Grazie Vale



[ÉDITO] Vale,
Quand j’étais petit, mon professeur de Français m’a demandé de raconter mon plus beau souvenir, alors j’ai écrit sur ta victoire de Jerez 2005. C’est la première course de toi dont je me souvienne.

Vale,
Quand j’étais petit, mon rêve était de te rencontrer. Alors j’ai commencé à écrire sur l’actualité de la moto sur internet. Parce que tu m’as rendu follement passionné de ce sport, et en espérant pouvoir un jour te rencontrer. Ainsi a commencé mon chemin vers le journalisme. Ainsi tout a commencé.

Vale,
Pour moi tu n’es pas seulement l’un des plus grands pilotes de tous les temps, le détenteur de dizaines de records, l’idole de millions de personnes, celui qui a révolutionné le monde de la moto ; tu es la Raison. Je suis où je suis aujourd’hui parce que tu étais là. Grâce à toi.

Vale,
Tu venais de remporter ton premier Grand Prix quand je suis né, en août 1996. Je n’ai donc pas connu le monde de la course sans toi. Ai-je réellement assisté à tes derniers tours en MotoGP aujourd’hui ? J’ai du mal à le réaliser.

Vale,
Il y a quelques mois, tu as dis dans une interview : « Je sais que le Temps finira par me battre, c’est malheureusement comme ça pour tout le monde. Mais j’essaie de toutes mes forces de rendre le labeur du Temps le plus dur possible, c’est tout. Et c’est la seule raison pour laquelle je continue à rouler. » Le temps ne devrait pas exister pour toi. Tu devrais être éternellement jeune, ainsi nous pourrions te voir rouler, encore et encore…

Vale,
Aujourd’hui est le jour où j’ai compris que tout a une fin, même les bonnes choses. Même les meilleures choses.

Vale… Thank you, Merci, Gracias, GRAZIE !

#GrazieVale

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

[…] Grazie Vale […]