Le Dé-Constructeur du GP de Doha



Yamaha au sommet, Ducati devant grâce à ses pilotes satellites, Honda en difficulté : le Dé-Constructeur du Grand Prix de Doha revient sur les résultats du week-end vus sous l’angle des marques.

Yamaha gagne le premier set

On la prédisait impuissante face aux Ducati dans la ligne droite des stands de Losail : la Yamaha YZR-M1 repart du Qatar avec une deuxième victoire en poche, sur un circuit où elle domine les statistiques. D’une part, le déficit de vitesse a été moins grand que prévu, grâce notamment au phénomène d’aspiration, aux conditions de roulage et à une bonne gestion. D’autre part, Fabio Quartararo a, comme Maverick Viñales une semaine plus tôt, roulé intelligemment : une course maîtrisée, des dépassements où il le fallait, et le rouleau compresseur envoyé au bon moment.

Yamaha a remporté son premier match de la saison, et le bilan aurait pu être parfait si le team satellite, Petronas, n’avait pas connu un nouveau week-end jonché de problèmes. Pendant que Fabio Quartararo (1er) et Maverick Viñales (5e) jouaient devant, Franco Morbidelli (12e) et Valentino Rossi (16e) se débattaient à l’arrière, faisant notamment face à des problèmes de pneumatiques.

Résultats Doha (/22) : Fabio Quartararo 1er, Maverick Viñales 5e, Franco Morbidelli 12e, Valentino Rossi 16e.
Championnat pilotes (/22) : Fabio Quartararo 2e, Maverick Viñales 3e.
Championnat équipes (/11) : Monster Energy Yamaha MotoGP 1er, Petronas Yamaha SRT 9e.
Championnat constructeurs (/6) : Yamaha 1er.

Ducati, verre bien rempli mais pas plein ?

Le Grand Prix de Doha a une nouvelle fois fait la part belle aux pilotes Ducati, qui ont dominé les qualifications (1er, 2e, 4e, 6e) et obtenu un double-podium (2e, 3e), avec un total de quatre pilotes dans le top-10. Ça, c’est pour le verre bien rempli, et il faut saluer la performance du constructeur italien.

Mais impossible de ne pas parler de l’absence de victoire. La Ducati s’était imposée en 2018 et 2019 avec Andrea Dovizioso, mais n’a pas gagné en 2021. Ensuite, le fait que les pilotes satellites Johann Zarco et Jorge Martin aient fait mieux que ceux du team officiel, Francesco Bagnaia et Jack Miller. Un problème ? Pas pour le team Pramac, qui obtient des résultats historiquement élevés et en profite pour remercier Ducati du matériel fourni. Mais dans l’équipe officielle, la situation fait un peu plus jaser.

Résultats Doha (/22) : Johann Zarco 2e, Jorge Martin 3e, Francesco Bagnaia 6e, Jack Miller 9e, Enea Bastianini 11e, Luca Marini 18e.
Championnat pilotes (/22) : Johann Zarco 1er, Francesco Bagnaia 4e, Jorge Martin 7e, Jack Miller 9e, Enea Bastianini 11e, Luca Marini non-classé.
Championnat équipes (/11) : Pramac Racing 2e, Ducati Lenovo Team 4e, Avintia Esponsorama 8e.
Championnat constructeurs (/6) : Ducati 2e.

Suzuki, dans l’attente de jours meilleurs

Les pilotes Suzuki partent généralement loin et finissent très fort. Mais l’inverse s’est produit au Grand Prix de Doha, où Alex Rins (4e) et Joan Mir (7e) ont réalisé un bel envol avant de manquer la transformation de l’essai. L’un s’est fait avaler par les Ducati en ligne droite, l’autre a eu du mal à s’extirper du peloton, avant de se faire refroidir par un contact avec Jack Miller.

Deux courses et pas de podium, mais des points importants pris sur un circuit où la Suzuki GSX-RR n’était pas favorite. Alex Rins et Joan Mir repartent du Qatar avec 23 et 22 unités en poche, là où ils n’en avaient que 5 et 11 après deux courses l’an dernier.

Résultats Doha (/22) : Alex Rins 4e, Joan Mir 7e.
Championnat pilotes (/22) : Alex Rins 5e, Joan Mir 6e.
Championnat équipes (/11) : Team SUZUKI ECSTAR 3e.
Championnat constructeurs (/6) : Suzuki 3e.

Aprilia sur la bonne voie

La « révolution » promise par Aprilia fin 2019 n’a pas eu lieu en 2020, et la firme de Noale a donc abordé 2021 avec plus de prudence. Mais cette fois, les progrès de la moto confiée à Aleix Espargaro semblent concrets. Le Catalan a pu passer un long moment avec les hommes du groupe de tête, avant de rendre les armes en deuxième partie de course (10e).

Le package était compétitif à Losail, mais le plus dur est maintenant devant : confirmer sur d’autres circuits. L’aide d’Andrea Dovizioso, qui testera l’Aprilia RS-GP la semaine prochaine à Jerez, devrait aider à y voir plus clair.

Résultats Doha (/22) : Aleix Espargaro 10e, Lorenzo Savadori 20e.
Championnat pilotes (/22) : Aleix Espargaro 10e, Lorenzo Savadori non-classé.
Championnat équipes (/11) : Aprilia Racing Team Gresini 6e.
Championnat constructeurs (/6) : Aprilia 4e.

KTM, une lumière au bout du tunnel ?

Qu’il fut long, ce mois de mars, pour les Oranges. Rien n’est jamais rentré dans l’ordre pour les quatre pilotes équipés de la KTM RC16, en difficulté sur le circuit de Losail – des problèmes de pneus pour certains, d’agilité pour d’autres. Il y a pourtant un motif de satisfaction à l’arrivée, car des résultats historiquement élevés ont été obtenus : un premier passage en Q2 pour une KTM ici (Miguel Oliveira qualifié 12e), et un premier top-10 en course (Brad Binder arrivé 8e). Pas de quoi sauter au plafond, mais assez pour mettre un peu de positif dans les valises.

La firme autrichienne doit désormais corriger le tir, et compte sur cela pour le Grand Prix du Portugal, le week-end du 18 avril. En novembre dernier, Miguel Oliveira a raflé la pole et la victoire après une course dominée de la tête et des épaules. Ne pas être compétitif là-bas serait une contre-performance.

Résultats Doha (/22) : Brad Binder 8e, Miguel Oliveira 15e, Danilo Petrucci 19e, Iker Lecuona DNF (chute).
Championnat pilotes (/22) : Brad Binder 12e, Miguel Oliveira 16e, Danilo Petrucci non-classé, Iker Lecuona non-classé.
Championnat équipes (/11) : Red Bull KTM Factory Racing 8e, Tech3 KTM Factory Racing non-classé.
Championnat constructeurs (/6) : KTM 5e.

Honda, ça ne va toujours pas

Les choix récemment faits par Honda avaient vocation à rendre l’absence de Marc Marquez moins pesante. Mais pour l’instant, les résultats obtenus ne sont pas concluants. Aucun pilote du HRC n’est rentré dans le top-10 du Grand Prix, avec un meilleur représentant classé seulement 13e (Pol Espargaro) devant son coéquipier Stefan Bradl. Quant au duo LCR (Takaaki Nakagami 17e, Alex Marquez à terre), il n’a jamais été compétitif du week-end.

Certes, le circuit de Losail n’est pas celui qui convient le mieux à la Honda au calendrier. Mais cela vaut aussi pour plusieurs autres pistes prochainement visitées par le MotoGP. Les solutions pour se défaire de la Marquez-dépendance n’ont pas encore été trouvées, ou ne se sont pas encore matérialisées. Aux pilotes de redresser la barre, et à la marque de les accompagner pour leur fournir une moto plus « facile », estime Jorge Lorenzo.

Résultats Doha (/22) : Pol Espargaro 13e, Stefan Bradl 14e, Takaaki Nakagami 17e, Alex Marquez DNF (chute).
Championnat pilotes (/22) : Pol Espargaro 10e, Stefan Bradl 18e, Takaaki Nakagami non-classé, Alex Marquez non-classé.
Championnat équipes (/11) : Repsol Honda Team 5e, LCR Honda non-classé.
Championnat constructeurs (/6) : Honda 6e.

Les étoiles du GP de Doha

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

[…] Le Dé-Constructeur du GP de Doha […]