Jerez : La chaleur a fait renoncer Lecuona



« Iker est un pilote rapide mais il doit travailler sa condition physique et je pense qu’il l’a compris dimanche. » Hervé Poncharal (team-manager Red Bull KTM Tech3)

Les pilotes avaient prévenu : avec plus de 30 degrés dans l’air et 50 degrés en piste, la chaleur allait mettre tout le monde à rude épreuve pendant le Grand Prix d’Espagne, premier de la saison 2020 après une longue pause de 8 mois sans compétition. Le rookie Iker Lecuona en a fait les frais en course. Pris d’étourdissements, il a préféré rentrer à la fin de son 20e tour sur les 25 à boucler.

Jusque-là, les choses se passaient plutôt bien. Dernier sur la grille (20e), le pilote KTM avait bien négocié son départ et pointait 17e au premier tour, après avoir mis derrière lui Johann Zarco, Alex Marquez et Tito Rabat. Il a ensuite éliminé Takaaki Nakagami et Bradley Smith, puis profité des erreurs de certains adversaires (Joan Mir, Brad Binder…) pour se hisser au 11e rang. Il a longtemps été au contact du pilote officiel Ducati, Danilo Petrucci, et avait son coéquipier Miguel Oliveira quelques secondes devant lui.

Ses chronos ont commencé à chuter à partir du 15e tour. Alors qu’il roulait autour de 1’39.5, Iker Lecuona a commencé à se retrouver en 1’40. Il a finalement décidé de renoncer à la fin de son 20e tour. Et s’en est ensuite voulu. « Pour être honnête, je regrette ma décision d’être rentré au box, déclarait-il quelques heures après l’arrivée. Il ne me restait que 5 tours, j’aurais dû réduire un peu ma vitesse et essayer de finir la course, car j’aurais marqué des points quoi qu’il arrive. »

Avec la chute de Marc Marquez, Iker Lecuona aurait pu finir 10e – il avait 4 secondes d’avance sur le 11e, Johann Zarco. Mais sur le moment, il a préféré éviter de tenter le diable et se mettre par terre. « J’ai manqué ce qui aurait pu être un top-10, mais je me sentais vraiment étourdi et ne voulais pas risquer de chuter ou mettre quelqu’un d’autre en danger, donc j’ai arrêté. Avant ça j’étais plutôt fort, j’ai réussi à reste proche de Miguel et me battre toute la course avec Petrucci. Donc je suis encore plus déçu. »

Son team-manager, Hervé Poncharal, se réjouit de voir qu’Iker Lecuona aurait pu terminer dans le top-10. Il se veut rassurant : un problème de condition physique est plus facile à corriger qu’un problème de vitesse. Et l’enjoint donc à travailler afin d’être mieux préparé pour son aventure en MotoGP, lui qui effectue sa première campagne en 2020.

« Nous étions vraiment, vraiment contents d’Iker, parce qu’il a fait un bon départ et faisait des chronos très proches de ceux de Miguel, mais ensuite est arrivé ce que nous redoutions. Il faut être au top question condition physique, et nous avons pu voir pendant le week-end qu’il souffrait pour faire 25 tours consécutifs dans ces conditions, c’est vraiment dommage. »

« Je pense qu’il a fait un bon weekend, il a travaillé dur et méritait de rallier l’arrivée. Quoi qu’il en soit, au final c’est plus facile de travailler sur la condition physique, que de faire d’un pilote lent un pilote rapide. Iker est un pilote rapide, il a surpris tout le monde ici, mais il doit travailler sur sa condition physique et je pense qu’il l’a compris dimanche. C’est crucial et très important. »

« C’est une blague ? » Quand Lecuona a su qu’on le voulait en MotoGP

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

1
Poster un Commentaire

1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] première course de l’année, à Jerez, s’est soldée par un abandon à cause des fortes chaleurs, alors qu’il était 11e. La semaine suivante, à Jerez 2, il était à nouveau dans les […]