[Exclu] Lüthi : « Prendre les courses une par une »



Actuel deuxième au championnat Moto2, Thomas Lüthi arrive sur un Grand Prix de France qu’il connaît bien pour l’avoir remporté 4 fois. Le Suisse espère jouer le titre, mais prend les courses « une par une »

Un podium au Qatar, une chute en Argentine compensée par une victoire au Texas, puis une quatrième place en Espagne : le retour de Tom Lüthi en Moto2 se passe bien. Son début de saison, ses impressions sur la Triumph, le travail fait avec Dynavolt Intact GP, la course au titre : il a répondu à nos questions avant de prendre la route du Mans.

GP-Inside : Ton retour en Moto2 s’est fait sur le podium au Qatar. T’attendais-tu à être aussi rapide d’entrée ?
Thomas Lüthi : « Non, je ne m’y attendais pas mais je l’espérais. Nous avons fait de bons tests de pré-saison, nous avons travaillé dur et nous nous sommes bien préparés. C’est pourquoi nous étions compétitifs dès la première course. »

La délivrance, ce fut le podium du Qatar ou la victoire au Texas ?
« Une victoire est toujours une victoire (sourire). Le podium était un très bon résultat, en particulier parce que je finis 2e mais que j’étais le plus rapide en course, j’ai perdu du temps dans les premiers tours. Remonter finalement sur la plus haute marche du podium est un sentiment incroyable. »

« La saison est encore longue »

Après 4 courses tu es 2e au championnat. Peut-on dire que tu vas te battre pour le titre ?
« C’est l’objectif, mais la saison est encore longue. Nous devons rester concentrés, prendre les courses une par une. Pour l’instant tout se passe bien, excepté le résultat blanc en Argentine. C’est dommage car sur l’ensemble du week-end, la vitesse était là. Il faut être régulier et garder cette vitesse toute la saison. Il est encore trop tôt pour parler du championnat, mais oui, notre but est d’être devant. »

Lorenzo Baldassarri semble avoir quelque chose en plus. C’est l’homme à battre en 2019 ?
« Pour le moment oui. Il a gagné 3 des 4 premières courses, ce qui n’est pas mal ! (rires) Il est l’homme à battre, en particulier en course, parce qu’aux essais il n’est pas aussi rapide. Mais plusieurs autres pilotes peuvent aussi gagner. Pour moi cela ne change rien à ma stratégie : je dois rester focus sur moi-même, ma moto, mon team. »

Tu as gagné 4 fois au Mans. Qu’attends-tu du Grand Prix de France ce week-end ?
« C’est une histoire étrange avec Le Mans : j’y ai eu beaucoup de succès sans trop savoir pourquoi, car il y a des circuits où je me sens mieux. Évidemment, je suis toujours impatient de retourner au Mans. L’autre challenge est celui de la météo, qui peut rendre les choses encore plus intéressantes. (rires) Bien sûr, mon objectif est d’à nouveau rouler devant. »

Comment se passe la cohabitation avec Marcel Schrötter, à la fois ton coéquipier et ton adversaire (3e du championnat) ?
« Nous avons une bonne relation, car nous nous connaissons depuis longtemps. C’est un bon gars et c’est bien d’avoir un coéquipier aussi fort. Il fait du très bon boulot, surtout aux essais. Cela nous motive, c’est positif de pouvoir mener le team à un haut niveau. Le résultat d’Austin, où on fait 1 et 2, ne vient pas de nulle part : c’est le travail de toute l’équipe. »

Plusieurs ex-pilotes MotoGP ont manqué leur retour en Moto2. Toi, tu le réussis. Pourquoi ?
« Ça a nécessité beaucoup de travail. J’ai changé ma manière de me préparer, ainsi que certaines choses de mon entourage. Beaucoup de travail a été fait cet hiver, je pense que j’ai fait les choses bien, J’étais aussi très motivé, car après mon année difficile en MotoGP j’étais furieux et cela m’a poussé vers l’avant. »

« Ma tête est tournée vers Le Mans »

Certains pilotes disent qu’avec le moteur Triumph, la Moto2 s’est rapprochée du MotoGP.
« C’est un peu plus proche mais encore très éloigné, surtout en termes d’électronique. C’est bien d’avoir plus de puissance, mais j’aimerais avoir plus de possibilités sur les réglages électroniques. D’un autre côté, c’est le caractère de la Moto2 et cela marche très bien. Les courses sont intéressantes, les pilotes sont proches, c’est top pour les spectateurs. Maintenant nous devons travailler sur les réglages, sur les détails. Au final c’est une bonne catégorie, mais encore éloignée du MotoGP. »

L’objectif de la plupart des pilotes Moto2 est d’aller en MotoGP. Et toi ?
« J’ai eu cette expérience, et ce fut une expérience plutôt malchanceuse. C’était un rêve que d’aller en MotoGP, mais tout s’est mal passé. Pour le moment je suis concentré sur la Moto2, où je suis cette année et où je serai l’an prochain. Regarder plus loin n’a pas de sens pour le moment. Ma tête est tournée vers Le Mans, le reste on verra plus tard. »

Le soulagement de Lüthi, de retour à la victoire

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

1
Poster un Commentaire

1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de

[…] Prix de la saison 2019, Lorenzo Baldassarri s’affirme comme l’homme à battre en Moto2 (lire ici ce qu’en dit Lüthi). Son triomphe à Jerez lui a permis de faire un petit break : 17 points d’avance Tom Lüthi […]