Gresini : « La carrière de Iannone est en danger »



Fausto Gresini s’inquiète des conséquences qu’aura la suspension d’Andrea Iannone, à la fois pour le pilote, l’équipe et le projet MotoGP d’Aprilia Racing.

La Cour internationale discipline de la Fédération internationale de motocyclisme (FIM) a condamné Andrea Iannone à 18 mois de suspension, pour un contrôle positif à une substance interdite en marge du Grand Prix de Malaisie 2019 (détails ici).

Sitôt connue, la décision a provoqué la réaction « déconcertée » du camp Aprilia. Ce-dernier dénonce une peine qui n’a « aucun sens » : la consommation de la substance interdite a été reconnue comme étant involontaire et due à une contamination alimentaire. « Mon innocence a été reconnue, même si au fond nous avons perdu parce que j’ai été suspendu 18 mois », commente Andrea Iannone, qui prépare un appel devant le Tribunal arbitral du sport (TAS).

Son team-manager dans l’Aprilia Racing Team Gresini, Fausto Gresini, partage cet avis : « Je suis vraiment désolé pour Andrea. Je ne crois pas qu’il mérite un punition aussi lourde, juge-t-il sur Motosprint. Bien que ce ne soit pas mon sujet, il me semble que la décision prise est plutôt ‘étrange’. Dans la pratique, les juges reconnaissent que Iannone n’a pas commis d’erreur de manière volontaire, mais le punit quand même de 18 mois de suspension ? On parle là d’un an et demi, pas de quelques jours. »

Si l’affaire n’est pas portée devant le TAS, ou qu’elle l’est mais que la suspension est maintenue, Andrea Iannone sera sur la touche jusqu’au 16 juin 2021. Cela signifie que passent à la trappe la saison 2020 et une bonne partie de la saison 2021 (7 Grands Prix si la configuration du calendrier est la même que cette année). Quelle équipe MotoGP prendrait sous contrat un pilote suspendu, qui va manquer plus d’un tiers du championnat et n’aura pas roulé depuis 18 mois ? « S’ils l’arrêtent pour un ou deux ans, c’est clair que notre relation se terminera », disait le patron d’Aprilia fin janvier.

Fausto Gresini craint également que « sa carrière de pilote pourrait être compromise, elle est certainement en danger. Puis, psychologiquement, imaginons-nous combien il souffre ?, questionne-t-il. Il attendait des nouvelles Noël, il est resté dans cette situation pendant des mois… et maintenant cette suspension. Et je le répète : 18 mois. Pour un sportif, cela équivaut à une peine à perpétuité ».

Chez Aprilia aussi, les conséquences sont « énormes », « économiques, sportifs et en termes de développement ». Le constructeur italien a mis les moyens sur la table pour développer un nouveau prototype sur les indications de ses deux pilotes ; or, l’un d’entre eux ne peut pas s’en servir. En outre, les résultats seront moins au rendez-vous, car aucun pilote aussi compétitif qu’Andrea Iannone n’est actuellement disponible – l’Italien va être remplacé par Bradley Smith.

« La nouvelle RS-GP a été conçue selon les indications de deux pilotes : Aleix Espargaro, qui a une longue expérience chez Aprilia, et Iannone, qui a donné ses sensations, travaillé dans le box et en piste La moto est bien née, et convient aux besoins d’Aleix et d’Andrea. Là, c’est un problème, regrette Fausto Gresini. On ne roule pas mais quand ça va repartir, comment et où trouver un pilote rapide, sensible et expérimenté comme Iannone ? Ce n’est pas facile, on ne trouve pas un bon pilote MotoGP en allant au supermarché. »

Cas Iannone, Aprilia : « La peine n’a aucun sens »

Informations concernant le coronavirus et les consignes sanitaires à respecter disponibles ici

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de