Le Mans, J2 : Résultats et commentaires à retenir



Homme du jour au Mans après être allé chercher sa 12e pole en carrière, Fabio Quartararo devra compter sur des pilotes Ducati redoutables en course, dimanche. Le départ s’annonce comme l’un des moments clés du Grand Prix de France, avec de nombreux pilotes loin sur la grille mais désireux de remonter rapidement – Valentino Rossi (10e), Joan Mir (14e), Alex Rins (16e). La température de la piste, plus basse que d’habitude, est désignée par l’ensemble des concurrents comme l’élément qui pourrait tout faire basculer.

Résumé et résultats de la Q2, cliquez ici.

Fabio Quartararo (1er) : FP3 dominée, FP4 dominée, pole position obtenue en Q2 : Fabio Quartararo s’est clairement affirmé comme l’homme à battre sur le Grand Prix de France, après une première journée humide où il avait décidé de ne pas prendre de risques. Son objectif est de prendre un bon départ puis mettre du rythme d’entrée pour ne pas se faire enfermer dans le peloton, comme il l’a fait à Jerez 2 et Barcelone.

Jack Miller (2e) : Une journée qui a très mal débuté – grosse chute en FP3 – et qui se termine très bien. L’Australien a sorti le grand jeu en qualification et ne doit sa perte de la pole qu’à un Fabio Quartararo exceptionnel. S’il se voit jouer la victoire ? Oui. « J’ai gagné ici en Moto3 et j’ai toujours été fort en MotoGP, d’abord avec la Honda puis ces deux dernières années avec la Ducati. »

Danilo Petrucci (3e) : Retour aux avant-postes de Petrux, qui n’était plus parti en première ligne depuis juin 2019 au Mugello. Habituellement rapide sur le tracé du Mans, il dit aussi avoir trouvé quelque chose au niveau du freinage, qui lui a permis de faire la différence.

Cal Crutchlow (4e) : Comme Danilo Petrucci, Cal Crutchlow signe son retour avec les meilleurs après des semaines de galères, notamment à cause de problèmes physiques. Quelques pépins – des erreurs et un pilote qui l’a gêné – l’empêchent de rentrer en première ligne, mais il ne s’était plus aussi bien qualifié depuis Austin 2019. Il s’attend à être compétitif en course, si ses douleurs liées aux blessures et opérations des dernières semaines le laissent tranquille.

Maverick Viñales (5e) : Il avait fait d’une qualification « devant » son objectif pour ne pas se faire enfermer dans le peloton en course, comme à Barcelone. Autant dire que Maverick Viñales n’est pas satisfait de son résultat du jour. Il se plaint d’un manque de stabilité sur la M1 et estime que « 5e était le mieux que nous pouvions faire ». Le pilote Yamaha s’attend à une course difficile mais ne renonce pas à ses chances de rouler devant. Entouré de Honda et Ducati sur la grille, il va lui falloir sortir un départ canon pour s’éviter un nouveau scénario à la Barcelone.

Andrea Dovizioso (6e) : Une deuxième ligne positive pour le vice-champion du monde, qui ne s’était plus qualifié aussi bien depuis le Grand Prix d’Autriche, mi-août. Il semble plus compétitif que prévu et, étant une bête de course plus que d’essais, devrait être au rendez-vous dimanche. Mais il reste sur ses gardes et estime que sa performance est aussi due aux moins bonnes sensations de ses adversaires. En clair : les problèmes qu’il rencontre sur la Ducati ne sont pas résolus.

Francesco Bagnaia (7e) : À venir.

Pol Espargaro (8e) : Meilleur pilote KTM, il se contente de son huitième rang mais visait l’une des deux premières lignes, sur un circuit où les premiers enchaînements vont être décisifs. Les températures basses lui causent des problèmes avec les pneumatiques.

Johann Zarco (9e) : À venir.

Valentino Rossi (10e) : Le nonuple champion du monde est déçu et a du mal à comprendre pourquoi il se retrouve aussi loin, car il estime avoir « le potentiel » pour rouler plus en avant. Il va travailler sur les réglages de sa Yamaha, notamment pour rendre l’accélération de sa M1 moins nerveuse. Son bon rythme – il termine 4e de la FP4 – lui permet d’espérer une course aux avant-postes.

Franco Morbidelli (11e) : Poleman il y a deux semaines à Barcelone, l’Italien admet que onzième « n’est pas la position qui était espérée ». La qualification avait bien débuté, avec le 3e meilleur temps après son premier run, mais sa seconde tentative ne s’est pas avérée concluante. Il a toutefois l’un des meilleurs rythmes et tentera de remonter en course.

Miguel Oliveira (12e ) : Un passage en Q2 dont le Portugais n’a pas su profiter, même s’il réalise son meilleur chrono du week-end durant la séance. Ses soucis en FP4 – problème technique puis chute – l’ont pénalisé. « Après tout ça j’ai dû retrouver mes sensations sur la moto, ce n’était pas parfait et ce n’était pas mon pilotage le plus propre. »

Takaaki Nakagami (13e) : À venir.

Joan Mir (14e) : Pire qualification de l’année du pilote Suzuki, qui a du mal à avoir un bon feeling ce week-end. Habitué à reprendre beaucoup de positions en course, il devrait nous offrir une nouvelle remontée dimanche. Mais il ne se voit pas avec le potentiel suffisant pour jouer le podium.

Aleix Espargaro (15e) : Le cadre utilisé à Barcelone fonctionne moins bien au Mans, ce qui a conduit le pilote Aprilia à revenir à la version « standard » de sa moto, après s’être senti perdu vendredi. Il était mieux samedi mais ne se satisfait pas de sa 15e position. Un drapeau jaune lui a coûté son tour le plus rapide.

Alex Rins (16e) : Deux chutes avant la qualification ne l’ont pas mis dans les meilleures conditions, lui qui n’est déjà pas spécialiste de l’exercice de la Q2 (Q1 dans ce cas-là). Comme son coéquipier, il a du mal à garder ses pneus à bonne température. « Les premiers tours de la course seront la clé : si je peux être compétitif d’entrée, je crois que nous pouvons reprendre beaucoup de positions », espère-t-il.

Brad Binder (17e) : À venir.

Alex Marquez (18e) : Le rookie espagnol pointe un problème de stratégie qui lui a gâché ses chances de figurer plus en avant sur la grille. « Notre rythme est très proche de ceux des autres », souligne-t-il néanmoins. De quoi lui faire espérer une belle remontée et des points en course, s’il se sort des pièges des premiers tours.

Bradley Smith (19e) : Durement tombé vendredi, le Britannique n’est pas mécontent d’être aussi proche de son coéquipier Aleix Espargaro ce soir. Il sait cependant qu’une course difficile l’attend dimanche, avec des températures basses qui lui font craindre pour son pneu avant. Il pourra repartir heureux s’il finit dans le top-15 dimanche.

Iker Lecuona (20e) : L’apprentissage du jeune espagnol se poursuit, sur une piste du Mans où il doit gérer beaucoup de choses ce week-end – différences pluie/séchant puis sec du jour au lendemain, bons réglages à trouver, température des pneus, découvrir le circuit sur un prototype MotoGP. Bon pour lui : il a évité les chutes, son grand défaut pour le moment. Mais il est loin en termes de position et va se battre pour rentrer dans les points.

Stefan Bradl (21e) : Les chronos serrés donnent de l’espoir à l’Allemand, avant-dernier sur la grille mais passé à seulement un dixième de la 16e place d’Alex Rins. Tenir les 27 tours du Grand Prix s’annonce difficile, car ce sera son cinquième jour de roulage consécutif : il a testé à Portimao mercredi et jeudi, avant d’arriver au Mans pour le week-end de compétition.

Tito Rabat (22e) : Encore et toujours des difficultés à être compétitif pour l’Espagnol, qui avait bien figuré aux essais libres (15e) mais a manqué le coche en Q1. Sa position sur la grille et son rythme par rapport aux autres le condamnent à un exploit s’il veut augmenter son capital de points dimanche.

Championnat MotoGP après Barcelone : 1. Quartararo 108 pts, 2. Mir 100 (-8), 3. Viñales 90 (-18), 4. Dovizioso 84 (-24), 5. Morbidelli 77 (-31), 6. Miller 75 (-33), 7. Nakagami 72 (-36), 8. Rins 60 (-48), 9. Oliveira 59 (-49), 10. Binder 58 (-50)… Classement complet

MotoGP : Stats de la saison 2020 avant Le Mans

Partager cet articleShare on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email

Dans cet article

Poster un Commentaire

  S’abonner  
Notifier de