Jerez 2, Rossi (3e) : « Semblable à une victoire ! »



Valentino Rossi n’était plus monté sur le podium depuis le Grand Prix des Amériques 2019, il y a 15 mois. Une série de 17 courses sans trophée qui a pris fin à Jerez de la Frontera, ce dimanche. 

D’une semaine à l’autre, tout a changé chez Valentino Rossi. Le week-end dernier au Grand Prix d’Espagne, l’Italien s’était difficilement qualifié 8e, avant de reculer à la 10e place en course puis d’abandonner sur un problème mécanique. De retour à Jerez quelques jours plus tard, pour une nouvelle épreuve sur la piste andalouse, il est arrivé avec « une autre méthode de travail » et des changements sur la M1 qui ont porté leurs fruits.

Compétitif aux essais, le pilote Yamaha s’est qualifié 4e et a abordé sa course dans un état d’esprit positif. Il a pris un bon départ, n’a pas pu suivre Fabio Quartararo mais a su rester deuxième du 1er au 11e tour, contenant notamment son coéquipier Maverick Viñales. Francesco Bagnaia l’a ensuite dépassé, avant que le moteur de la Ducati ne rende l’âme. Il est arrivé la même chose à Franco Morbidelli, qui mettait la pression à son compatriote.

Valentino Rossi s’est à nouveau retrouvé second à 6 tours de l’arrivée. Maverick Viñales en est finalement venu à bout, mais pas Takaaki Nakagami, remonté 4e et qui échoue à une grosse demi-seconde. Le Docteur retrouve ainsi le podium pour la première fois depuis Austin 2019, sur une piste de Jerez qui ne lui souriait plus depuis quelques années (10e en 2017, 5e en 2018, 6e en 2019, abandon dimanche dernier). Un 235e podium obtenu à 41 ans qui vient récompenser de longs mois de dur labeur.

La course : « Le départ était crucial, je suis bien parti et j’ai essayé de suivre Fabio. Fabio est un peu plus rapide, mais il roule surtout sans tirer sur les pneus. À la fin Maverick était un peu plus vite, j’ai fait une erreur et l’ai laissé partir. Sans ça j’aurais peut-être pu m’accrocher, mais je pense qu’il mérite sa 2e place parce qu’il était un peu plus rapide. Nous devons encore travailler sur les 5 derniers tours, mais maintenant nous ne sommes plus si mauvais sur les 20 autres (rires). »

La Ducati de Bagnaia qui casse : « Je suis désolé pour Pecco (Bagnaia) et Franco (Morbidelli) parce qu’ils étaient rapides. J’ai perdu 7 dixièmes sur Maverick (lors de la casse de Bagnaia), parce que comme j’étais devant, j’ai vu la fumée et j’ai dû ralentir. C’est très effrayant car nous allons très vite et si c’est de l’huile, ça peut finir en désastre. »

Le retour sur le podium : « Je suis très content parce que ça faisait longtemps et nous venons d’une situation très mauvaise avec de mauvais résultats. Ce n’était pas seulement la dernière course, mais aussi toute la seconde partie de la saison 2019 qui était très frustrante, j’étais lent et je souffrais beaucoup Ce week-end nous avons commencé à travailler d’une autre manière et je suis très heureux de mon équipe. Nous avons fait du bon travail. Nous devons travailler dur parce qu’avec David nous devons mettre de la pression sur Yamaha, car parfois c’est un problème politique quand nous voulons changer la moto. »

« Mais nous n’avons pas abandonné, et à partir de vendredi matin j’avais de meilleures sensations. Nous devons encore progresser, j’ai toujours des problèmes, mais je roule avec mon style de pilotage et je prends du plaisir. Je suis arrivé sur la course prêt parce que je savais que je pouvais faire un bon résultat. Je suis content pour moi, pour mon team. Aussi parce que ces dernières années ça n’allait pas à Jerez, et j’espère que nous avons trouvé des solutions pour continuer sur cette voie et être plus forts sur d’autres circuits. Ce retour sur le podium, ce n’est pas comme une victoire mais c’est similaire. »

Les critiques après l’abandon de dimanche dernier : « Premièrement, je n’abandonne jamais si la moto avance, même si je suis dans une situation catastrophique. Ceux qui ont dit ça ne me connaissent pas. D’un autre côté, je comprends les critiques à mon égard parce que ce n’était pas l’histoire d’une course, mais d’une longue période. Je dois trouver la motivation en moi et sincèrement, mon team m’a beaucoup aidé. Il m’a fait voir la lumière au bout du tunnel, m’a donné une autre moto. Jeudi soir je me disais de rentrer à la maison, puis vendredi matin (2e temps en FP1, NDLR) j’ai dit ‘Ok ok finalement je veux rouler’ (rires) »

Championnat MotoGP après le GP d’Andalousie : 1. Quartararo 50 pts, 2. Viñales 40 (-10), 3. Dovizioso 26 (-24), 4. Nakagami 19 (-31), 5. P. Espargaro 19 (-31), 6. Rossi 16 (-34), 7. Miller 13 (-37), 8. A. Marquez 12 (-38), 9. Zarco 12 (-38), 10. Morbidelli 11 (-39)…

Quartararo, un podium avec son idole Rossi !

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

3
Poster un Commentaire

3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] Jerez 2, Rossi (3e) : « Semblable à une victoire ! » […]

[…] Jerez 2, Rossi (3e) : « Semblable à une victoire ! » […]

[…] Jerez 2, Rossi (3e) : « Semblable à une victoire ! » […]