Joan Mir : « Mon manager va avoir plus de travail que prévu »



« En colère », Joan Mir promet d’utiliser la déception provoquée par le – probable – retrait de Suzuki du MotoGP comme d’une « motivation supplémentaire ». Son nouvel objectif : finir 2022 au plus haut pour remercier les femmes et hommes son team, avant d’aller voir ailleurs dans quelques mois.

Joan Mir l’annonce : il est « officiellement sur le marché ». Suzuki ayant confirmé négocier son départ du MotoGP, il ne portera plus les couleurs de la firme d’Hamamatsu en 2023. Une décision qui l’a mis « en état de choc », disait son manager après le test de Jerez. Le champion du monde MotoGP 2020 est revenu dessus au Mans, ce jeudi, où il a fait sa première apparition publique depuis le Grand Prix d’Espagne.

« Le bon mot est ‘inespéré’, parce que nous étions en négociations avec Suzuki pour l’an prochain, a-t-il introduit. Quand j’ai reçu l’information, ma première pensée a été pour les gens de chez Suzuki. Tout le monde sait que cette équipe est spéciale et c’est grâce aux gens qui la compose. Mais c’est certain que sachant que nous allons tous quitter Suzuki à la fin de la saison, nous vivons actuellement des moments compliqués. »

La décision est « difficile à comprendre », de l’aveu de son coéquipier, Alex Rins. Difficile, parce que les circonstances sportives sont favorables aux Suzukistes. Joan Mir a été sacré champion du monde en 2020, puis a pris la médaille de bronze l’an dernier, et fait partie des candidats au titre cette saison. Le Team Suzuki Ecstar est actuellement en tête du classement par équipes.

« Je suis en colère contre cette décision que quelqu’un a prise, poursuit Joan Mir. L’équipe est géniale et nous nous battons pour le titre chaque année depuis que je suis là (en 2019). C’est une décision difficile pour tout le monde et s’ils ont pris une telle décision, il y a certainement une très bonne raison. Car sur le papier, tout se passe à merveille. Nous ne sommes pas là à nous battre (juste) pour entrer dans les points. »

Comme Alex Rins, l’Espagnol veut transformer cette colère qui l’anime en un boost pour les prochains Grands Prix. « On peut prendre ça de deux manières : comme une motivation supplémentaire, ou alors se morfondre et déprimer. Nous avons beaucoup de choses que nous n’avons pas encore montré cette année. Nous avons un super package, certainement le meilleur qu’on ait jamais eu, et une équipe très motivée », assure celui qui court toujours après son premier podium en 2022. « J’ai maintenant une motivation supplémentaire pour me battre pour le titre et offrir un dernier beau résultat à Suzuki. Rien ne me rendrait plus heureux. »

Un « dernier beau résultat » avant de rejoindre un autre constructeur. Honda, comme le prétendent plusieurs rumeurs ? Le double-champion du monde reconnaît que des discussions sont en cours, sans trop s’avancer. « Depuis Jerez, je suis officiellement sur le marché. Nous étions en négociations avec Suzuki avant tout ça, maintenant mon manager va avoir plus de travail que ce qu’il pensait. Il discute avec Honda et d’autres marques pour déterminer mon futur après Suzuki. »

« Leur prouver qu’ils ont tort » : Rins entre consternation et motivation

✪ GP-Inside n’existerait pas sans ses abonnés. Intégralité des articles, version sans pub, concours à chaque GP […] Soutenez notre travail pour seulement 2€/mois, abonnez-vous et vivez la saison 2022 au cœur du MotoGP ! Devenir Premium

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

[…] Joan Mir : « Mon manager va avoir plus de travail que prévu » […]