Le GP de France est-il menacé par le coronavirus ?



L’épidémie de coronavirus, qui a déjà reporté de deux mois le début de la saison 2020 de MotoGP, remet en question la tenue du Grand Prix moto de France, le 17 mai prochain. 

Les quatre premiers Grands Prix de l’année – Qatar, Thaïlande, Amériques, Argentine – viennent, coup sur coup, d’être victimes de l’épidémie de Covid-19 qui se répand sur la planète (126 443 cas confirmés, 4 641 morts et plus d’une centaine de pays touchés, d’après le dernier décompte).

Nous ne sommes que début mars, mais la maladie a déjà bouleversé une bonne partie du calendrier du championnat du monde de vitesse moto : le programme MotoGP du Qatar (8 mars) a été annulé ; l’épreuve de Thaïlande a été reportée du 22 mars au 4 octobre, ce qui a fait avancer d’une semaine celle d’Aragon (27 septembre) ; la course des Amériques a été décalée du 5 avril au 15 novembre, puis celle d’Argentine du 19 avril au 22 novembre, obligeant la finale de Valence à être repoussée au 29 novembre, alors qu’elle était initialement prévue deux semaines plus tôt.

Quid de la suite ? Le Grand Prix d’Espagne, prochain sur la liste, est prévu le 3 mai. Les pilotes disposeront ensuite d’une semaine de pause avant de se retrouver au Mans, pour le Grand Prix de France, du 15 au 17 mai. Mais l’épreuve française est-elle, elle aussi, en danger ? Pour l’heure, le programme est maintenu et il est encore trop tôt pour le savoir. La réponse réside à la fois dans l’évolution de l’épidémie de coronavirus, et dans les mesures qui seront adoptées par les autorités pour y faire face.

L’espoir est que les choses évoluent dans le bon sens et que le coronavirus ne survive pas à la hausse des températures, dans les prochaines semaines. Si tel est le cas, alors le Grand Prix de France devrait pouvoir avoir lieu sans de problème. Mais c’est pour l’instant incertain, car personne ne peut prédire où, quand et comment s’arrêtera le coronavirus.

Si le Grand Prix de France devait avoir lieu ce week-end, il serait annulé. Avec 2 284 cas détectés (48 morts), la France est le deuxième pays le plus touché en Europe, derrière l’Italie. Cela a conduit le gouvernement français à interdire tous les rassemblements de plus de 1 000 personnes. De nombreux événements culturels et sportifs s’annulent les uns derrière les autres. Le président Emmanuel Macron doit faire une déclaration ce jeudi à 20h, où de nouvelles mesures pourraient être annoncées.

Il y aurait aussi la problématique de l’accueil du paddock. Le championnat étant mondial, pilotes, équipes et membres de l’organisation viennent des quatre coins du globe, notamment d’Italie où 12 462 cas ont été comptabilisés. Le pays de Valentino Rossi, Andrea Dovizioso & cie est confiné. L’accueil de tout ce monde dans des conditions sanitaires sûres devrait être assuré.

D’autant plus que la contamination d’un seul pilote peut pénaliser tout le monde, comme cela vient de se vérifier dans d’autres sports : aux États-Unis, la situation du pays combinée à la contamination d’un joueur, Rudy Gobert, vient de mener à la suspension du championnat NBA ; en Italie, le dépistage positif d’un joueur de la Juventus, Daniele Rugani, a conduit son dernier adversaire, l’Inter Milan, à arrêter toutes ses activités en compétition.

Le Grand Prix de France peut-il être disputé à huit clos, comme c’est le cas pour les matchs de Ligue 1 (championnat de France de football) ? La possibilité existe, même si les lignes ci-dessus tendent à penser que ce serait compliqué. Le président de la Fédération internationale de motocyclisme, Jorge Viegas, n’a pas écarté l’idée. « Si nous devons rouler en janvier, nous le ferons. Nous pouvons faire deux GP sur un même circuit en un week-end, ou rouler à huit clos. Tout ça, c’est s’il n’y a pas d’autre solution. Dans la situation actuelle, les tabous n’existent pas. Il faut être flexibles et avoir de l’imagination. »

Cependant, disputer des Grands Prix à huit clos pourrait être contre-productif pour le championnat. Car comme l’a rappelé le patron de la Dorna, Carmelo Ezpeleta, « sans spectateurs, un Grand Prix moto n’a pas de raison d’être, parce que la principale source de revenus de la course, ce sont les spectateurs ».

En réalité, cette possibilité de rouler à huit clos semble envisagée qu’en cas d’extrême nécessité, c’est à dire pour rentrer dans les clous du contrat : disputer au moins 13 Grands Prix pour valider le championnat. Pour l’heure, un seul – le programme MotoGP du Qatar – a été annulé.

Quand en saura-t-on plus ? Comme précisé plus haut, cela dépendra de l’évolution de l’épidémie de coronavirus, et dans les mesures qui seront adoptées par les autorités pour y faire face. Il faudra sans aucun doute attendre le mois d’avril.

Les pistes dont nous disposons sont la temporalité jusqu’alors mise en place : le Grand Prix du Qatar a été annulé 7 jours avant ; le report de celui de Thaïlande a été annoncé 20 jours avant ; les courses des Amériques et d’Argentine ont été officiellement décalées respectivement 26 et 39 jours avant ; pour les 24 Heures du Mans, cela s’est décidé 40 jours avant.

Calendrier 2020, actualisé au 10 mars (en gras, les modifications par rapport au calendrier initial) :
06-07-08 mars : Losail (Grand Prix du Qatar) Uniquement Moto2 et Moto3 + Asia Talent Cup
01-02-03 mai : Jerez (Grand Prix d’Espagne) + MotoE & Rookies Cup
15-16-17 mai : Le Mans (Grand Prix de France) + Rookies Cup
29-30-31 mai : Mugello (Grand Prix d’Italie) + Rookies Cup
05-06-07 juin : Barcelone (Grand Prix de Catalogne)
19-20-21 juin : Sachsenring (Grand Prix d’Allemagne) + MotoE & Rookies Cup
26-27-28 juin : Assen (Grand Prix des Pays-Bas)
10-11-12 juillet : KymiRing (Grand Prix de Finlande) + Rookies Cup
07-08-09 août: Brno (Grand Prix de République-Tchèque)
14-15-16 août : Spielberg (Grand Prix d’Autriche) + MotoE & Rookies Cup
28-29-30 août : Silverstone (Grand Prix de Grande-Bretagne) + British Talent Cup
11-12-13 septembre : Misano (Grand Prix de Saint-Marin) + MotoE
25-26-27 septembre : ​​Alcañiz (Grand Prix d’Aragon) + Rookies Cup
02-03-04 octobre : Buriram (Grand Prix de Thaïlande)
16-17-18 octobre : ​​Motegi (Grand Prix du Japon) + Asia Talent Cup
23-24-25 octobre : ​​Phillip Island (Grand Prix d’Australie)
30-31 octobre-01 novembre : Sepang (Grand Prix de Malaisie) + Asia Talent Cup
13-14-15 novembre : Austin (Gran Prix des États-Unis)
20-21-22 novembre : Las Termas (Grand Prix d’Argentine)
27-28-29 novembre : Valence (Grand Prix de la Communauté valencienne) + MotoE

Cette nouvelle configuration affecte également les essais de pré-saison 2021 qui devaient se dérouler fin novembre à Jerez (MotoGP) et Valence (Moto2/Moto3). Ils auront toujours lieu en fin d’année mais « de nouvelles dates seront communiquées » prochainement.

Stay tuned ! Rejoignez-nous sur Facebook, Twitter, Instagram.

Fabio Quartararo : « Triste, mais la santé est la priorité »

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

1
Poster un Commentaire

1 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
1 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
0 Auteurs du commentaire
  S’abonner  
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Notifier de

[…] Le GP de France est-il menacé par le coronavirus ? […]

Facebook

Applications

Disponible sur Google Play
Disponible sur Apple App Store