La fin de l’ère des « quatre fantastiques » du MotoGP



Avec 9 vainqueurs différents en 2020, puis 8 en 2021, le nombre de pilotes qui s’imposent en MotoGP est aujourd’hui deux fois plus élevé que lors des saisons précédentes.

Il fut un temps où le nombre de vainqueurs lors d’une saison de MotoGP ne dépassait pas 4 ou 5. Ce fut le cas de 2002 à 2005, de 2007 à 2015 et de 2017 à 2019 ;  autrement dit, lors de 16 des 20 campagnes qui ont été disputées depuis l’introduction de la nouvelle catégorie reine, en 2002.

Mais les choses ont changé ces dernières années, et un basculement a eu lieu. Preuve en est avec les chiffres rassemblés par GP-Inside ci-dessous : 9 pilotes différents qui se sont imposés en 2020, puis 8 en 2021. Près de trois fois plus qu’en 2012, année où seuls Jorge Lorenzo, Casey Stoner et Dani Pedrosa avaient remporté des Grands Prix.

Le niveau de performance des motos, bien plus homogène que par le passé, explique en partie ce renversement de situation. Toutes les machines ont maintenant des chances de monter sur le podium et de remporter des courses – les six ont décroché au moins un podium en 2021. Il fut un temps où Honda et Yamaha monopolisaient les trophées, mais ce n’est plus le cas. La Ducati, la Suzuki, la KTM et même l’Aprilia sont dans le coup.

Ces machines sont confiées à des pilotes qui arrivent mieux préparés que jamais, et sont capables d’être rapides quasiment d’entrée de jeu en MotoGP. L’ascension des Fabio Quartararo, Francesco Bagnaia, Joan Mir et autres Jorge Martin, a traduit un renouvellement des pilotes de la grille. De l’ère des ‘quatre fantastiques’ (Valentino Rossi, Dani Pedrosa, Jorge Lorenzo, Casey Stoner ensuite remplacé par Marc Marquez), seul le dernier cité est encore en piste.

Il faut enfin prendre en compte, dans ces chiffres, l’importance des problèmes physiques rencontrés par Marc Marquez depuis son accident de l’été 2020. L’Espagnol gagnait en effet parfois plus de la moitié des Grands Prix par le passé (13 sur 18 en 2014, 9 sur 18 en 2018, 12 sur 19 en 2019), ce qui en laissait peu aux autres. Ce n’est désormais plus le cas.

––
✪ GP-Inside a besoin d’abonnés pour continuer en 2022 ! Envie de vivre la saison avec des infos sérieuses, enrichies, passionnées et de qualité ? Donnez-nous les moyens de le faire en rejoignant les abonnés Premium ! Pour seulement 24,99€/an, accédez à tous les avantages (contenu, cadeaux…), renforcez l’indépendance de notre petite équipe et aidez votre média moto à pouvoir continuer son travail. Devenir Premium

Publications Dorna Sports : Des quatre ‘fantastiques’ à ces 18 vainqueurs…

Cette hégémonie observée de 2013 à courant 2016 a laissé place à un Championnat plus ouvert que jamais.

Les temps ont visiblement changé en MotoGP™. Preuve en est : ces dernières années, nombreux sont les pilotes à avoir eu le privilège de triompher, alors qu’autrefois la réalité était tout autre. Depuis les adieux de Casey Stoner et l’arrivée du phénomène Marc Márquez (Repsol Honda Team) en 2013, quatre concurrents se partageaient à eux seuls 61 victoires. C’était toutefois sans compter sur Jack Miller (Ducati Lenovo Team), qui venait briser cette série courant 2016 à Assen. Entre temps, 17 autres visages se sont succédés sur la plus haute marche du podium, tout cela en l’espace de cinq ans et demi. Plus que jamais, ce Championnat du Monde semble ouvert.

Les 61 des ‘quatre fantastiques’

Souvenez-vous, c’était en 2013… Marc Márquez faisait une arrivée sensationnelle dans la cour des grands, en s’adjugeant six succès contre huit pour Jorge Lorenzo et le premier de ses six titres parmi l’élite. 13 autres suivront en 2014, campagne qu’il avait débutée sur dix triomphes. L’année suivante, il en décrochera cette fois cinq, soit deux de moins que son compatriote, tout logiquement sacré. En 2016, il aura le temps de s’illustrer deux fois en Argentine et à Austin, avant Jack Miller ne s’invite à la fête. Au total, Marc Márquez aura donc remporté 26 de ces 61 Grands Prix : chiffre qui s’élève à 20, neuf et six dans les cas de Jorge Lorenzo, Valentino Rossi et Dani Pedrosa. Autrement dit, ‘ces quatre fantastiques’ ont véritablement régné sur ces trois années et demi.

Finalement, il aura fallu attendre ce GP des Pays-Bas, pour voir ce quatuor bousculé ; une brèche dans laquelle allaient également s’engouffrer : Andrea Iannone en Autriche, Cal Crutchlow en République tchèque et en Australie, Maverick Viñales en Grande-Bretagne et Andrea Dovizioso en Malaisie. Marc Márquez, Dani Pedrosa et Jorge Lorenzo retrouveront eux aussi le chemin de la victoire cette année-là. Au bout du compte, Ducati et Suzuki s’étaient joints à cette bagarre qui opposait jusque-là Honda à Yamaha. Quelque chose avait changé et le passage de Bridgestone à Michelin a aussi pesé dans la balance.

La dernière de Rossi et une saison 2020 imprévisible

Le GP des Pays-Bas 2017 constituera tout compte fait le dernier succès de Valentino Rossi. D’autres pilotes feront bien plus tard leur entrée parmi les vainqueurs d’une course en catégorie reine, comme Alex Rins (Team Suzuki Ecstar) à Austin ou Danilo Petrucci au Mugello deux ans plus tard : une journée inoubliable pour la marque de Bologne. Mais le MotoGP™ se hissait dans une toute autre dimension en 2020, après que Marc Márquez se soit blessé. Durant cette campagne marquée par le Covid-19, ils seront en effet pas moins de cinq à ouvrir leur compteur à ce niveau : Fabio Quartararo (GP d’Espagne), Brad Binder (GP de République tchèque), Miguel Oliveira (GP de Styrie), Franco Morbidelli (GP de Saint-Marin) et Joan Mir (GP d’Europe), qui sera d’ailleurs couronné une semaine plus tard.

Tout le monde a sa chance

Si la saison 2020 se sera traduite par l’éclosion de KTM, 2021 aura en revanche davantage souri à Fabio Quartararo… et surtout à Ducati ! Jorge Martín (Pramac Racing) et Francesco Bagnaia (Ducati Lenovo Team) goûteront eux aussi à la victoire ; ce qui porte à 18 le nombre de pilotes primés durant cette période. En résumé, le constructeur italien monte en puissance, Suzuki et KTM tentent de se frayer un chemin et Aprilia, toujours pourvue de certaines concessions, commence à pointer le bout de son nez. Ce podium acquis à Silverstone en est la parfaite illustration. Aleix Espargaró (Aprilia Racing) et leur nouvelle recrue Maverick Viñales (Aprilia Racing) espèrent à présent enfoncer le clou.

Et comme si ça ne suffisait pas, beaucoup d’autres ont les capacités de s’imposer à l’image de Johann Zarco (Pramac Racing), Pol Espargaró (Repsol Honda Team), Enea Bastianini (Gresini Racing MotoGP) ou justement d’Aleix Espargaró : des abonnés aux podiums, qui aimeraient bien franchir cette dernière étape. Bref l’hégémonie des quatre fantastiques – avec la permission de Casey Stoner bien sûr – semble bel et bien révolue. Joan Mir et Fabio Quartararo ont certes décroché les deux derniers graals, mais difficile de prédire qui héritera du statut de n°1 en 2022. Oui, ce Championnat semble plus que jamais imprévisible et nul doute qu’un 19e pilote aura prochainement l’honneur de dominer une épreuve.

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires