« Grazie Vale » : Marini a roulé pour son frère Rossi



Neuvième du Grand Prix d’Émilie-Romagne, Luca Marini a « appris » de sa course de Misano, et profité d’un soutien exceptionnel du public. D’autant plus qu’il roulait avec un carénage spécial.

Moto, casque et combinaison entièrement jaunes, avec un « Grazie Vale » (« Merci Vale ») écrit en gros : ainsi fut matérialisé l’hommage de l’équipe Sky VR46 à Valentino Rossi, dimanche, au Grand Prix d’Émilie-Romagne, le dernier de sa carrière à domicile. La structure italienne avait secrètement préparé ça dans le dos de son propriétaire, et celui-ci ne l’a découvert qu’au matin de la course.

« Je ne le savais pas, a assuré le pilote Yamaha après avoir franchi l’arrivée. Normalement je n’aime pas les surprises, mai celle-ci fut une grande surprise. Je l’ai vue pour la première fois dimanche matin et je dois remercier Uccio, Sky, toute l’équipe. Le jaune et le ‘Merci Vale’ m’ont beaucoup plu. »

Le frère de Valentino Rossi, Luca Marini, n’était donc pas difficile à reconnaître en piste, dimanche. Et il a adoré porter ces couleurs. Les mêmes que celles qui emplissaient les gradins. « Il y avait beaucoup de jaune. Ce que j’ai le plus aimé a été de commencer en première ligne avec ce carénage. C’était très émouvant après le départ car le public dans les tribunes faisait beaucoup de bruit, et il y avait beaucoup de jaune. C’était génial de voir tout ce soutien et j’espère qu’il y aura encore plus de fans dans les prochaines années, peut-être aussi avec d’autres couleurs. »

Troisième sur la grille – sa meilleure qualification en carrière –, l’Italien n’est pas resté longtemps à cette position inédite. Il a rapidement glissé dans le classement, mais les multiples chutes devant lui lui ont permis d’accrocher un top-10. Il termine neuvième, célébrant le deuxième top-10 de sa carrière en MotoGP. Et se réjouit de tout ce qu’il a appris dimanche en passant quelques minutes avec les meilleurs pilotes du peloton.

« J’ai appris des choses intéressantes, surtout concernant le départ et le premier virage. En plus, j’ai compris que tous les pilotes, même les plus forts, abordent la course de la même manière. Tous commencent en étant agressifs, puis il y a une phase, après dix tours, où tout le monde commence à gérer les pneus », raconte-t-il. « Pas très content du résultat », il repart néanmoins avec « une course positive » et un week-end qu’il juge également bon.

Comment passer un cap et devenir un membre régulier du top-10 ? « Je continue à avoir des problèmes avec la roue avant sur le sec, surtout quand les températures sont élevées. C’est difficile de gérer cette situation. J’ai essayé de mettre un pneu avant medium mais il ne m’a pas plu ; il faisait trop froid pour mettre un pneu dur. » Luca Marini se dit « conscient » de devoir progresser pour arriver à la hauteur de son coéquipier Enea Bastianini, troisième à Misano.

Ci-dessous, quelques photos de la livrée de la Ducati Desmosedici GP19 « Grazie Vale » de l’équipe Sky VR46 Avintia :

✪ GP-Inside a besoin de vous pour survivre ! Soutenez notre travail pour 2€/mois, accédez à tous les avantages (intégralité du contenu, concours-cadeaux…), renforcez l’indépendance de notre petite équipe (100 & sans publicité sur la version Premium) et participez au succès d’un média moto à votre service. Devenir Premium

Misano, Rossi : Des adieux « émouvants » dans une « atmosphère fantastique »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires