La crise sanitaire pourrait encore avoir raison du GP des Amériques



Annulé en 2020, le Grand Prix moto des Amériques 2021 doit avoir lieu le week-end du 3 octobre. Le paddock MotoGP était censé se rendre à Austin plus tôt, en avril, mais la crise sanitaire a conduit au report de l’événement. Seulement, à un peu plus d’un mois de s’envoler pour les États-Unis, la situation est loin d’être au beau fixe.

Les chiffres de l’épidémie de Covid-19 ne sont pas bons du tout au pays de l’Oncle Sam. Au 23 août, il y avait en moyenne 150 625 nouveaux cas positifs par jour sur les sept derniers jours. Ce sont 17 154 pour l’État du Texas, où se trouve Austin, soit trois fois plus que lors du report du Grand Prix, décidé début mars.

Ces données pourraient être écartées d’un revers de main, si les cas en question n’étaient pas graves. Seulement, à cela s’ajoute l’élément qui apparaît comme le plus préoccupant : le manque de lits en soins intensifs à Austin. Au 23 août, et ainsi que le pointe notre collègue Simon Patterson, 496 des 501 lits sont occupés (99 %), dont 262 pour le Covid-19 (52 %). Seuls 5 lits sont disponibles (1 %). Ce qui pourrait être rédhibitoire pour la venue du MotoGP, tant pour des craintes concernant l’épidémie (soins de patients atteints du Covid-19) que d’éventuels accidents qui nécessiteraient que les pilotes occupent ces lits.

Comme pour le Grand Prix de Malaisie, récemment annulé et remplacé par un Misano 2, un plan B est en cours d’élaboration. En cas de suppression de l’épreuve d’Austin, les pilotes auraient droit à une deuxième course à Jerez, dans le sud de l’Espagne.

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments