectifs n’ont pas changé maintenant que Cameron est là. Je dirais donc que ce serait vraiment bien se me battre avec lui. J’ai toujours voulu rouler contre Cameron depuis que je l’ai vu en Supersport américain. J’ai toujours voulu rouler contre lui, juste parce que je l’ai toujours respecté comme pilote. J’espère qu’il sera super rapide et que nous pourrons avoir quelques bagarres. Bien sûr, j’espère les remporter. »

Pourquoi Roberts a dit non à Aprilia

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
2 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

[…] « Des choses changent » : Roberts jauge l’arrivée de Beaubier en GP […]

4 mois il y a

http://vsdoxycyclinev.com/ – buy doxycycline eu