Guidotti (Honda) : Pourquoi Pedrosa n’a pas été champion



« Avec les motos adéquates à sa taille, il dominait. En MotoGP c’était plus compliqué pour lui. » Giacomo Guidotti, ancien chef-mécanicien de Dani Pedrosa en 2017 et 2018.

Triple-champion du monde (deux fois en 250cc, une fois en 125cc), Dani Pedrosa est resté en MotoGP de 2006 à 2018. Treize saisons, toutes passées dans le Repsol Honda Team, et de nombreuses réussites – 31 victoires, autant de poles, 112 podiums… Mais en dépit de six campagnes terminées sur le podium final du championnat, il n’est jamais parvenu à décrocher le titre suprême.

Giacomo Guidotti, qui fut son chef-mécanicien, ébauche à Moto.it des pistes expliquant ce qu’il lui a manqué pour devenir le numéro 1 mondial. « En 2017 il était toujours dans le top-3/top-4 du championnat, il a gagné quelques courses, il était très compétitif. Ensuite il a eu des accidents qui l’ont démoralisé, et des conditions qui l’ont pénalisé, comme le vent, le froid. C’est dû au fait que les motos d’aujourd’hui exigent d’anticiper certaines manoeuvres, qui sont contre-productives pour lui : en étant aussi léger, il lui était difficile de mettre les pneus à température, de lutter contre le vent latéral. »

« Le talent de Dani est évident, nous l’avons vu dès l’époque de la minimoto, poursuit-il. Avec les motos adéquates à sa taille, il dominait. En MotoGP c’était plus compliqué pour lui. Je suis désolé qu’il n’ait pas gagné le titre en catégorie reine, mais cela ne change pas mon opinion sur lui. »

Dani Pedrosa a été coéquipier de Marc Marquez durant six saisons, de 2013 à 2018. La comparaison entre les deux hommes est inévitable, alors que d’aucuns estiment que le HRC a donné priorité à Marc Marquez. Mais Giacomo Guidotti explique qu’il s’agit avant-tout du caractère de la Honda RC213V, difficile à piloter et qui convient tout particulièrement au Catalan.

« Marquez fait une grande différence, en termes de pilotage comme sur la vitesse à laquelle il apprend de nouvelles choses. Il élève tellement le niveau que cela peut ridiculiser ceux qui ont la même moto. C’est la quatrième année que je suis au HRC, j’ai suivi Pedrosa pendant deux ans : Honda développe la moto en parallèle pour les deux pilotes, essayant de satisfaire les deux avec une moto équilibrée. Pedrosa a plus souffert, mais pour d’autres motifs : disons que c’est une moto qui ne s’adapte pas beaucoup au ‘style Lorenzo’, mais avec une bonne configuration on peut être très fort avec. »

Dani Pedrosa rapide à Sepang, mais pas intéressé par un retour en MotoGP

Informations concernant le coronavirus et les consignes sanitaires à respecter disponibles ici

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de

Facebook

Nouvelles Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store