Doha, Quartararo (1er) : « Je me suis battu avec des avions ! »



« La plus belle victoire de ma carrière » : ainsi Fabio Quartararo qualifie-t-il son succès au Grand Prix de Doha, obtenu à l’issue d’une course plus disputée que jamais à Losail. Le Français a longtemps tourné à l’arrière du groupe de tête, avant de mettre les watts après la mi-course et passer un à un ses adversaires jusqu’à la première place.

Un Grand Prix bien géré : « C’était vraiment une course incroyable, on avait vraiment prévu une stratégie différente avec le team et les conditions de piste étaient pas au top, mais ça a été une course où j’ai fait tout le contraire de la première, j’ai vraiment bien joué avec les maps, les pneus. Avant de commencer la course j’ai eu un dessin de ma nièce et j’ai dit ‘bon, faut que je gagne cette course pour elle’. C’est incroyable d’avoir gagné pour elle, je suis super content. »

Un aileron percuté dans le dernier tour : « J’ai vraiment eu peur car j’ai eu une sensation bizarre. Comme par hasard je regarde ce que c’est et bien sûr je roule dessus. J’ai espéré ne pas avoir une crevaison car il y a eu un impact assez fort, mais j’ai réussi à faire 1’55.1 dans mon dernier tour. J’ai fait tout le contraire de la première course, j’ai bien gardé mes pneus et là c’était bien mérité. »

La plus belle victoire de sa carrière ? « Oui, en plus je n’ai pas beaucoup de victoires et celle-là est vraiment spéciale. J’ai réussi à me battre avec des avions (les Ducati, NDLR), et chaque fois qu’on me passait dans la ligne droite, j’arrivais à repasser dans les virages. Oui, c’est ma plus belle victoire, et de loin. »

« Cette victoire me donne encore plus de confiance que celles de l’an dernier car je reviens de plus loin. Pendant les tests c’était difficile et j’ai dit ‘wow’, parce que les Ducati sont rapides en ligne droite et en rythme, et ça allait être difficile de les battre. Mais il faut se regarder soi-même et essayer d’être le meilleur possible, et c’est ce que nous avons fait donc cela me donne un boost de confiance pour le futur. »

Un meilleur feeling avec l’avant : « C’est vrai que ce circuit nous aide beaucoup à faire de beaux dépassements, comme dans le virage 3. Je me sentais tellement bien avec la moto. Aussi dans es virages 8, 9, 10 et 15, donc c’est bien d’avoir une bonne confiance en l’avant, car tous les autres pilotes roulent très vite nais parfois vous faites un dépassement sans savoir ce qui va arriver derrière. C’est quelque chose  que je n’avais pas l’an dernier. Je rentrais dans les virages sans feeling et perdais l’avant. Mais avec cette moto, je sens que j’ai un peu plus de confiance en l’avant et je sens bien plus la limite. C’est ce dont j’ai besoin pour aller vite. Nous l’avons eu au Qatar et je croise les doigts pour l’avoir à toutes les courses. »

La France fait 1 & 2 : « C’est incroyable parce qu’on a fait une interview ensemble il y a moins d’un mois et Claude Michy nous a demandé ce qu’il se passerait si on était premier et deuxième au dernier virage. C’était pas exactement ça mais c’est fou d’avoir la victoire et Johann 2e. Félicitations à lui, ça fait vraiment plaisir et a donné beaucoup d’émotion pendant la Marseillaise sur le podium. »

Résultats du Grand Prix de Doha

Championnat après le GP de Doha : 1. Zarco 40 pts, Quartararo 36 (-4), 3. Viñales 36 (-4), 4. Bagnaia 26 (-14), 5. Rins 23 (-17)… Classement complet ici

« Complètement dingue » : L’Équipe célèbre le podium historique de Quartararo et Zarco

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
4 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

[…] Doha, Quartararo (1er) : « Je me suis battu avec des avions ! » […]

[…] sinueuse du tracé, pour éviter de se faire reprendre par la Ducati en ligne droite. Il signe la victoire la plus intelligente et mature de sa carrière, répondant au passage à ceux qui le disaient sous […]

[…] Doha, Quartararo (1er) : « Je me suis battu avec des avions ! » […]

[…] Doha, Quartararo (1er) : « Je me suis battu avec des avions ! » […]