Fabio Quartararo : « Je sais ce que je dois travailler »



Conscient d’avoir manqué une occasion d’être champion du monde MotoGP, Fabio Quartararo rappelle qu’il a quand même remporté trois courses, et n’a pas à rougir de son bilan. Il a « énormément appris », tiré les leçons de ses erreurs et sait sur quoi mettre l’accent pour 2021.

La déception de ne pas avoir décroché le titre de champion du monde ne doit pas faire oublier les exploits réalisés par Fabio Quartararo en 2020. Et quels exploits, puisqu’on parle d’une année historique pour la moto française : 3 victoires en catégorie MotoGP, du jamais vu. Des victoires auxquelles s’ajoutent 4 poles et 2 meilleurs tours, ce qui font du Niçois l’un des meilleurs pilotes tricolores de l’histoire en termes de palmarès (lire ici). À seulement 21 ans.

« Je m’attendais à me battre pour des victoires mais je ne m’attendais pas du tout à gagner directement les deux premières, surtout que j’ai gagné avec une avance assez énorme, a-t-il rappelé lors d’un Facebook Live organisé par le promoteur du Grand Prix de France. C’était exceptionnel de gagner la première course, puis la deuxième. Après ça on a eu pas mal de hauts et de bas, mais je peux être satisfait de ma saison ; 3 victoires pour ma deuxième année en MotoGP, c’est exceptionnel. »

Si une partie des soucis rencontrés par Fabio Quartararo concernaient la Yamaha YZR-M1, également décriée par Valentino Rossi et Maverick Viñales, il reconnaît aussi avoir commis des erreurs d’inexpérience. « On a eu quelques problèmes techniques avec Yamaha. L’an dernier tout s’est bien passé, là c’était tout le contraire. On avait des problèmes techniques, mais aussi dans ma tête : je n’étais pas prêt, je manquais d’expérience. J’aurais pu faire de meilleurs résultats. Il y a eu pas mal de chutes en course, comme à Valence, où on aurait dû terminer 9e-10e, il fallait prendre ces points pour avoir une meilleure position au championnat. » Il termine 8e à seulement 12 marques du 3e, Alex Rins. Autant dire que chaque point a compté.

Ces problèmes « dans la tête », Fabio Quartararo va les travailler avec un psychologue, comme déjà fait par le passé. Il sent qu’il a besoin de mieux contrôler ses émotions,

« Ça m’avait énormément aidé sur le plan des émotions. Je suis une personne qui les montre un petit peu trop, ressent un petit peu trop. L’objectif pour 2021 est d’avoir moins d’émotions, bonnes comme mauvaises, pour être plus concentré et surtout donner des données à mes ingénieurs. À certains moments, quand la moto n’allait pas, je m’énervais trop. Je parlais pour parler mais je ne parlais pas de la bonne façon et ce sera super important l’an prochain. C’est sur ce plan-là que j’aimerais vraiment travailler avec le psychologue. »

Les apports de ce psychologue et l’expérience acquise en 2020 seront, espère-t-il, les ingrédients décisifs d’une recette lui permettant de viser le titre. Le pilote Yamaha sent qu’il a « le potentiel pour gagner encore et se battre pour le championnat ». « Dans les moments difficiles on apprend encore plus que dans les bons moments. Et j’ai eu énormément de moments difficiles, du GP de France jusqu’à la fin de la saison. Je ne comprenais pas ce qu’il se passait sur la moto, avec des questions que je n’aurais pas dû me poser. Après Portimao, pendant 2-3 jours je n’étais pas content de ma fin de saison, mais j’ai pris énormément d’expérience. »

Car les attentes pesant sur lui sont tellement grandes qu’on a tendance à l’oublier : il n’a que 21 ans, et n’avait même pas 90 Grands Prix au compteur quand il s’est retrouvé numéro 1 mondial, en juillet. « C’est la première fois que j’étais leader d’un championnat, ça ne m’était jamais arrivé en Moto3 et Moto2. Ce sont plein de premières fois : première victoire, première fois que je mène un championnat. Donc j’ai énormément appris. Mon statut a aussi évolué. J’ai pris de l’expérience et je pense que ça va me servir l’an prochain. Je sais sur quoi je dois travailler, j’ai vraiment hâte d’être en 2021 pour mettre en oeuvre tout ce que j’ai appris cette saison. »

Cette saison 2021, Fabio Quartararo l’attaquera en février avec les essais hivernaux de Sepang. Mais avant : préparation physique et escapades entre son domicile d’Andorre et celui de sa famille, à Nice. « Je fais beaucoup de course à pied, c’est quelque chose qui m’aide énormément sur la moto. Je sens vraiment que ça fonctionne, que je ne suis pas vraiment essoufflé (sur la moto) », dit celui qui s’envoie entre 60 et 100 kilomètres de course par semaine. Ça, quelques séances d’élastiques et il sera fin prêt pour la reprise. « J’étais bien physiquement cette année, je vais continuer sur la même base qu’en 2020 pour préparer 2021. »

Fabio Quartararo remporte le BMW M Award 2020

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

2
Poster un Commentaire

2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] Fabio Quartararo : « Je sais ce que je dois travailler » […]

[…] Fabio Quartararo : « Je sais ce que je dois travailler » […]