La règle des 13 GP soulagée en 2020



Face à la situation du championnat MotoGP, paralysé pour une durée indéterminée à cause du coronavirus, les organisateurs ont décidé de revoir exceptionnellement à la baisse la règle voulant que 13 Grands Prix doivent être disputés pour valider la saison.

« Si nous pouvions avoir un championnat de dix courses, je serais ravi. » Il y a encore quelques jours, il était impensable que le patron de la Dorna, Carmelo Ezpeleta, tienne ces propos, confiés au journal espagnol La Razón. Ils traduisent l’imprévisibilité de la situation devant l’épidémie de coronavirus, et l’incessante adaptation face à laquelle les organisateurs d’événements sportifs sont confrontés.

Il faut dire qu’à l’origine, peu s’attendaient à une telle évolution des choses. Mais cette semaine, un sixième Grand Prix consécutif – celui de France – a été reporté/annulé, à une date encore non-définie. D’autres épreuves pourraient subir le même sort. Plus les semaines passent, plus les courses se décalent, plus le temps se réduit et plus il sera compliqué de toutes les recaser. Les annulations pures et dures, comme ce fut le cas pour le Grand Prix du Qatar, ne sont plus à exclure.

Conséquence : alors que les organisateurs se disaient prêt à tout pour remplir l’objectif du minimum de 13 courses à disputer, ce n’est plus d’actualité. « Le contrat dit qu’il faut faire un minimum de 13 courses, en conditions normales, et ce n’est pas le cas, regrette Carmelo Ezpeleta. En accord avec la FIM nous ferons celles que nous pourrons, comme nous le pourrons et quand nous le pourrons. Je dirais même, si nous pouvions avoir un championnat de dix courses, je serais ravi. Nous allons essayer d’en faire plus, mais si dans ces circonstances nous étions capables d’en faire dix, cela signifierait que l’humanité va bien, et c’est le plus important. »

Même changement d’avis concernant les Grands Prix sans spectateurs : l’idée, exclue début mars, est désormais envisagée par le patron de la Dorna. « Cela dépendra de ce qui nous est permis. C’est mieux de faire une course à huis clos que de ne pas la faire du tout. Mais oui, pour un promoteur qui ne peut pas avoir de public, les conditions économiques ne peuvent pas être les mêmes. »

La survie économique du championnat est l’une des priorités de la Dorna, et cela passe par le sauvetage des équipes. Les reports et annulations n’affectent pas seulement la compétition, mais aussi les rentrées d’argent : pas d’entrées sur les circuits, pas de droits télévisés, pas (ou peu) de merchandising, des sponsors qui n’ont rien à payer ou décident même d’arrêter les frais, etc. Or, les teams doivent payer leurs factures. Pour cela, 25 000 €/pilote d’aide ont été envoyés aux équipes Moto2 et Moto3 via l’IRTA (l’association des équipes dirigée par Hervé Poncharal). Cela vaut pour les trois prochains mois. La Dorna est actuellement en discussion avec les teams MotoGP pour comprendre leurs besoins et agir en ce sens.

En attendant, les athlètes regardent désormais du côté de l’Italie, où doit se tenir le prochain Grand Prix le 31 mai. Là encore, un report est redouté. Les choses se décideront progressivement, selon l’évolution de la maladie. « Le Mans étant annulé, maintenant nous regarderons le Mugello et la Catalogne, qui sont les prochains. Nous verrons course par course. Si un jour nous avons le feu vert, nous verrons dans quelles conditions nous pouvons le faire. Peut-être permettront-ils aux gens d’aller travailler mais pas d’aller à des événements de masse ; qu’ils laisseront faire les courses, mais sans public… Pour l’instant la préoccupation est de maintenir les équipes en vie », rappelle-t-il.

L’idée d’une saison 2020 blanche, Carmelo Ezpeleta ne veut pas l’imaginer, mais reconnaît que l’état est celui de la situation : imprévisible. Alors, forcément, on y pense quand même. « Nous le pensons dans notre pire cauchemar. Il faudrait l’envisager, mais il y a encore du temps. Bien sûr, il se peut qu’il n’y ait pas de courses mais j’espère que ce ne sera pas le cas. Et je le ne dis pas pour les courses, mais pour le bien de l’humanité. En ce moment, les courses passent au second plan. »

Coronavirus : 25 000 €/pilote pour sauver les équipes Moto2-Moto3

Informations concernant le coronavirus et les consignes sanitaires à respecter disponibles ici

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

1
Poster un Commentaire

1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] s’en écartent. « Si nous pouvions avoir un championnat de dix courses, je serais ravi », a récemment déclaré le patron de la Dorna, Carmelo […]