Jarvis (Yamaha) : « Rossi sent que c’est à nouveau sa moto »



Valentino Rossi a dû « se battre » avec Yamaha pour obtenir les changements qu’il désirait sur sa moto, finalement obtenus au Grand Prix d’Andalousie. Lin Jarvis reconnaît qu’il n’a pas été évident d’accéder à ses requêtes, mais cela a porté ses fruits.

Une disette de 15 mois et 17 courses a pris fin pour Valentino Rossi dimanche, au circuit de Jerez-Angel Nieto : 15 mois et 17 courses sans podium. Une semaine après avoir été en difficulté au Grand Prix d’Espagne, le Docteur a montré un tout autre visage lors de celui d’Andalousie : meilleur rythme aux essais, meilleure vitesse en ‘time attack’ (4e sur la grille), le sourire retrouvé et une 3e place en course pour conclure le week-end.

Sa prestation, il la doit notamment à des modifications effectuées sur sa Yamaha, notamment au niveau du châssis. Valentino Rossi a dû batailler avec son employeur pour les obtenir. Plutôt que de toucher à la M1, Yamaha lui demandait de s’inspirer de ce que font les autres pilotes de la marque, meilleurs que lui ces derniers mois. « Nous devons mettre de la pression sur Yamaha, car parfois c’est un problème politique quand nous voulons changer la moto », a-t-il expliqué à l’arrivée. L’Italien a finalement obtenu gain de cause.

Des déclarations qui ont forcé Lin Jarvis, patron de Yamaha Motor Racing, à fournir des explications. Le Britannique admet que Yamaha n’a pas immédiatement écouté Valentino Rossi, et le justifie en partie par les bons résultats qu’obtenaient les autres pilotes. En clair : puisque l’Italien était derrière eux, c’était à lui de se remettre en question.

« Évidemment, quand tu as d’autres pilotes qui vont plus vite, en particulier Fabio et Maverick, et aussi Franky (Morbidelli), qui utilisent une gamme similaire de réglages, la zone dans laquelle tu travailles est assez commune. Mais Vale a lutté pour le comprendre, se sentir à l’aise et faire fonctionner ça pour lui », reconnaît Lin Jarvis.

« Nous avons vu que depuis une saison et demie, Vale n’était pas où il était d’habitude et il était très déçu. Après le premier week-end de la saison, il voulait vraiment changer quelque chose. Il voulait l’essayer parce qu’il n’y avait rien à perdre. Mais changer la manière de penser des ingénieurs japonais n’est pas toujours aussi simple, parce que nous avons beaucoup de données et d’informations, et les autres pilotes sont rapides. Donc pourquoi aller dans une autre direction ? »

Le boss de Yamaha loue finalement les qualités de son pilote, qui a su se faire entendre et mettre le doigt sur ce dont il avait besoin. « Valentino a beaucoup d’expérience et sait ce qui fonctionne pour lui. Il a insisté, nous avons accepté et fait le changement. Je ne dirais pas que ça a résolu tous ses problèmes, mais il se sent beaucoup plus à l’aise, il sent que c’est à nouveau sa moto et peut donc mieux la piloter. Cela fait partie de ce que les pilotes doivent faire, ils doivent pousser dans le box puis sortir en piste se mesurer aux autres. »

Championnat MotoGP après le GP d’Andalousie : 1. Quartararo 50 pts, 2. Viñales 40 (-10), 3. Dovizioso 26 (-24), 4. Nakagami 19 (-31), 5. P. Espargaro 19 (-31), 6. Rossi 16 (-34), 7. Miller 13 (-37), 8. A. Marquez 12 (-38), 9. Zarco 12 (-38), 10. Morbidelli 11 (-39)…

Jerez 2, Rossi (3e) : « Semblable à une victoire ! »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de