« Je suis en état de choc ! » : Les premiers mots de Mir, champion du monde MotoGP 2020



La pression de la compétition, celle du Covid-19, les larmes de joie, la consécration pour Suzuki : voici les premiers mots de Joan Mir, sacré champion du monde MotoGP à l’issue du Grand Prix de la Communauté valencienne, qu’il a terminé à la 7e place.

Un sentiment « incroyable » : « Je n’arrive toujours pas à y croire, je vais avoir besoin de quelques heures pour comprendre, je suis en état de choc ! Après toute cette année avec toute la pression, ici et aussi à la maison pour ne pas attraper le Covid-19… C’est incroyable comment nous avons géré la situation, et nous avons finalement ce titre pour ma deuxième année avec Suzuki. C’est incroyable, je ne peux pas expliquer avec des mots ce que cela signifie pour moi. Je veux remercier toutes les personnes qui ont rendu cela possible, ma famille, Suzuki parce qu’ils m’ont donné l’opportunité d’être ici en MotoGP, et d’être champion du monde. Je suis si heureux d’être celui qui remet Suzuki au sommet vingt ans après (Kenny Roberts Jr). »

L’émotion : « Quand j’ai vu écrit ‘champion du monde’ sur mon panneautage, je me suis dit : ‘Non, ce n’est pas en train d’arriver’, puis j’ai commencé à pleurer. En faisant mon tour de célébration j’ai commencé à réaliser ce qui arrivait. C’est dommage de ne pas avoir de public ici, dans les tribunes, parce que c’est toujours un extra de motivation et de plaisir de le célébrer avec eux. »

Courses et Covid-19, une double-pression : « La chose dont on ne parle pas beaucoup mais qui rend tout plus compliqué est que normalement, la pression est sur le circuit et chez soi on déconnecte. Mais je ne pouvais pas déconnecter chez moi parce que j’avais la pression du coronavirus, et cela a rendu la situation encore plus difficile. Il fallait aussi être régulier à chaque course, toujours sur le podium… Je ne veux pas parler de cette course (de Valence 2) pare que c’est celle où j’ai eu le plus de mal et où j’ai pris le plus de risques (rires). C’était vraiment difficile, mais nous avons le titre donc je me fiche de la course. »

L’ascension de Suzuki : « Quand j’ai vu Davide (Brivio) après le titre, je me suis souvenu d’une conversation tenue à Jerez, en 2018, quand nous avons commencé à parler de ce projet. Il essayait de me convaincre, mais il n’en avait pas besoin parce que j’étais déjà convaincu. C’était encore plus difficile à faire avec Suzuki, mais maintenant, avoir ce titre avec cette marque est encore mieux. Ils le méritent parce qu’ils ont fait un travail incroyable, et pas seulement en 2020 mais aussi les années précédentes. Merci au team, à toutes les personnes qui travaillent au Japon, à Hamamatsu, pour rendre cette moto encore meilleure. Merci. »

Une célébration mesurée : « Je voudrais le fêter, sortir en boite, tout faire (rires), mais nous devons être responsables parce que des gens meurent à cause de cela (le Covid-19, NDLR). Pour moi, la meilleure célébration est d’être ici avec ma famille et mon team, toujours en prenant des mesures de précaution parce que le coronavirus est quelque chose de sérieux. J’ai évidemment besoin de le célébrer un peu (sourire), mais pas trop. »

Championnat MotoGP après Valence 2 : 1. Mir 171 pts, 2. Morbidelli 142 (-29), 3. Rins 138 (-33), 4. Viñales 127 (-44), 5. Quartararo 125 (-46), 6. Dovizioso 125 (-46), 7. Espargaro 122 (-49), 8. Miller 112 (-59), 9. Nakagami 105 (-66), 10. Oliveira 100 (-71)… Classement complet

Valence 2, MotoGP : Morbidelli maître, Mir sacré roi

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

4
Poster un Commentaire

4 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] Un nouveau champion du monde : « Je veux avant-tout féliciter Mir. Gagner un championnat du monde dès sa deuxième saison n’est pas à la portée de tout le monde, seul un petit nombre de pilotes dans l’histoire l’a fait. Il est très jeune mais il n’a pas commis d’erreur, il a toujours été constant dans les moments cruciaux et il est rapide. Avec Suzuki, ils ont fait un travail incroyable. La moto fonctionne très bien et ils méritent le titre. » […]

[…] et avec des larmes dans les yeux à l’arrivée. Un moment pas comme les autres raconté ici, et à revoir en quelques images […]

[…] La saison 2020 s’est officiellement terminée dimanche à Portimao. Raccourcie à cause de l’épidémie de Covid-19, elle a mis les pilotes à rude épreuve : 14 courses disputées en l’espace de 19 semaines, dans des conditions sanitaires qui maintenaient la pression même en dehors des Grands Prix – le champion du monde MotoGP, Joan Mir, l’a très bien expliqué dans son interview post-titre. […]

[…] La saison 2020 s’est officiellement terminée dimanche à Portimao. Raccourcie à cause de l’épidémie de Covid-19, elle a mis les pilotes à rude épreuve : 14 courses disputées en l’espace de 19 semaines, dans des conditions sanitaires qui maintenaient la pression même en dehors des Grands Prix – le champion du monde MotoGP, Joan Mir, l’a très bien expliqué dans son interview post-titre. […]