« Impossible » à pardonner : Rossi-Marquez, la cicatrice



« Quand j’y repense, j’ai les mêmes sensations qu’à l’époque. » Cinq années ont passé depuis les événements de la saison 2015, mais pour Valentino Rossi, la plaie se referme difficilement.

« Le temps adoucit tout », écrit Voltaire dans L’Ingénu. Mais entre adoucir et arranger, il y a un pas qui peut mettre plus de temps que prévu à être franchi.

La précision est de rigueur à la lecture du dernier entretien donné par Valentino Rossi au journal italien Corriere della Serra, qui remonte depuis quelques heures dans plusieurs médias moto. Un dossier, le dossier Marc Marquez, ressort tout particulièrement. « Ce qu’il m’a fait n’est pas pardonnable », rejette le pilote Yamaha au détour d’une question portant sur la saison 2015. Les initiés savent de quoi il s’agit, mais un retour dans le passé s’impose pour ceux qui, découvrant la situation, se demanderaient pourquoi ces mots courent autant les colonnes.

Rossi et Marquez à l’arrivée du GP des Pays-Bas 2013, remporté par l’Italien.

Nonuple champion du monde, Valentino Rossi court après son dixième titre quand, en 2013, débarque en MotoGP un jeune et talentueux pilote du nom de Marc Marquez. L’Espagnol vient de remporter les titres 125cc (2010) et Moto2 (2012), et ne met que deux courses à gagner en catégorie reine. Derrière, victoires et records de précocité s’empilent. Il s’empare du trône à la fin de l’année, puis écrase littéralement la saison 2014. Après l’ère Valentino Rossi, le passage Casey Stoner et la période Jorge Lorenzo, voici venu le temps de Marc Marquez.

Les deux champions, l’un censé représenter le passé encore présent, l’autre le présent ouvrant les portes du futur, s’entendent bien. De la tension est évidemment présente, et inévitable à ce niveau de la compétition, mais rien de particulièrement notable ou néfaste. Jusqu’à ce que tout bascule une première fois au Grand Prix d’Argentine, le 19 avril 2015.

Ce jour-là, Valentino Rossi s’impose au prix d’un affrontement avec Marc Marquez, tombé dans l’avant-dernier tour. L’Italien venait de doubler l’Espagnol et les deux motos se sont touchées dans un changement de direction, incident alors désigné comme fait de course (vidéo ici). Coup de froid.

GP d’Argentine 2015 : le moment où tout a basculé. Une première fois.

Dix semaines plus tard, le 27 juin, un nouveau contact a lui entre les deux hommes, au Grand Prix des Pays-Bas. Cette fois, Marc Marquez tente de faire l’intérieur à Valentino Rossi dans le dernier virage du dernier tour. Le pilote Yamaha ne cède pas et rentre aussi dans la chicane, ce qui l’amène à rebondir sur la Honda, couper le virage en deux et gagner (vidéo ici). Pour l’Italien, son adversaire n’avait pas la place de passer – le freinage était trop tardif et il allait se mettre long –, ni la priorité dans le virage car il était derrière lui. Mais en face, l’Espagnol n’est évidemment pas d’accord. La guerre est déclarée.

Le dernier virage du GP des Pays-Bas 2015, que Rossi doit couper après son contact avec Marquez.

Les semaines passent, le championnat tourne mal pour Marc Marquez qui voit la lutte pour le titre lui échapper. Le combat oppose Valentino Rossi à son coéquipier Jorge Lorenzo. La fin de la saison approche, l’écart se réduit. La tension se fait de plus en plus palpable. Une bombe est lâchée par Valentino Rossi le 22 octobre 2015, lors de la conférence de presse du Grand Prix de Malaisie.

Depuis Sepang, il accuse Marc Marquez d’avoir eu un comportement anti-sportif lors de la course précédente, à Phillip Island (Australie) : il avait le rythme pour rouler seul et gagner, mais a volontairement ralenti pour essayer de le gêner Rossi en pleine course, l’objectif final était de permettre à Jorge Lorenzo de finir devant lui. D’après lui, la pensée de Marc Marquez se résumerait ainsi : je vais te faire payer nos confrontations précédentes en aidant Jorge Lorenzo à te vaincre pour le titre.

Cette bombe explose finalement quatre jours plus tard, en course. Qualifié 2e, Marc Marquez se retrouve 4e derrière Valentino Rossi, à qui il dispute la place de 3e, pendant que Dani Pedrosa et Jorge Lorenzo s’en vont devant. Les dépassements se multiplient, tous plus agressifs les uns que les autres. Jusqu’au fatidique septième tour, et le passage du virage 14.

Doublant Marc Marquez à l’intérieur, Valentino Rossi bloque son freinage et la trajectoire de son adversaire, qu’il fixedu regard, comme pour lui signifier qu’il a compris ce qu’il faisait et qu’il fallait arrêter. Marc Marquez se rabat, les deux hommes se touchent, et la Honda glisse au sol (vidéo ici).

GP de Malaisie 2015, 7e tour, virage 14. Rien ne sera plus jamais comme avant

Pour Valentino Rossi, le scénario de la course prouve qu’il avait raison : son rival était bien plus rapide que lui, a à nouveau volontairement ralenti et ne serait pas tombé s’il ne s’était pas rabattu contre sa Yamaha. Marc Marquez affirme lui qu’il ne pouvait pas aller plus vite que ce qu’il faisait, qu’il n’essayait pas de le gêner. Dans le paddock, on va dans le sens de Valentino Rossi pour ce qui est du comportement de Marc Marquez, sans pour autant cautionner l’incident du virage 14. Analyses vidéos, discussions enflammées, débats entre supporters : tout y passe.

Sur le plan sportif, Valentino Rossi écope d’une pénalité et doit partir dernier du Grand Prix suivant, la finale du championnat, à Valence. Il termine 4e de la course, remportée par Jorge Lorenzo qui est sacré champion du monde pour 5 petits points.

« Difficile que cela change »

« Le temps adoucit tout », écrivions-nous plus haut, et il est vraiment que le temps a permis une certaine accalmie, notamment dans les tribunes. Mais la relation des deux icônes n’est jamais vraiment revenue à la normale.

Après Sepang, leur première poignée de main a eu lieu à l’arrivée du Grand Prix de Catalogne 2016. Valentino Rossi venait de battre Marc Marquez, et le week-end avait été marqué par la mort de Luis Salom. Les rapports se sont plus ou moins « normalisés », avant que la tempête ne reprenne lors du Grand Prix d’Argentine 2018. Trop pressé dans sa remontée, Marc Marquez a mis à terre son rival italien, sur qui il avait l’avantage. Il a ensuite admis son erreur et essayé de s’excuser, mais les blessures du passé avaient déjà refait surface.

Avançons maintenant jusqu’à aujourd’hui, février 2020, et cet entretien où il a été demandé à Valentino Rossi si ces événements étaient oubliés. « Impossible. Ce qu’il m’a fait n’est pas pardonnable. Quand je repense à ces jours-là, j’ai les mêmes sensations qu’à l’époque. Et c’était il y a six ans. Il me semble difficile que cela puisse changer. »

Alors certes, oui, Voltaire a raison. Mais dans ce cas-là, dans ce cas précis, peut-être qu’une autre citation serait plus appropriée : « Le temps qui adoucit la peine n’efface pas le souvenir. »

Rossi-Marquez, une chronologie :

7 avril 2013 – GP du Qatar : Premier départ commun de Valentino Rossi et Marc Marquez en MotoGP. L’Italien (2e) devance l’Espagnol sur la ligne, faisant acte de résistance face à la relève en marche. Le premier duel d’une longue série.
19 avril 2015 – GP d’Argentine : Chute de Marc Marquez suite à un contact avec Valentino Rossi, vainqueur après être passé dans l’avant-dernier tour. Premier coup de froid sur leur relation.
27 juin 2015 – GP des Pays-Bas : Victoire de Valentino Rossi après un dernier virage polémique, qu’il a été obligé de couper après un nouveau contact avec Marc Marquez.
22 octobre 2015 – GP de Malaisie : En conférence de presse, Valentino Rossi accuse directement Marc Marquez d’avoir roulé contre lui lors de la course précédente pour avantager Jorge Lorenzo. Le but : lui faire payer les événements du début de saison en aidant le Majorquin dans sa quête du titre.
25 octobre 2015 – GP de Malaisie : Épisode du « Sepang clash ».
5 juin 2016 – GP de Catalogne : Mort de Luis Salom aux essais, victoire de Valentino Rossi en course. À l’arrivée, lui et Marc Marquez se serrent la main, estimant que les troubles du passé ne valent pas grand chose dans un sport où le danger guette à chaque tour.
8 avril 2018 – GP d’Argentine : Marc Marquez percute et fait chuter Valentino Rossi en course. L’Espagnol s’excuse mais la période de paix entre les deux hommes est terminée.
14 septembre 2019 – GP de Saint-Marin : L’un après l’autre, Marc Marquez et Valentino Rossi se gênent lors des essais, entraînant une convocation de la direction de course pour des explications.
Février 2020 : Déclarations de Valentino Rossi disant que ce que lui a fait Marc Marquez est « impossible » à pardonner.

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

[…] « Impossible » à pardonner : Rossi-Marquez, la cicatrice […]