Fabio en MotoGP : « Quand on m’en a parlé la première fois, je n’y croyais pas »



Nouveau pilote Yamaha en MotoGP, Fabio Quartararo a commencé à tourner au guidon de la M1 cet hiver. Le Français a raconté son expérience à MotoGP.com. Voici, traduits, les passages les plus intéressants.

Le transfert : « La première fois que j’en ai parlé avec mon manager était le lundi après le Grand Prix des Pays-Bas. Je n’y croyais pas. À ce moment, il m’a juste dit qu’il y avait la possibilité d’aller en MotoGP. À partir de là, nous nous sommes approchés du rêve chaque jour, et il est devenu réel au Sachsenring, où nous avons signé avec le team. Mais évidemment, tant que je n’avais pas signé le contrat, je ne pouvais pas me détendre.

Honnêtement, je ne pensais pas avoir une si belle opportunité d’aller en MotoGP cette saison. Mais une fois le contact établi, nous savions que ce team serait immédiatement en lutte pour être la meilleure équipe satellite, que j’aurais un staff technique très professionnel dans une atmosphère très positive. Donc je n’ai pas douté avant d’accepter ce challenge. »

Les premiers tours : « C’était un sentiment très étrange. J’étais un peu anxieux, je ne me sentais pas à l’aise. Quand je suis arrivé dans la ligne droite et que j’ai pu ressentir la puissance de la machine, c’était… spectaculaire ! La moto continuait à cabrer en sixième. Ce fut l’une de mes lignes droites les plus amusantes de ma vie !

Même si je m’y attendais, la puissance continue à me surprendre. Vous arrivez très vite à 300 km/h. Petit à petit je me suis habitué à la vitesse, même s’il y a encore du chemin à faire. La chose la plus frappante a été de découvrir les freins en carbone. Vous repassez à 50 km/h bien plus rapidement qu’en Moto2, alors que les repères de freinage sont presque les mêmes. C’est incroyable. »

Le style de pilotage : « Avec le staff technique nous avons analysé comment je roulais, et la vérité est qu’il n’y a pas grand chose à changer – ce qui m’a surpris. Je sais que j’ai besoin d’être plus rapide en entrée de virage, mais… petit à petit. »

L’équipe Petronas : « Nous sommes une nouvelle structure, mais avec des personnes professionnelles très expérimentées, ce qui est le plus important. Les premiers tests se sont bien déroulés, j’étais à l’aise avec tout le monde. »

Cet hiver : « J’avais commencé à travailler spécifiquement sur mes bras, mais quand je suis monté sur la MotoGP ce n’était pas aussi physique que je le pensais. Cela ne veut pas dire que je ne dois pas bosser cet hiver. Avant tout, je veux me reposer et passer quelques jours avec ma famille, en particulier pour Noël. Après cela j’ai un rude hiver de prévu, avec un entraînement physique très intense, pour être sûr d’être prêt à 100 % en février, lorsque la pré-saison commencera à Sepang. »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

4
Poster un Commentaire

3 Fils de commentaires
1 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
4 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de
garcia M

Fabio vit un rêve, très heureux pour lui

Michel

Bonsoir à tous,
Noêl avant l’heure pour Fabio, excellentes perspectives.
Forza Fabio.Rejoindre la discussion…

Kusti59

Espérons que son numéro qui en rappelle un autre en MotoGP (20=2×10) ne lui porte pas préjudice et que ses prestations auront un autre éclat que ne le furent celles de Xavier…C’est tout le mal que je lui souhaite!

46QDO

Moi j’y crois toujours pas que ce jeune espoir français mais déjà frappé de péremption, décevant, déclassé, bref insignifiant eu égard aux résultats de Zarco (vu ses 3 saisons très médiocres pour 1 champion CEV !) soit son cul sur la Yam que Zarco aurait mérité à 1000% si il n’avait pas eu le plus nulloss/boloss de tous les managers !!