« La FIM a détruit ma vie au point que j’aimerais être mort » : l’inquiétant message de West



Convoqué par la Cour disciplinaire internationale de la Fédération internationale de motocyclisme (FIM), Anthony West s’en est virulemment pris à la fédération, et décrit une situation personnelle insupportable. 

Suspendu par la FIM après avoir été contrôlé positif à un test antidopage, Anthony West n’est pas censé pouvoir participer à des compétitions jusqu’au 14 septembre 2020. Pour continuer à faire des courses, l’Australien s’en est allé au Brésil afin de disputer le championnat national de Superbike, qui ne tombe pas sous l’égide de la fédération. C’est du moins ce qu’il croyait.

Mais la FIM vient de lui faire savoir qu’elle a noté qu’il était allé disputer des courses au Brésil durant cette période de suspension, et qu’il avait signé un contrat avec le Kawasaki Racing Team Brésil ZX-10. Elle a décidé d’étudier cette situation. « Ce cas va être référé à la Cour disciplinaire internationale de la FIM, qui déterminera si vous avez ou pas violé votre interdiction, et si un réajustement est approprié. »

Sa suspension pourrait être renouvelée, peut-on également lire dans les documents publiés par Anthony West lui-même. Il sera prochainement convoqué par la Cour disciplinaire internationale pour une audience où il pourra donner sa version des faits et se défendre.

Mais à ce courrier, l’Australien a déjà donné une réponse sur les réseaux sociaux. Il s’en prend directement à la fédération qu’il accuse d’acharnement, d’avantager certains pilotes, de contrôler qui gagne et ne gagne pas. Il y délivre aussi un message inquiétant quant à sa situation personnelle, vécue comme dramatique.

Voici, traduite en français par nos soins, sa publication :

« J’arrête. J’en ai assez. Ces gens corrompus sont hors de contrôle et veulent me détruire. Je faisais un championnat au Brésil qui n’était pas affilié à la FIM. Maintenant ils inventent leurs propres règles comme s’ils avaient le contrôle sur moi là-bas. Ils m’ont déjà fait arrêter en allant chez Kawasaki Japon et en les faisant arrêter mon sponsoring au Brésil.

Je haie cette vie et j’essayais de faire mon mieux pour revenir. J’ai été viré de la maison par mon père. Je n’ai pas d’argent. Et ne peut pas avoir un travail décent, parce que tout ce que j’ai fait dans ma vie est passer mon temps à faire de la moto. Quel loser je fais !

Voilà quelques conseils pour tous, ne croyez pas que vous arriverez à rouler en travaillant dur. Si vous voulez gagner, payez pour ça. Ils ont laissé Marc Marquez gagner un championnat Moto2 en trichant avec son ECU. Quand le team de Tom Lüthi s’est plaint, ils lui ont dit de rester calme, l’Espagne a besoin d’un nouveau champion. Vous devez accepter la deuxième place, ou vous ne roulerez plus ici l’an prochain. Ils ont laissé Rossi gagner son championnat 500cc en lui donnant des pneus spéciaux faits pour les circuits où ils étaient. Ils utilisés l’hélicoptère à pneus depuis l’usine uniquement pour pour Rossi. Donc il pouvait gagner des courses.

Tout ce que vous voyez est faux et contrôlé. Ne croyez en rien de ce que vous voyez. Ils contrôlent qui gagne les courses et qui ne les gagne pas. Je suis tellement en colère putain. J’ai cent autres histoires du même genre. J’abandonne. J’avais prévu de reprendre la course en septembre mais je ne peux plus supporter cette merde de la FIM. Ça a détruit ma vie au point que j’aimerais être mort. Je déteste la vie. Je t’emmerde encore, FIM. »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

2
Poster un Commentaire

2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] contrôlent qui gagne » : Les accusations portées par Anthony West à l’encontre de la FIM (lire son texte complet ici) n’auront pas de suite dans les tribunaux. C’est en tout cas ce qu’assure le […]

[…] « La FIM a détruit ma vie au point que j’aimerais être mort » : l’inquiétant messag… […]