« En MotoGP, beaucoup de femmes travaillent dans l’ombre »



La Dorna produit une série d’articles consacrée aux femmes du paddock. « Des articles dédiés à ces femmes qui se sont faites une place dans ce milieu, traditionnellement perçu comme en grande majorité masculin. Chaque 8 du mois, elles vous raconteront leur histoire, tout en vous faisant partager quelques anecdotes et leur avis sur les transformations observées ces dernières années au sein du paddock. »

GP-Inside soutient cette initiative et diffuse ces articles sans en toucher un mot. Voici celui consacré à Eva Wiggelendam, coordinatrice au sein du Repsol Honda Team.

L’histoire d’Eva Wiggelendam commence à Amsterdam en 1989, lorsque toute jeune elle cultive sa passion pour le sport et qu’elle choisit d’étudier les sciences politiques. Elle était de ceux qui rêvaient de changer le monde en travaillant pour des organisations internationales comme l’ONU. Mais alors qu’elle effectuait un stage dans un consulat hollandais à Barcelone, elle réalisait que le contexte diplomatique n’était pas le plus adapté pour elle. Elle avait au contraire besoin de dynamisme, qu’elle allait justement retrouver dans le sport. Depuis 2019, elle est la coordinatrice du team Repsol Honda, une des équipes les plus prestigieuse engagée en Championnat du Monde. Elle est au passage la seule femme de la structure à avoir couvert tous les Grands Prix et motogp.com vous la présente dans ce premier portrait #WomenInMotoGP de l’année.

« En 2009, alors que j’étais encore étudiante, une amie m’a contacté car une entreprise catalane cherchait une personne qui parlait à la fois néerlandais et espagnole pour travailler sur le merchandising en marge du TT Assen. J’ai pensé que ça pouvait être une expérience intéressante, raison pour laquelle j’ai accepté. La première fois où j’ai débarqué sur un circuit, j’ai été surprise par le nombre de personnes. Après ce GP, ils m’ont demandé si je souhaitais les accompagner sur une autre épreuve et une semaine plus tard, j’embarquais pour San Francisco », se souvient-elle. Durant quelques temps, Eva a ainsi continué de fréquenter les circuits, assignée à la vente de produits sur ces stands situés derrière les tribunes. Elle ignorait qu’elle serait plus tard amené à côtoyer ces pilotes de plus près…

« J’aimais beaucoup le mode de vie ‘à l’espagnole’, sa culture… Du coup, une fois diplômée j’ai entrepris de m’y installer. Je couvrais le football pour la Liga quand on m’a fait savoir que la Dorna avait un poste susceptible de m’intéresser », se raconte-t-elle. Eva délaissait de fait les stades pour retrouver les tracés, tout en étant cette fois accréditée, puisqu’elle rejoignait un ambitieux projet. « J’ai commencé à travailler quelques jours avant la toute première sélection de la British Talent Cup. C’est à ce moment précis que je me suis rendu compte à quel point la moto était un univers fascinant, avec son côté technique vaste et complexe », confie-t-elle.

Après la British Talent Cup, Eva se voyait offrir l’opportunité d’explorer davantage le paddock, en me chargeant du côté logistique des évènements. Je découvrais notamment le fonctionnement de la Direction de Course, quelles étaient les nécessités des différents parties impliquées sur un week-end. « C’était comme être sur un Grand Prix, mais en miniature, car il y avait moins de monde. Ça m’a permis de toucher à plein d’aspects différents », précise-t-elle. Satisfaite et fière, un nouveau défi était pourtant sur le point de se présenter à elle. « En officiant pour la Dorna, j’ai fait la connaissance d’Alberto Puig et un jour, voilà qui me demandait si je souhaitais devenir la coordinatrice du team Repsol Honda. Ce à quoi je répondais bien sûr favorablement […] Quand j’ai vu Marc gagner le titre en 2018, j’ai envoyé un message à Alberto pour le féliciter et en retour, je recevais un touchant sms dans lequel il me disait qu’ils compteraient bientôt sur ma contribution. J’ai compris l’ampleur de la tâche qui m’attendait. Mais étant moi-même animée par ce désir de compétition, j’ai de suite su que je m’y sentirais à l’aise », fait-elle remarquer.

En 2019, Eva intégrait donc la structure où le natif de Cervera allait signer son huitième sacre… « Le Grand Prix de Thaïlande fut décisif. Je ne m’occupais pas directement des célébrations, mais j’étais particulièrement attentive à ce qui se passait car je savais que le résultat risquait d’affecter notre programme. La tension était particulièrement intense ces jours-là. En essais, il régnait un grand silence, mais ça n’était franchement pas évident de conserver son calme », reconnaît-elle. Et le dimanche venu, Eva se retrouvait à organiser le voyage à Bangkok.

Le contexte fut tout autre en 2020, compte tenu de cette pandémie de Covid-19 ; une situation qui allait engendrer de nombreuses complications et son team n’y faisait pas exception. « Nous sommes 45 personnes et beaucoup de nos membres sont normalement basés au Japon. Ils ont donc atterri sur le continent européen mi-juillet et ils y sont restés jusqu’à novembre. Je gérais également leur séjour en dehors des manches », explique-t-elle.

Cette année, Eva fut l’unique femme à voyager sur tous les rendez-vous et bien qu’elle se sente bien au sein de la structure, elle ne serait pas contre une plus grande présence féminine. « Une grande majorité de nous travaille dans les secteur du marketing, de la communication, coordination… Bref des corps de métiers qu’on ne voit pas forcément à l’écran. Mais ça serait bien que certaines aient le courage d’infiltrer les box, de démonter et remonter une moto. Ça serait une source d’inspiration pour beaucoup de petites filles qui regardent les courses à la télévision », affirme-t-elle.

S’il y a encore peu de visages féminins qui analysent par exemple les données, Eva croit que cela vient surtout des stéréotypes enseignés et que ces derniers sont en l’occurrence en train d’évoluer. « Étant enfant, on leur donne davantage des poupées que des constructions. Pourtant elles seraient parfaitement capables d’assembler une moto », déclare-t-elle. De son côté, Eva s’attache à cette idée de changer le monde en jouant un rôle certes différent de celui qu’elle avait imaginé, mais qu’elle aimait. « Je pense que c’est important de tendre vers la parité hommes / femmes. Le groupe ne peut que mieux fonctionner. Bien évidemment, je serais fière d’être un exemple pour les autres filles, même si je pense que la profession de coordinatrice nous est déjà accessible. Seule, je ne peux pas transformer les mentalités mais je voudrais vraiment que certaines idées préconçues disparaissent », ajoute-t-elle.

Même si ses fonctions actuelles sont bien éloignées de ses aspirations d’enfants, il n’empêche qu’elle a su garder foi en ses convictions : « J’ai toujours voulu travailler dans une entreprise internationale et si à l’âge de 15 ans, on m’avait dit que je serais recrutée par une société japonaise et que je voyagerais à travers le monde, je n’y aurais jamais cru », admet-elle. Reconnaissante vis-à-vis de son parcours qui l’ont conduit au MotoGP, Eva est malgré tout consciente de la complexité à faire partie de ce milieu. « Je suis ravie de partager mon expérience à chaque fois qu’on me le demande car je sais à quel point ça peut être difficile d’incorporer ce monde, » témoigne-t-elle. Concernant le futur, Eva a en tout cas les idées assez claires… « Je voudrais voir plus de femmes dans le paddock et dans les tribunes, comme en 2019 : une année où nous avons été couronnés en présence des fans ! », conclut-elle.

Ana Carrasco : plus de femmes en moto, « quelque chose est en train de changer »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

S’abonner
Notification pour
37 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

free online dating sites in india without registration

free std dating site

free black dating service

free dating site in europe 2012

free durban dating sites

free catholic dating services

singles online dating free

online sex dating free

keto diet macros

5 mois il y a

keto vegetarian

5 mois il y a

keto casserole

gay couple dating https://freegaychatnew.com/

gay dating uae https://gaydatingzz.com/

3 mois il y a

gay dating site reviews https://gaychatus.com/

3 mois il y a

wealthy gay men dating site https://gaychatgay.com/

2 mois il y a

dating for gay and bisexual https://gay-singles-dating.com/

2 mois il y a

best online gay dating sites https://datinggayservices.com/

dating chinese gay men https://gaydatinglosangeles.com/

2 mois il y a

senior gay dating sex https://gayonlinedating.net/

gay dating for beginners https://gaydatingcanada.com/

2 mois il y a

essay writing companies https://essaywritercentral.com/

2 mois il y a

websites that write essays https://essayghostwriter.com/

1 mois il y a

website that writes essays for you https://essaysnet.com/

1 mois il y a

write college essays for money https://essaytag.com/

essays to write about https://essaypoints.com/

1 mois il y a

writing essay online https://online2casino.com/

writing a persuasive essay https://onlinecasinos4me.com/

1 mois il y a

best online casino welcome bonuses https://casinoonlinet.com/

no deposit online casino https://onlinecasinoad.com/

1 mois il y a

high school essay writing https://dollaressays.com/

write an essay about yourself https://essaytodo.com/

write a essay about yourself https://buy1essay.com/

13 jours il y a

blindfolded sex games https://cybersexgames.net/

11 jours il y a

jhonny test sex games https://sexgamesx.net/

11 jours il y a

wii u sex games https://sex4games.com/

11 jours il y a

amatuer sex games captions https://winsexgames.com/

10 jours il y a

hotel sex games https://sexygamess.com/