Joan Mir dit non au numéro 1



Le champion du monde MotoGP Joan Mir a décidé de conserver son numéro fétiche, le 36, pour la saison 2021. Et espère avoir d’autres opportunités de porter la plaque de numéro 1 dans le futur.

Le retour du numéro 1 sur la grille MotoGP, ce ne sera pas pour 2021. Le champion sortant, Joan Mir, a fait le choix de conserver son numéro 36, « le fidèle, celui de toujours ». Arrivé en Grand Prix en 2015, il a toujours porté cette plaque et ça lui a plutôt réussi, puisqu’il compte déjà deux titres avec (Moto3 en 2017, MotoGP en 2020). On ne change pas une équipe qui gagne, explique-t-il.

« Ça aurait été bien d’avoir le numéro 1, c’est une expérience unique et un rêve, mais je crois que le 36 est le numéro avec lequel j’ai travaillé et je suis arrivé jusqu’ici, jusqu’à gagner 2 titres mondiaux. Mon travail n’est pas terminé, je dois continuer plus que jamais pour continuer à gagner plus de titres et pouvoir avoir d’autres opportunités de décider avec quel numéro rouler lors des prochaines saisons. »

L’Espagnol n’écarte pas l’idée d’avoir le numéro 1 en elle-même, mais la reporte à plus tard. Pour cela, il lui faudra aller chercher d’autres titres. « Cela ne signifie pas que si ça arrive à nouveau, je ne me décide pas à prendre le numéro 1, mais pour l’instant le 36 est celui avec lequel travailler. Je dois continuer à le faire pour gagner d’autres titres. Ça n’a pas été une décision facile mais je crois que j’aurai d’autres opportunités d’en décider dans le futur. »

Le dernier champion MotoGP à avoir porté le numéro 1 est Casey Stoner, engagé avec en 2012 après s’être imposé en 2011. Quant au dernier pilote Suzuki à l’avoir eu, il faut remonter à Kenny Roberts Jr. en 2001.

2021 en duels : Alex Rins contre Joan Mir

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

[…] Joan Mir dit non au numéro 1 […]