« J’aurais préféré ne pas rouler » : un dimanche des plus difficiles pour les pilotes



Rouler deux heures après l’annonce de la mort de Jason Dupasquier a été l’épreuve la plus dure affrontée par les pilotes MotoGP au Mugello. Certains, comme Francesco Bagnaia, auraient préféré que la course soit annulée. D’autres, à l’image de Miguel Oliveira, estiment que rouler est la meilleure façon de lui rendre hommage. Voici quelques-unes des déclarations marquantes de ce dimanche sur le sujet.

Danilo Petrucci : « Aujourd’hui c’était difficile de rouler, non pas pour des raisons sportives mais humaines. Je me sens mal de penser que nous avons roulé là où un garçon de 19 ans est mort hier. Je ne pense pas que ce soit normal. »

« Dans d’autres situations similaires qui se sont produites par le passé, nous avions au moins fait un briefing avec les pilotes, qui n’a pas été fait hier. Personne ne nous a rien dit après l’accident, et trois minutes après le décollage de l’hélicoptère, la pit lane était ouverte, comme si de rien n’était. Nous, pilotes, avions bien sûr compris la gravité de la situation. Personne ne nous a demandé ce que nous voulions faire, mais il faut se rappeler que sous le casque, il y a des gens qui pensent que si c’est arrivé à un ami ou à une autre personne, demain ça peut leur arriver à eux. »

Francesco Bagnaia : « Personne ne nous a rien demandé. J’ai dit à mon équipe que j’aurais préféré ne pas rouler, mais c’est notre travail et nous devons le faire. J’étais dans la même situation en 2016 après la mort de Luis Salom. Il a été difficile de retenir les larmes pendant la minute de silence. »

« J’ai essayé de me concentrer, mais après la minute de silence c’était impossible. C’est le pire jour de ma vie. J’ai demandé à ne pas rouler parce qu’il n’était pas correct de le faire. S’il était arrivé pareil à un pilote MotoGP, nous n’aurions pas roulé. Je ne suis pas content de la décision de nous laisser rouler après cette nouvelle. Je crois que certains choses se prennent trop à la légère, c’est irrespectueux. »

« Je me fiche de la chute, je pense seulement à Jason, sa famille, un pilote de 19 ans qui s’en est allé. C’est pour ça que je ne peux pas accepter la décision de nous laisser rouler. »

Miguel Oliveira : « On n’est jamais préparé à quelque chose comme ça. Je pense qu’aujourd’hui nous avons tous pris le départ de la course avec énormément de respect pour chacun des autres. C’est au moins la seule leçon que je peux retirer de ce qui s’est passé : nous devons nous respecter les uns les autres et être respectueux des limites que nous imposons aux autres quand nous courons. C’est un sport individuel mais nous roulons en groupe à très haute vitesse, et dans les virages il y a très peu que vous puissiez faire pour éviter ce genre de situation. »

« Je sus désolé pour Jason, désolé pour sa famille et je ne peux pas imaginer la peine que ses parents ressentent. Mais nous devons continuer car c’est le plus grand honneur que nous pouvons lui faire, à lui et à sa famille : continuer à rouler. »

Valentino Rossi : « Ça a été une journée très difficile, parce qu’après ce qui est arrivé à Jason hier, la question est : pourquoi roulons-nous ? Tout perd sens. Je savais hier que la situation de Jason était vraiment critique, mais apprendre la nouvelle avant de rouler te déstabilise. Tu te demandes si ça vaut vraiment las peine. Même si ne pas rouler n’aurait pas changé ce qui est arrivé à Jason. »

« Je crois que c’est difficile pour tout le monde, aussi pour les jeunes pilotes, mais tout ce que tu peux faire est te concentrer pour donner le maximum, car si tu n’es pas concentré une fois sur la moto, c’est très dangereux. Tu dois essayer de faire les mêmes choses que d’habitude. Tout ce que j’ai pu faire est rester concentré, être avec mon équipe, ma copine, mes amis, mais c’est sincèrement très compliqué. »

Fabio Quartararo : « J’étais très ému, et prendre le départ après la minute de silence a été très difficile. Chaque fois que je passais par le virage 9, je pensais à Jason… Celle-là est pour lui. Nous remportons une victoire mais nous perdons un ami, donc ce n’est pas facile. J’ai des sentiments très étranges. Ça a été très difficile de faire la course, surtout de se concentrer à faire les 23 tours en sachant que chaque fois que nous passons par ce virage, il n’y a qu’une chose en tête. Avant le départ, pendant la minute de silence, je ne pensais qu’à gagner pour lui et nous l’avons fait. Je suis content de pouvoir lui dédier ça. »

Mugello, MotoGP : Quartararo, une victoire pour Jason Dupasquier

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

S’abonner
Notifier de
12 Commentaires
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Feuill
3 mois il y a

Bravo Fabio ! Toutes mes pensées vers Jason DUSPAQUIER ainsi qu’à ses proches de sang ou sa famille moto 🙏

1 mois il y a

gay guy dating a girl

« J’aurais préféré ne pas rouler » : un dimanche des plus difficiles pour les pilotes – GP Inside

1 mois il y a

best keto pills https://ketorecipesnew.com/

1 mois il y a

poz gay dating site https://freegaychatnew.com/

1 mois il y a

gay dating he’s on grindr https://gaychatus.com/

20 jours il y a

gay canada dating site https://gaychatgay.com/

13 jours il y a

gay dating without sites https://dating-gaym.com/

24 dating 16 gay https://gaydatingcanada.com/

12 jours il y a

gay dating sim cd https://datinggayservices.com/

11 jours il y a

gay people smaller dating pool https://gaydatinglosangeles.com/

11 jours il y a

gay man dating a woman https://gayonlinedating.net/

10 jours il y a

dating non binary make you gay https://gay-singles-dating.com/