GP de France J-42 : Comment s’est passé le retour au MMArena



À quelques dizaines de mètres du circuit Bugatti du Mans, 5 000 personnes étaient autorisées à se rendre au MMArena, vendredi soir, pour un match de football. Ce n’est pas du sport moto, mais certains éléments pourraient donner quelques indications quant à la tenue du Grand Prix de France, du 9 au 11 octobre. Le Muciste nous a renseigné.

Pourquoi diable mêler le Grand Prix de France à un match de football entre Le Mans FC et Quevilly Rouen ? D’abord, parce que les autorités qui ont autorisé la présence de public au MMArena – la préfecture de la Sarthe – sont aussi celles qui ont entre les mains le dossier du Grand Prix. Cela pourrait avoir son importance, comme l’espérait Claude Michy, promoteur de la course : si des spectateurs ont le droit d’assister à d’autres compétitions, ce serait à interpréter comme un bon signe. Il s’agit par ailleurs de deux événements sportifs situés à deux endroits extrêmement proches.

Il faut également souligner que le dispositif sanitaire qui a accompagné ce match de football a été approuvé par le préfet. Les mesures, jugées suffisantes pour les autorités, pourraient donc être proches de celles qui seront mises en place au Grand Prix moto, dans un peu moins de 6 semaines. Le journaliste manceau Maxime Buchot, fondateur du Muciste, était présent pour nous le raconter. Fan de sports mécaniques, il connait les allées du circuit Bugatti et a fait des parallèles avec ce qui pourrait être réservé aux fans de MotoGP, en octobre.

5 000 personnes étaient donc invitées à se rendre au MMArena ce vendredi, pour la 2e journée du championnat de France de National 1. Mais Maxime Buchot nous précise d’emblée que ce ne sont pas 5 000 supporters, car l’autorisation vaut pour 5 000 personnes en comprenant les joueurs, le staff des équipes ou encore les journalistes. Il faudra voir si, en cas d’autorisation pour le Grand Prix de France, les membres du paddock feront partie du décompte ou seront considérés à part. C’est envisageable, puisque le paddock est dans une « bulle » (pour reprendre les mots de Carmelo Ezpeleta) éloignée du public.

À l’arrivée au stade, un équipement obligatoire : le masque. « Sinon tu ne rentrais pas. » Du gel pour se laver les mains a également été fourni aux spectateurs à l’entrée. « On a aussi été fouillés, mais c’était quand même plus rapide que d’habitude », confesse-t-il.

Pour minimiser les contacts, la restauration debout était interdite : les personnes devaient aller acheter à manger puis retourner à leur place avant de consommer.

Autre contrainte liée à l’épidémie de coronavirus : la distanciation physique. « Dans le stade, les supporters ont été répartis dans les 4 tribunes, poursuit Maxime Buchot. Il fallait laisser un siège sur deux libre et les agents de sécurité étaient hyper vigilants à ce que soit respecté à la lettre. » La mesure a été mise en vigueur lors d’autres événements sportifs, et on peut aussi s’attendre à ce que ce soit le cas au Grand Prix de France.

« En termes de flux, ce qui est une préoccupation importante, ça allait », nous décrit-il. Forcément : 5 000 personnes dans un lieu qui peut en accueillir 25 000, ça aide à faire respecter les mesures de distanciation. Le circuit Bugatti s’étalant sur plusieurs kilomètres et disposant de plusieurs entrées, on peut aussi imaginer qu’une bonne organisation devrait rassurer la préfecture.

Avec moins de monde et de la distance entre les gens, l’ambiance était forcément différente. Le « kop » a refusé de chanter à sa manière habituelle, « car être chacun à son siège et avec de la distance, ça ne correspond pas au mode de fonctionnement des supporters. Donc ils étaient là, ils chantaient mais il n’y avait pas de consigne de groupe », nous détaille le fondateur du Muciste. « Ça fait bizarre d’être dans un stade sans avoir les mouvements de foule des supporters. »

Une reprise qui s’est finalement bien passée, et dont les conditions pourraient être reconduites pour les prochaines rencontres au MMArena. Avant, peut-être, de voir à nouveau quelques milliers de personnes dans les gradins du circuit Bugatti. La réponse de la préfecture quant à la présence de public au Grand Prix de France, du 9 au 11 octobre, ne devrait plus tarder.

GP de France : public seulement le dimanche ?

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

8
Poster un Commentaire

8 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
6 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] GP de France J-42 : Comment s’est passé le retour au MMArena […]

ничего особенного
_________________
olimp kz astana

ничего особенного
_________________
интернет казино игровые автоматы украина

Спасибо за пост
_________________
казино игровые автоматы киев

Круто, давно искал
_________________
списки казино с бонусами pin up казино отзывы, игровые автоматы с деньгами за регистрацию.

Articles recommandés

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store