Fenati espère « tout remettre à zéro »



L’abandon de Romano Fenati au Grand Prix de France complique un peu plus sa situation. Vingt-deuxième du championnat Moto3 après 5 Grands Prix, il cherche à « retrouver la confiance ».

Après avoir multiplié les erreurs, Romano Fenati comptait sur l’épreuve du Mans pour enfin lancer sa saison 2019 (lire ici). Tout le contraire s’est produit, notamment à partir de la deuxième séance d’essais libres.

En effet, l’Italien a chuté en FP2 et s’est blessé à la cheville gauche. Il a réussi à surmonter la douleur pour disputer la Q2, se qualifiant 13e. Mais au warm-up, il a été le pilote à réaliser le moins de tours (9). En course, il a pris un bon départ (10e), puis n’a cessé de rétrograder, jusqu’au 21e rang. Avant d’abandonner au 10e tour, forcé à renoncer à cause de la douleur.

Une fois reposé, Romano Fenati avait déjà la tête tournée vers les deux jours d’essais prévus à Barcelone. Ils seront « cruciaux dans cette phase, pour tout remettre à zéro et retrouver la confiance », a-t-il reconnu. Il se rendra ensuite au Mugello, pour son Grand Prix d’Italie. L’occasion d’enregistrer un bon résultat. Il en a plus que jamais besoin.

Fenati : « Les réseaux sociaux m’ont condamné plus vite qu’un tribunal »

Avec 7 points marqués en 5 courses, Romano Fenati fait en effet le pire début de saison de sa carrière. Plongé dans les profondeurs du classement (22e), il est sans doute en train de dire adieu à ses chances de titre de champion du monde – Aron Canet a 65 points d’avance.

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

2
Poster un Commentaire

2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de

[…] pilote Snipers voulait « tout remettre à zéro » (lire ici). À Barcelone, c’était mal engagé : il a fait sa pire qualification de l’année […]

[…] L’Italien n’était rentré dans les points qu’au Qatar (9e), avant d’échouer à leurs portes en Argentine (16e) puis d’abandonner aux États-Unis, en Espagne, en France et en Italie. Il disait alors vouloir « tout remettre à zéro », et il en avait besoin (lire ici). […]