Le chat noir qui a gâché les chances de titre de Miller



Septième du mondial MotoGP 2020, Jack a terminé à 39 points de Joan Mir. C’est beaucoup, mais une partie de ces points a été perdue pour des fautes dont il n’était pas responsable.

Vous connaissez l’expression : « avec des si », on referait le monde, on mettrait Paris en bouteille… et Jack Miller aurait été candidat au titre de champion du monde MotoGP 2020. GP-Inside s’était prêté au jeu des « si… » pour montrer que sans sa casse moteur du Grand Prix d’Andalousie, Franco Morbidelli aurait pu être sacré à la place de Joan Mir. Qu’en est-il de son compère australien ?

Monté quatre fois sur le podium cette saison, Jack Miller a surtout réalisé une fin de campagne efficace, avec deux places de second à Valence 2 et Portimao. S’il termine « seulement » 7e du championnat, il ne pointe qu’à 7 points de la 3e position d’Alex Rins. Le champion, Joan Mir, est 39 longueurs devant. Le dauphin, Franco Morbidelli, à 26 marques. Jack Miller a donc été moins performant… mais aussi moins chanceux ?

Parmi les moments où il a lâché ces points, il y a, d’abord, le Grand Prix d’Andalousie. Le pilote Pramac était 5e, à la lutte avec Maverick Viñales pour la place de 4e, au moment où il a perdu en adhérence et fini dans les graviers du circuit de Jerez. L’erreur aurait pu être évitée, mais elle est entièrement sienne. Jack Miller a en revanche bien joué de malchance les semaines suivantes.

Candidat à la victoire à Misano 2, il n’était passé qu’à 76 millièmes de la pole et s’était superbement élancé 2e le dimanche. Très vite, sa machine a perdu en performance, et il a cédé du terrain alors qu’il avait la vitesse pour jouer les premiers rôles. La Ducati ne répondait plus correctement et il a finalement été contraint à l’abandon. Le problème ? Un tear-off de Fabio Quartararo venu se coincer dans son filtre à air. Abracadabrantesque.

Trois semaines plus tard, Jack Miller était 3e du Grand Prix de France et se battait pour la victoire, quand la mécanique de sa Desmosedici GP20 l’a trahi à 7 tours de l’arrivée. « Nous avons eu un problème avec le moteur pendant le warm-up, donc nous avons changé pour prendre la deuxième moto pour la course. Mais quand il a plu juste avant le départ, nous avons dû revenir à la moto originale avec les réglages pluie, expliqua-t-il ensuite. Nous n’avions pas le temps de régler quoi que ce soit, donc nous ne pouvions que croiser les doigts, mais l’inévitable est arrivé. Il y a des jours… »

« Il y a des jours… », oui. Comme ce dimanche 25 octobre, où Brad Binder l’a emporté dès le premier tour du Grand Prix de Teruel. Certes, l’Australien s’était qualifié 14e, mais il avait bien l’intention de remonter et sauver un bon résultat. Ce fut finalement un quatrième abandon annuel, mais surtout un troisième dont il n’est pas responsable.

Si l’on prend les positions occupées par Jack Miller avant ses pannes ou accidents (5e à Jerez 2, 7e à Misano 2, 3e au Mans, 14e à Aragon 2), on arrive à un total de 38 points perdus. On peut lui retirer le résultat de Jerez 2, puisqu’il est responsable de sa chute. Mais à ce jeu-là, on lui attribue aussi une meilleure performance à Misano 2 (il était 7e avant l’abandon mais aurait mieux figuré sans la perte de performance de sa moto), ainsi qu’à Aragon 2 (il n’allait certainement pas rester aussi mal classé, lui qui avait fini 9e une semaine plus tôt). Bref, il y a matière à trouver ces 39 points le séparant de Joan Mir à l’arrivée.

Mais avec des « si… ».

Championnat MotoGP 2020 : 1. Mir 171 pts, 2. Morbidelli 158 (-13), 3. Rins 139 (-32), 4. Dovizioso 135 (-36), 5. P. Espargaro 135 (-36), 6. Viñales 132 (-39), 7. Miller 132 (-39), 8. Quartararo 127 (-44), 9. Oliveira 125 (-46), 10. Nakagami 116 (-55), 11. Binder 87 (-84), 12. Petrucci 78 (-93), 13. Zarco 77 (-94), 14. A. Marquez 74 (-97), 15. Rossi 66 (-105), 16. Bagnaia 47 (-124), 17. A. Espargaro 42 (-129), 18. Crutchlow 32 (-139), 19. Bradl 18 (-144), 20. Lecuona 27 (-144) 21. Smith 12 (-159), 22. Rabat 10 (-161), 23. Pirro 4 (-167), NC. Savadori, M. Marquez, Kallio 0 (-171).

Misano 2 : L’abracadabrantesque abandon de Miller

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

[…] Après s’être prêté au jeu des « si… » pour Franco Morbidelli (casse moteur), Jack Miller (pannes et accrochage) et Pol Espargaro (chutes), GP-Inside termine sa série avec le cas du pilote […]

[…] fois amélioré son bilan : 13e du championnat en 2018, 8e en 2019, 7e en 2020 malgré plusieurs coups de malchance. Conservé par Ducati mais promu dans l’équipe officielle, il prendra son premier départ en […]