Johann Zarco : « L’objectif reste de se battre pour le titre »



Passé par « des moments difficiles », Johann Zarco commence à revenir à son meilleur niveau. L’objectif du tricolore n’a pas changé : jouer le titre de champion du monde MotoGP.

« On ne peut pas vraiment prévoir, seulement avoir espoir et rêver du titre en MotoGP. » Ainsi répond Johann Zarco quand lui est demandé de commenter la trajectoire qui a été la sienne pour arriver là où il en est, et comment il l’imaginait. Une trajectoire des plus atypiques, faite de succès mais aussi de galères. Il l’a rappelé dans le podcast Last On The Brakes, où il est amplement revenu sur son parcours en mondial.

De ses réussites en Moto2 à son échec chez KTM, le public a pu voir un Johann Zarco aux multiples visages. Mais avec toujours en ligne de mire l’objectif de devenir champion du monde MotoGP.

« J’ai eu deux titres en Moto2, je me suis battu pour en 125cc, donc je me suis battu pour le titre dans toutes les catégories. C’est l’objectif principal, je l’ai presque eu en 125cc, je l’ai eu deux fois en Moto2, donc j’essaie en MotoGP. Je pousserai tant que je croirai que je peux l’avoir en MotoGP, mais c’est difficile d’imaginer le chemin à prendre pour y arriver. »

« (Dans mon cas) c’était particulier parce que j’étais très proche de mon ancien manager, et ce que nous avons fait est très spécial par rapport à d’autres pilotes. Ces choses m’ont rendu un peu spécial, mais en grandissant j’ai aussi dû me séparer de cette personne et j’ai montré une autre facette de moi. Je suppose que c’est pour ça que les gens voient différentes facettes de moi, mais l’objectif principal reste là. »

Alors qu’on assiste actuellement à une sorte de course à la jeunesse (entrer en Moto3 à 16 ans, être en MotoGP à 20/22 ans), Johann Zarco est arrivé en catégorie reine l’année de ses 27 ans. Pas un désavantage dans son cas, estime-t-il.

« Je pense que devenir un adulte m’a aidé à performer. Quand vous êtes un adulte, parfois vous pensez trop et ça n’aide pas à 300 km/h. C’est bien d’être intelligent, parce que si vous n’avez pas de cerveau c’est mieux de ne pas rouler, mais si vous pensez trop vous êtes également lent. Je pense que je suis capable de faire les deux, comme Dovi. Mais quand les gens disent qu’il manque quelque chose à Dovizioso, peut-être qu’il lui manque cette folie que nous pouvons parfois avoir naturellement en étant jeune. »

« C’est pourquoi les teams préfèrent les jeunes pilotes, parce que s’ils font des erreurs ils ont le temps pour les rattraper ; si un pilote de 30 ans fait une erreur, il va peut-être y réfléchir à deux fois avant de la refaire. Mais avec l’expérience je pense que cela peut me rendre plus fort le jour où je serai prêt à me battre pour le titre. »

Des débuts tonitruants sur la Yamaha satellite de chez Tech3, un pari manqué avec la structure officielle KTM, des piges avec le team LCR Honda, l’espoir de rejoindre l’équipe Repsol, la renaissance avec le cuir Avintia et une Ducati vieille d’un an… La carrière de Johann Zarco en MotoGP ne ressemble à celle d’aucun autre pilote. Mais l’abnégation du Français fait sa force mentale.

« Avoir cette vie aventureuse ne t’aide pas à être plus fort dans ton sport, mais tu te bats tout le temps pour ça et je pense que ça donne du plaisir aux gens : ‘Ah, on l’aime parce que ce n’est pas facile pour lui’. Je suis passé par des moments difficiles, c’était presque fini, mais non : ce n’est pas fini tant que je peux y croire. »

Arrivé sur la Ducati en février 2020, Johann Zarco prend progressivement la mesure de sa Desmosedici GP19. Sa première campagne est déjà auréolée de bons résultats à Brno (pole + podium), au Mans (5e) et en Aragon (5e). Une progression récompensée par une signature chez Pramac Racing en 2021. Il aura du meilleur matériel et plus de soutien de la part des Rouges.

« Maintenant Ducati me donne de la stabilité et une bonne moto, et je suis vraiment de retour en tant que sportif. Je suis plus proche course après course. L’épreuve du Mans en est un bel exemple. Les choses viennent pour moi, c’est le plus important et ça me rend heureux. C’est pourquoi je crois qu’avec tous ces détails, en mettant tout ça ensemble, je pense que je peux être fort sur la Ducati. Nous verrons quand Marc reviendra s’il va tous nous détruire ou pas (rires), mais l’objectif est de se battre pour le titre, avec ou sans Marc. »

Retrouvez nos deux autres articles sur le passage de Johann Zarco dans le podcast Last On The Brakes, qui complètent celui-ci :

– Zarco : L’expérience Honda l’a « beaucoup aidé à signer chez Ducati »

– Zarco : Ce que signifie l’absence de Marquez

Zarco : Ce que signifie l’absence de Marquez

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

3
Poster un Commentaire

3 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] Johann Zarco : « L’objectif reste de se battre pour le titre » […]

[…] Johann Zarco : « L’objectif reste de se battre pour le titre » […]

[…] Johann Zarco : « L’objectif reste de se battre pour le titre » […]