« Ils ont triché » : Marquez charge contre Yamaha et ses pilotes



Remonté après une sanction (mais surtout non-sanction) qu’il estime « injuste », Alex Marquez affirme que la marque Yamaha s’est rendue coupable de triche et « ne donne pas un bon eemple ». 

Chaque Grand Prix a son histoire, ont l’habitude de répéter les pilotes. Celle du Grand Prix d’Europe ne concerne pas seulement ce qu’il se passe en piste, mais comprend un tout autre volet : celui de la pénalité notifiée à Yamaha hier, jeudi 5 novembre.

Quelques mois plus tôt, au Grand Prix d’Espagne, le constructeur japonais a utilisé des soupapes différentes de celles présentées lors de l’homologation de la YZR-M1 pour 2020. Différentes donc illégales, car il est interdit de toucher à des éléments du moteur une fois qu’ils ont été validés pour la saison. Elles ont ensuite été changées, mais les résultats de cette course (victoire de Fabio Quartararo devant Maverick Viñales, et cinquième place de Franco Morbidelli) ont été obtenus avec ces pièces non-conformes au règlement.

Une faute que les commissaires FIM ont sanctionné en retirant des points à Yamaha au classement des constructeurs, ainsi qu’aux teams Petronas Yamaha SRT et Monster Energy Yamaha MotoGP au classement des teams. En revanche, les pilotes n’ont rien perdu.

Qu’en pensent leurs adversaires ? Les discussions s’agitent dans le paddock. Tous les constructeurs ont accepté la sanction sans faire appel, mais plus par courtoisie sportive – on ne veut pas rajouter de nouveaux problèmes à un championnat 2020 déjà secoué par divers soucis, comme l’épidémie de Covid-19 – que parce qu’ils sont d’accord, comme ils nous l’ont expliqué à Valence.

Pas d’accord, non plus, est Alex Marquez, et lui a tenu à le faire savoir. « Ils n’ont pas respecté les règles et ils ont triché, donc la sanction ne me paraît pas juste », s’est-il indigné après la première journée du Grand Prix d’Europe.

Il n’est pas le seul à défendre ce point de vue (c’est par exemple le cas de Jack Miller), mais il a été l’un des plus virulents au moment de l’exprimer. Et il incrimine directement les pilotes Yamaha, affirmant qu’ils étaient au courant de la situation. Alex Marquez va même plus loin et prétend que ces soupapes non-conformes ont été apportées par Yamaha sous pression des pilotes, qui se plaignaient d’un manque de puissance.

« L’excuse de ‘je ne savais pas’ n’existe pas. À tout moment l’usine est très ouverte et tu sais quel moteur tu utilises, tu sais tout, tu es au courant. En tant que pilote, tu surveilles toujours si tu utilises ou gardes un moteur, tu es toujours attentif à ce que tu utilises. (…) Que Yamaha ait fait un changement (sur ses moteurs) a été forcé par les pilotes, qui pressaient parce qu’ils cassaient et n’avaient pas de puissance. Au final la marque a été obligée de faire des choses qu’elle ne voulait peut-être pas faire. »

L’Espagnol rejoint Davide Brivio quand celui-ci explique que le fait de retirer des points au championnat des marques est une pénalité qui ne fait pas vraiment de mal à Yamaha. « La sanction de retirer les points aux constructeurs est une blague, d’ici à deux ans personne ne se souviendra de qui a gagné le titre des constructeurs. Yamaha se fiche de ça », affirme-t-il.

Il croit aussi que les adversaires de Fabio Quartararo, Franco Morbidelli et Maverick VIñales dans la lutte pour le titre sont à plaindre. « Ça me semble très injuste pour eux, parce que leurs marques travaillent en accord avec le règlement », regrette-t-il. Et prévient : donner ce genre de punition « ouvre la porte à ce que d’autres marques puissent le faire et sachent quelle est la sanction : on leur retire des points à eux mais les pilotes continueront à être leaders du championnat et pourront se battre pour le titre ».

Alex Marquez cite, enfin, ce qu’il estime être un mauvais exemple donné à la jeunesse. « Il faut penser que nous ne donnons pas un bon exemple aux jeunes pilotes. C’est comme si un père essayait de mettre quelque chose d’illégal sur la moto de l’enfant et qu’ils disqualifiaient l’enfant, pas le père. C’est dur. Nous ne donnons pas un bon exemple à la nouvelle génération de pilotes qui arrivent. »

Championnat MotoGP avant Valence : 1. Mir 137 pts, 2. Quartararo 123 (-14), 3. Viñales 118 (-19), 4. Morbidelli 112 (-25), 5. Dovizioso 109 (-28), 6. Rins 105 (-32), 7. Nakagami 92 (-45), 8. Espargaro 90 (-47), 9. Miller 82 (-55), 10. Oliveira 79 (-58)… Classement complet ici

Valence : Quartararo ne veut pas se laisser déconcentrer par le sujet pénalité

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de