Insatisfait, Mir demande à Suzuki de se retrousser les manches



« Le team travaille bien mais ce n’est pas assez. Peut-être que les autres travaillent plus dur. » Critique envers Suzuki, Joan Mir veut une moto plus compétitive pour défendre sa couronne de champion du monde MotoGP, en danger à l’approche de la mi-saison.

Vainqueur des 24 Heures Motos du Mans dimanche, Sylvain Guintoli n’a pas eu beaucoup de temps pour célébrer son triomphe. Le Français a repris la piste moins de 48 heures après, mardi, sur le circuit andalou de Jerez. Le test team MotoGP de Suzuki l’y attendait pour une journée de roulage, où 91 tours ont été bouclés. Soit une vingtaine de plus qu’à Montmelo, où il a participé aux essais post-Grand Prix de Catalogne lundi dernier (7 juin).

Suzuki accélère la cadence face à une première partie de saison 2021 décevante. Sept courses ont passé et le champion du monde sortant, Joan Mir, n’en a remporté aucune. Deux places de troisième, à Portimao et au Mugello, constituent ses meilleurs résultats, tandis que ses problèmes aux essais n’ont pas été réglés – sa meilleure qualification est une neuvième position.

Son coéquipier Alex Rins en est lui à quatre résultats blancs consécutifs plus un forfait, la faute à de multiples chutes. Là-aussi, aucune victoire n’est pas relever, pas plus qu’un podium. D’autant plus frustrant que ses chronos en course montrent qu’il est parmi les hommes les plus rapides. Seulement quinzième du championnat avec 92 points de retard sur Fabio Quartararo, il est d’ores et déjà considéré comme éliminé de la lutte pour le titre.

« Un peu inquiet »

Pour Joan Mir, cette baisse de régime par rapport à 2020 est en partie imputable à Suzuki. La firme japonaise n’aurait pas suffisamment travaillé sur la version 2021 de la moto. Le pilote catalan se décrit dans la même posture que Franco Morbidelli chez Yamaha : il roule aussi vite qu’en 2020, et même un peu plus vite, mais les autres ont fait de plus grands progrès, donc les résultats sont moins bons.

« La vérité est que nous devons continuer à progresser et pousser, car cette année la concurrence est très élevée. Les autres constructeurs ont progressé et pas nous. Notre moto est vraiment bonne, nous avons une bonne base, mais j’ai la même machine que l’an dernier, s’est-il plaint début juin, après la qualification du Grand Prix de Catalogne. Nous devons pousser un peu plus pour avoir plus de matériel et tester plus de choses afin de progresser. »

Cette sortie devant la presse a marqué un premier changement de ton du coté de Joan Mir. Ce-dernier a même reconnu être « un peu inquiet », demandant à Suzuki de se retrousser. « Je veux défendre le titre et je pense Suzuki aussi, mais je pense que nous pouvons pousser un peu plus pour avoir plus de choses. Le team travaille vraiment bien mais ce n’est pas assez. Peut-être que les autres travaillent plus dur, donc nous devons tous le faire si nous voulons défendre la couronne. »

Début mars, Suzuki avait étonné en amenant le moteur de la GSX-RR 2022 dès le test de pré-saison de Losail (Qatar). Joan Mir prévenait déjà le constructeur de se concentrer d’abord sur le présent. « Je vois d’un bon oeil qu’ils aient cette avance, mais je suis aussi conscient – et ils doivent l’être – que nous n’avons même pas commencé cette saison. Nous avons du travail devant nous et la moto de 2021 peut être améliorée. Il ne faut pas mettre ça de côté », avait-il déclaré.

Arrivé dans le top-5 de cinq des sept premiers Grands Prix, le Catalan compte quasiment autant de points que l’an dernier au même moment (78, contre 80). Seulement, la régularité de 2020 n’est plus suffisante en 2021 : ses adversaires ont franchi un cap, sont plus souvent devant et commettent moins d’erreurs. Par conséquent, il n’est pour l’instant « que » cinquième du classement à 37 points du leader, Fabio Quartararo. Avant ça, il lui faut déjà rattraper Francesco Bagnaia (+10), Jack Miller (+12) et Johann Zarco (+23). Trois pilotes Ducati à qui le tracé du Sachsenring, où le MotoGP a rendez-vous ce week-end, pourrait poser des difficultés, en raison de sa sinuosité.

Sur le papier, le Grand Prix d’Allemagne offre à Joan Mir une opportunité de réduire l’écart avec eux au classement. Les essais menés par Suzuki ces dernières semaines pourraient l’aider à performer. Il en a besoin. Car pour l’heure, le champion du monde sortant n’est pas le favori à sa propre succession.

Joan Mir – Résultats (2021)

FP1 P2 P3 P4 QP WP RAC
Catalogne 8 16 8 5 10 9 4
Mugello 4 11 8 8 9 13 3
Le Mans 3 13 7 7 14 5 X
Jerez 10 13 4 7 10 5 5
Portimao 13 3 12 10 9 3 3
Losail 2 8 13 3 3 9 7 7
Losail 5 11 6 6 10 11 4

✪ Vous aimez le travail de GP-Inside ? Devenez Premium pour nous aider à continuer. Soutenez un média sérieux et passionné, gagnez ses concours, profitez d’un site 100 % sans pub et accédez à l’intégralité du contenu.

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
1 Commentaire
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments

gay dating site windows phone

Insatisfait, Mir demande à Suzuki de se retrousser les manches – GP Inside