Jerez, Quartararo : « Beaucoup de confiance »



Leader du mondial MotoGP, Fabio Quartararo aborde le Grand Prix d’Espagne avec le statut de favori. Parce qu’il sort de deux victoires consécutives, et parce qu’il s’est imposé à Jerez en juillet dernier.

Fabio Quartararo : « J’ai hâte de rouler à Jerez ce week-end. Nous entamons ce Grand Prix avec beaucoup de confiance. L’an dernier j’ai gagné les deux courses sur ce circuit. Cette année je débute le Grand Prix d’Espagne en ayant gagné les deux épreuves précédentes. « 

« Bien sûr, on ne sait jamais ce qui peut arriver en MotoGP, mais pour le moment je me sens bien, donc nous ferons à nouveau de notre mieux. »

Leadership

Trois courses, une pole, deux premières lignes, deux victoires, une 5e place comme « pire » résultat : le début d’année de Fabio Quartararo n’est pas loin d’être irréprochable. Le Niçois a fêté ses 22 ans en homme fort du championnat du monde MotoGP. Plus que les résultats, c’est la manière avec laquelle ils ont été obtenus qui impressionne. Et témoigne de sa progression par rapport à la saison passée.

Au Grand Prix du Qatar, il a montré qu’il sait désormais garder son calme quand les choses tournent mal, accepter le fait de ne pas pouvoir gagner, modifier ses plans et aller chercher les points qui pouvent être marqués, en attendant des jours meilleurs. « L’an dernier, lors des courses difficiles je faisais des erreurs et finissais 14e ou par terre. C’est ce que 2020 m’a appris, que même quand les choses vont mal tu dois essayer de ne pas chuter ou finir 14edisait-il d’ailleurs à l’arrivée. Nous avons terminé 5e et pris 11 points, ce qui est bien pour une journée aussi dire. »

Tirer les leçons du passé, il en a aussi fait la démonstration la semaine suivante, au Grand Prix de Doha. D’un passé plus proche, cette fois. En étudiant la course précédente, en analysant ce qui l’avait empêché de gagner, puis en travaillant pour s’ouvrir la voie du succès. Un succès acquis à la patience, la confiance en soi et la maîtrise en course. Partir derrière, prendre son temps, gérer son énergie, frapper au bon moment : jamais Fabio Quartararo n’avait triomphé de cette manière.

Le Grand Prix du Portugal, enfin, a validé les acquis révélés au Qatar. A confirmé qu’on ne parlait pas seulement d’un coup d’éclat, d’un éclair dans la nuit de Losail. L’épreuve de Portimao devait montrer « le vrai potentiel de la moto », parce qu’il fallait constater si, cinq mois après la déroute de novembre 2020, la Yamaha avait progressé. Elle a surtout montré le vrai potentiel du nouveau Fabio Quartararo.

Fabio Quartararo arrive au Grand Prix d’Espagne avec une triple-casquette de favori. La première est naturelle, parce qu’il sort de deux victoires consécutives. La seconde a à avoir avec les dernières courses de Jerez, toutes deux remportées par le Français en 2020. La troisième est relative à son nouveau costume de leader du championnat.

L’un des enjeux de l’étape andalouse sera de savoir comment le Niçois gère cette triple-casquette. L’an dernier, pareils éléments – l’étiquette de favori, celle de numéro 1 du classement – lui avaient été préjudiciables. Mais Fabio Quartararo démontre depuis bientôt un mois que les erreurs de 2020 ont été converties en forces en 2021. Jerez lui donne l’occasion de le prouver une fois de plus.

Leadership

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments